INTERVIEW  |    

Colonel Oumar Bordas: «nous allons partir pour les sites de cantonnement choisis»

Par journaldebangui.com - 06/03/2013

Il est le chargé de mission de la rébellion Séléka lors des opérations de cantonnement dans les villes de Sibut, Dékoa, Kaga Bandoro et Kabo

 

Le dimanche 3 mars, Me Nicolas Tiangaye, chef du gouvernement d’union nationale assisté du Général Akaga, s’est rendu à Damara pour rencontrer les rebelles de la séléka afin de lancer le début de l’opération du cantonnement. Mais ces derniers ont refusé l’offre et ont préféré se replier juste sur Sibut «en attendant».

Colonel Oumar Bordas, pourquoi ce refus de vous rendre à Kaga Bandoro comme demandé par le Général Akaga et le premier ministre Tiangaye?
Vous savez, nous tous nous aspirons pour la paix. Nous sommes tous Centrafricains et ne pouvons accepter que notre pays puisse continuer à vivre cette situation mais nous déplorons l’entêtement du général Bozizé à ne pas respecter les accords de Libreville. On nous a demandé d’aller à Kaga Bandoro. Mais de l’autre côté la situation est comment? Nous l’ignorons. Les prisonniers politiques ne sont pas encore libérés, les Sud-africains sont toujours là… Mais qui doit respecter ces accords et qui ne doit pas les respecter? C’est pour toutes ces raisons que nous avons décidé de rester tout proche et voir un peu clair dans les choses.

 


© journaldebangui.com
Le Gnl Arda et Colonel Bordas de la Séléka
Alors jusqu’à quand accepterez-vous de vous rendre à Kaga Bandoro?
Ce n’est pas facile de gérer des troupes. Nous avons nos éléments qui sont disciplinés donc nous espérons que les ordres que nous leur donnerons seront exécutés. Sibut c’est presque Kaga Bandoro, je pense que le reste n’est pas difficile.

En claire est-ce que vous acceptez le cantonnement ou bien allez-vous attendre le retrait des troupes sud-africaines avant de démarrer le cantonnement?
Ce n’est pas notre problème. Notre souci majeur c’est la sécurité sur le plan national. Nous voulons que la paix revienne en République centrafricaine. Et si les sud-africains partent ou pas, cela n’engage que le gouvernement centrafricain.

Vous avez accepté alors?
Nous avons déjà accepté et nous accepterons toujours. Donc nous allons partir pour les sites de cantonnement choisis.

Vous resterez combien de temps à Sibut?
Nous avons des problèmes de véhicules pour le transport des troupes. Vous savez que j’ai 1668 éléments à la base de Damara et ce n’est pas facile à transporter. Une fois les bons véhicules mis à notre disposition, je crois que tout cela sera réglé.

Vous allez donc vous rendre à Kaga Bandoro et annoncer le cantonnement aux autres éléments?
Oui! Un recensement est déjà lancé dans ces localités. Moi personnellement j’ai été envoyé par le Général Arda dans les villes de Sibut, Dékoa, Kaga Bandoro et Kabo où j’ai recensé nos effectifs s’élevant à 2886 éléments. Nous sommes prêts au nom de la paix, à accepter le processus du cantonnement.

Et les conditions posées à savoir le retrait des troupes sud-africaines et la libération des prisonniers politiques?
Ce n’est pas nous qui avons revendiqué ces points-là. C’est un ordre qui a été donné par les chefs d’Etat de la sous-région à Bozizé donc, s’il accepte ce sera bien mais s’il n’accepte pas, cela n’engage que sa responsabilité.

Vous avez donc décidé de faire la paix…
La paix je vous l’ai dit c’est ce à quoi nous aspirons tous. Mais nous ne sommes pas d’accord avec des fausses déclarations faites par les pro-Bozizé sur Radio Centrafrique car cela n’arrange en rien la situation actuelle. Même le dimanche matin nous avons appris sur cette même radio qu’ils ont demandé au président sud-africain de faire venir d’autres éléments et compléter l’effectif actuel. Cela nous énerve car, ce n’est pas le langage de la paix pour un homme d’Etat qui se soucie vraiment de sa population. Il faudrait qu’il accepte de faire ce qu’on lui dit de faire.

Et que dites exactement au peuple centrafricain?
Il n’y a pas de gravité. Il faut que le monde entier comprenne que maintenant il y a la paix sur la quasi-totalité du territoire centrafricain. La Séléka est prête à gérer la sécurité de la Centrafrique. Je demande donc à la population de vaquer librement à ses occupations.

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

mensonge

Par eric

06/03/2013 21:10

ce militaire prend les centrafricains pour des cons ils parlent en leurs nom pendant que ces hommes les massacres et pillent leur bien,de qui se moque t'il.CES agissement doivent cessez vite ces hordes de mercenaires tchado doivent etre botter du territoire centrafricain le peuple n'en peu plus d'eux.

Ces gens doivent reflechir il trop a faire en Afrique il n y a pas que les tueries de nos propres freres et soeurs c'est vraiment bestiale ces pratiques de rebellion en Afrique

Par Frappe

06/03/2013 22:20

En tout cas , je regrette que l'histoire ne sert pas a grand chose en Afrique!!et ce sont les Africains comme ces hommes en tenue comme des bêtes sauvages qui détruisent l'Afrique et lorsqu'on voyage l Afrique les autres parlent mal de l’Afrique et les Africains sont indexés du doigt comme des fauteurs de trouble a cause de vous qui enrichissez les medias internationaux et vous rester pauvre dans la brousse !
-Sachez que dans certains établissements tout ce qui est mauvais exemples a donner aux élèves on pointe du doigt l’Afrique…. A cause de notre mode vie qui consiste à détruire, à voler, à violer etc…
-Ou est notre valeur humaine dans ces genres de pratique destructive ? L’économie de notre pays ou continent est la plupart du temps entre les mains des étrangers, on se moque de nous et nos policiers a cause de notre mendicité et ce manque de créativité…malgré tout ca vous voulez des armes pour tuer et prendre le pouvoir !! ca c’est de l animosité.
Moi qui vous parle, j ai un diplôme universitaire mais je ne dépends pas du gouvernement ! un de ces beau jour si ma génération accède au pouvoir, tout ce qui est rebelle sera considéré comme enemie du peuple et des traitements appropriés seront appliqués ! la brousse est faite pour les animaux !
Incapable de créer même un cafeteria, ni une briqueterie etc. tout le monde veut être président ou ministre pour voler dans la caisse de l’état ou alors se faire corrompre par les commerçants étrangers qui se moquent toujours de ces ministres en disant ils ont ces ministres dans leur poche !! Grosse honte !!!

ces rebelles!!

Par kpgoa

07/03/2013 12:55

Malgré l' accord de paix ces rebelles se croient maîtres du jeux pour déstabiliser notre Pays,nous leurs demandons le simple retrait pour le bien de notre cher beau pays trop c'est trop

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués