FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

RCA: le ministère de la sante réclame l’ouverture d’un couloir humanitaire

Par Source: Leconfident.net - 11/02/2013

Dans les zones touchées par la rébellion de Séléka depuis les attaques menées le 10 décembre 2012, afin d’intervenir auprès des populations sinistrées

 

«Nous devons aller vers ceux qui souffrent. Mais avant tout nous voulons connaitre et maitriser la situation sanitaire sur le terrain avant d’apporter l’assistance et répondre aux besoins de la population dans les zones en conflit. Cependant à Bangui, l’épidémie de rougeole nous rattrape», a déclaré Honorat OUILIBONA COCKCISS, Directeur de cabinet du Ministère de la Santé Publique, de la Population et de la Lutte contre le Sida, lors d’une réunion de suivi de mise en œuvre du Plan de Contingence élaboré par ledit ministère. Cette rencontre réunissait les partenaires nationaux et internationaux intervenant dans le secteur de santé et les humanitaires en poste en République Centrafricaine. Les pillages, les viols, les abus sexuels, les blessures, le retrait des personnels de santé, le déplacement interne ont connu des conséquences néfastes sur la population. Ces situations ont entraîné les ruptures des médicaments, même les antirétroviraux (ARV) pour les personnes vivant avec le VIH, le manque du personnel soignant.

 


© leconfident.net
Dans les villes qui ont accueilli les déplacés internes, le nombre des consultations dans les formations sanitaires (FOSA) a augmenté comme a Damara où on peut compter 200 consultations par jour. Les quelques informations qui parviennent au Ministère de la santé indiquent que dans les zones en conflit, on compterait 401 blessées, 2.932 sans abris avec des conditions difficiles de santé, 2.173 enfants non accompagnés. En terme de pourcentage, il ya risque à 60% pour le pays de tomber dans l’épidémie. L’augmentation des patients dans les FOSA est estimée à 34%. Les services de santé interrompus sont évalués à 48%. L’indisponibilité des médicaments dans les FOSA a atteint 56%. Les services de santé qui manquent du personnel est à 37%. Les structures de santé totalement interrompues est à 15%. Notons que ces données proviennent de l’UNICEF et ne présentent que des tendances ou des données de base. Le but de cette rencontre est de permettre au Ministère de la Santé de coordonner les actions sanitaires en sachant qui fait quoi, où et comment agir ensemble pour plus d’efficacité.

Le problème relevé est que les ONG travaillent d’une manière dispersée et n’impliquent pas le ministère de la santé dans leurs différentes missions. L’autre problème soulevé par les participants est qu’il n’existe pas encore une plate-forme nationale de la santé pour la gestion des catastrophes et des crises. Pendant la réunion, il était question que chaque acteur se focalise sur le plan de contingence afin d’élaborer les activités de mise en œuvre selon les axes qui conviennent.

 

 
MOTS CLES :  Santé   Couloir Humanitaire   Séléka 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

reactions sur la demande de corridor

Par kotoko

12/02/2013 03:58

Il est impensable que l'on puisse parler de corridor humanitaire dans des zones occupées par les rebelles de Seleka qui pourtant ont accepte de siéger dans le gouvernement de Tiangaye. Ce qu'on doit leur demander c'est de se retirer des zones pour permettre aux ONG d'aller assister les populations qui vivent dans des conditions catastrophiques. Normalement on envisage d'ouvrir un corridor humanitaire lorsqu'il y a deux camps qui se battent. Hors les Rebelles n'ont pas d'ennemis devant eux sur le terrain. Leurs seuls ennemis sont des populations civiles, sans armes, qui ne demandent qu'on les laisse libres. Les chefs rebelles doivent aller parler a leurs troupes qui continuent de se livrer aux actes de pillages et de destructions de biens d'autrui sans être inquiétés. Si ces gens voulaient du pouvoir, ils ne pourraient pas agir comme ils le font actuellement. C'est dommage que les médias nationaux ont peur d'aller rencontrer les chefs de Seleka qui sont pourtant maintenant à Bangui pour avoir plus de clarifications de la situation des disant rebelles indisciplinés.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués