NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: La ville de Birao est aux mains des rebelles qui visent Bangui

Par Paul-Marin Ngoupana; Jean-Loup Fiévet, BBC - 25/11/2010

Les rebelles annoncent avoir fait 48 prisonniers et récupéré des armes et des munitions

 

Les rebelles de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) ont annoncé ce 25 novembre s'être emparés de la ville de Birao, aux confins des frontières duTchad et du Soudan, et viser la capitale centrafricaine, Bangui, à des centaines de kilomètres plus au sud. De son côté, le gouvernement a confirmé avoir retiré sa garnison de Birao, ville de l'extrême-nord contrôlée jusqu'au 15 novembre par des casques bleus de l'Onu, dans le but d'épargner les vies des civils, tout en préparant une contre-attaque. La ville (de Birao) est sous notre contrôle, affirme Abdoulaye Issène, chef des opérations des forces de la CPJP, a déclaré à Reuters. Nous avons fait 48 prisonniers (...) et nous avons récupéré un stock assez important d'armes et des munitions. Birao est prise et notre objectif final est Bangui, a-t-il ajouté.

 


© afriscoop.net
La rébellion s'empare de Birao en république centrafricaine
On ignore si la chute de cette localité, qui revêt une grande importance stratégique compte tenu de sa position géographique, a fait des victimes. Ramadane Abdelkader, un journaliste centrafricain présent à Birao, a indiqué que la population locale s'était enfuie en brousse. Le colonel Jean Ladawa, porte-parole du ministère de la Défense à Bangui, a expliqué que l'armée s'était repliée pour éviter "un bain de sang". Notre armée, après son repli tactique de la ville, prépare actuellement une sévère riposte qui ne fera pas de cadeau à ces bandits hors la loi, a déclaré de son côté Fidèle Gouandjika, porte-parole du gouvernement centrafricain.

La Centrafrique, l'un des pays les plus pauvres de la planète malgré ses richesses minières, est le théâtre de nombreuses rébellions de faible intensité menées par plusieurs groupes d'insurgés depuis les dernières élections de 2005. Ce vaste pays sans infrastructures routières et privé d'un Etat central fort ressent sur son sol les contrecoups des conflits régionaux, notamment ceux du Soudan, du Tchad et du Congo démocratique. La CPJP s'était emparée de plusieurs localités de l'est du pays en septembre et octobre, qui ont depuis été reprises par l'armée gouvernementale. Les affrontements avec les rebelles et des problèmes de financement retardent la tenue d'élections, programmées désormais pour janvier.

 

 
MOTS CLES :  Arrêts   Birao   Bangui   Soldats   Rebelles 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués