ECONOMIE ET BUSINESS  |    

CEMAC: une commission pour harmoniser les procédures des opérations boursières

Par Journaldebangui.com, Xinhua - 27/02/2013

L’instance sous régionale chargée d’harmoniser la fusion des deux bourses de la zone Cemac est opérationnelle

 

Les quatorze nouveaux membres de la Commission de Surveillance du Marché Financier de l'Afrique centrale (COSUMAF) ont prêté serment mardi 27 février, devant la Cour de justice de la Communauté des Etats de L'Afrique Centrale qui siège dans la capitale tchadienne. La COSUMAF, présidée désormais par l'équato-guinéen Tung Nsue Rafael, ancien secrétaire général adjoint de la Commission Bancaire de l'Afrique Centrale (COBAC), aura notamment la lourde tâche d'harmoniser les procédures des opérations boursières entre la Bourse des Valeurs Mobilières de l'Afrique Centrale (BVMAC), basée à Libreville au Gabon, et la Douala Stock Exchange, dans la capitale économique du Cameroun. Réunis à la mi-janvier 2010 à Bangui, en République centrafricaine, les leaders des six Etats membres de la CEMAC ( Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, RCA et Tchad) ont donné leur feu vert à cette fusion, mais elle tarde à se réaliser.Il n'aura échappé à personne que les Bourses de Douala et Libreville suscitent peu d'engouement de la part des entrepreneurs ou investisseurs, si l'on en juge par leurs piètres résultats ( trois sociétés cotées à Douala, aucune à Libreville), a déploré Georges Taty, avocat général de la Cour de justice de la CEMAC.

 


© bvm-ac.com
L'avocat général a appelé à la mise en place d'une véritable bourse régionale capable de créer un marché financier plus dynamique, plus crédible, capable de financer les entreprises et de stimuler les investisseurs étrangers à l'instar de ce que fait par exemple la Bourse de Nairobi où plusieurs filiales de multinationales sont cotées: Safaricom (groupe Vodafone), East African Breweries (Diageo), Bamberi Cement (groupe Lafarge), Kenya Airways (Air France KLM), Barclays, etc.

Les bourses gabonaises et camerounaises: fruit d’un conflit politique
Créée le 1er décembre 2001 à la suite d'une décision du président camerounais Paul Biya, la bourse des valeurs de Douala, Douala Stock Exchange, a été inaugurée le 23 avril 2005. D'un capital de 1,2 milliard de francs CFA (environ 2,1 millions de dollars US), cette bourse a enregistrée sa première cotation fin mai 2006. Pour sa part, la bourse de Libreville au Gabon, connue sous le nom de Bourse des valeurs mobilières de l'Afrique centrale (BVMAC), a débuté ses activités en février 2006, alors qu'elle avait été créée le 27 juin 2003. Elle est encore à l'emprunt obligatoire de l'Etat gabonais, estimé à 100 milliards de francs CFA (environ 200 millions de dollars US), tandis que la Douala Stock Exchange compte trois sociétés cotées. La création de deux organismes tient aux querelles de leadership entre le président camerounais et son défunt homologue gabonais Omar Bongo Ondimba, décédé en juin 2009 dernier après près de 42 ans de pouvoir.

 

 
MOTS CLES :  Bourses   Douala   Libreville   Cemac 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués