NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Kaga Bandoro: Des agents de sécurité du PAM pris en otage

Par Source: RNL - 28/02/2013

Ils ont été arrêtés, torturés et ligotés le 25 février dernier par ces rebelles dits «incontrôlés»...de la coalition Séléka

 

Les exactions commises sur les populations de certaines zones occupées par les rebelles de la coalition Séléka sont loin de prendre fin. 3 agents de la Fox Sécurité», travaillant pour le compte du Programme Alimentaire Mondial (PAM) de Kaga Bandoro, ont été arrêtés, torturés et ligotés le 25 février 2013 par ces rebelles. Les agents ont été désignés par leurs pairs pour se rendre à Bangui, afin de régler des questions liées à leur salaire. Le motif de cette arrestation suivi du traitement cruel, inhumain et dégradant, serait lié, d’après les sources dignes de foi, à la publication par ces agents d’un rapport sur le pillage des vivres perpétré par les rebelles à la base logistique du PAM-Kaga Bandoro. C’est finalement ce jeudi que la nouvelle a été diffusée sur les ondes de Radio Ndeke Luka.

 


© RNL
Les rebelles Séléka près de Kaga Bandoro
«Dans les faits, 2 des 3 agents ont été appréhendés par ces éléments de la Séléka à Damara (75 kilomètres nord de Bangui, ligne de démarcation à ne pas franchir par les rebelles et les forces loyales)», ont indiqué ces sources. «Le 3ème a, quant lui, été arrêté dans la ville de Kaga Bandoro pour avoir signé le document en question. Tous ont été malmenés et conduits dans les locaux apprêtés par les rebelles à cet effet. Ces derniers exigent de leurs désormais otages une rançon de 30 000 francs CFA avant leur libération. Les familles des victimes ne savent à quel saint se vouer», ont rajouté ces sources.

Dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 février derniers, les rebelles de la Séléka de cette même localité ont de plus attaqué l’Eglise catholique et les domiciles privés. Bilan : des roues de véhicules, 2 motos et d’autres biens de valeur ont été emportés. Le correspondant de Radio Ndeke Luka a expliqué qu’en une seule nuit, 4 agressions à mains armées ont été commises par ces rebelles. La dernière a été perpétrée sur le gestionnaire de l’hôpital préfectoral de Kaga Bandoro à 23 kilomètres de la ville sur l’axe Ouandago. La moto de la victime a été confisquée. Ces actes sont intervenus au moment où la Force de la Multinationale de l’Afrique Centrale (FOMAC) a annoncé les opérations de cantonnement des rebelles. Des opérations officiellement repoussées pour des détails techniques. Toutefois, à en croire les rebelles, rien n’est à ce jour prêt pour démarrer une telle activité. Ils ont d’ailleurs pointé un doigt accusateur vers le président centrafricain François Bozizé qui, selon eux, ne respecte pas l’accord de Libreville signé en janvier dernier.

 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

reactions sur les nouvelles exactions par des rebelles de Seleka

Par kotoko

01/03/2013 01:18

Malgre les premières exactions commises sur les populations des zones occupées, le peuple centrafricain dans son ensemble a plutot gardé le silence. Cela était certes attribué au fait qu'ils ont forcé le président Bozize à former un gouvernement d'union nationale en y incluant leurs chefs. Dans ce cas, les rebelles de Seleka feraient mieux de favoriser le rétablissement de la paix en acceptant de se laisser cantonner. Or le fait qu'ils bloquent leur cantonnement cache une information selon laquelle presque 90% des rebelles de Seleka sont Tchadiens et Soudanais. Donc leur cantonnement risque de mettre au grand jour ce fait.Le malheur, c'est qu'ils y a certains fils du pays qui trouvent normal de continuer à favoriser les destructions de nos régions par ces étrangers. C'est deplorable que ces Centrafricains voient bien ces etrangers rapportent leurs butains dans leur pays d'origine. Ces rebelles tchadiens et soudanais ne peuvent pas faire ce qu'ils font ici chez eux. Dommage qu'ils ont trouvé un terrain fertile.

Une destruction perpertrée par des gens inutiles: des zaraguinas

Par Frappe

01/03/2013 12:33

Ces hommes animaux ne sont rien d’autres que des démons qui tuent et détruisent tout ! Ils savent que le président est tolérant et aime le dialogue ils savent que les Centrafricains sont trop passifs pour les attaquer avec des flèches et autres. Leurs leaders sont désormais dans le gouvernement comme il fallait les utiliser pour détruire tout pour y entrer.
Je demande aux observatoires des droits de l’homme et les syndicats et d’autres organes démocratiques de mettre à jour la liste de ces coupeurs de route pour qu’on puisse les arrêter le moment venu. Ne croyez pas que le la PAIX, La Sécurité et le Développement de notre pays viendront d’ailleurs ...... A mon avis toute la population devrait s’armer appuyer par notre armée contre ces envahisseurs zaraguinas! et qu’on en finissent une fois pour toute !! on ne veut pas des coupeurs de route chez nous !
Regardez les autres pays Africains qui avancent ! Ils ont une vie moderne et propre, des infrastructures de haute qualité, des maisons dignes d’habitat avec eau et électricité pourtant indépendant dans les mêmes années 1960 !!!!
Alors la RCA est resté comme un petit village la plus petite économie se trouve dans les mains des étrangers !! et avec tout ça les gens veulent qu’être ministre dans le gouvernement ?

dégage

Par paul

01/03/2013 21:08

La rca doit se libérer de l'envahisseur seleka tchado soudanais pour son existance

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués