NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: Incursion d’hommes armés près de Bossangoa

Par Pacôme Pabandji - 07/02/2013

Non encore identifiés, ils menaceraient de prendre le contrôle de cette ville. C’est la panique généralisée

 

Des hommes armés non identifiés ont assiégé depuis le mardi, 5 février 2013, la ville de Bossangoa au nord de Centrafrique dans la préfecture de l’Ouham. Ces hommes menaceraient de prendre le contrôle de cette ville et, du coup c’est la panique généralisée. Contacté depuis cette ville, un journaliste de la radio communautaire Ave Maria a confirmé l’information en précisant qu’il s’agit d’une colonne de cinq véhicules équipés d’armes lourdes qui a été repérée à 20 km de la ville de Bossangoa. Une source militaire sous l’anonymat a confirmé cette information et a ajouté que le commandant de la région militaire de la ville de Bossangoa, la deuxième région militaire très importante après celle de Bossembélé, se trouvait à Bangui la capitale centrafricaine à la recherche de carburant, et ne pouvait rejoindre ses hommes par la route.

 


© RJDH-RCA
Une colonne d'hommes armés dans la brousse centrafricaine
Une source proche de la présidence de la République souligne même que le chef de l’Etat centrafricain François Bozizé aurait été informé au même instant et aurait décidé semble-t-il de mettre à la disposition du commandant, un avion de l’armée sud-africaine ainsi que quatre sections d’assaut avec la mission d’attaquer cette colonne. L’on accuse les hommes appartenant à la rébellion de Séléka d’être à l’origine de cette incursion armée. Pourtant, le verrou des forces multinationales de l’Afrique centrale (FOMAC) est bien posté à Bossangoa.

La rébellion de Séléka a déjà violé le cessez-le-feu signé avec le gouvernement à deux reprises avec l’attaque de Dimbi, de Kembé dans le sud-est de Centrafrique. On parle de graves exactions de ces rebelles dans les localités qu’ils occupent. Le pouvoir semble mettre toute son énergie afin de protéger désormais les autres villes et éviter qu’elles ne tombent entre les mains des rebelles.

 

 
MOTS CLES :  Ville   Panique   Bossangoa   Incursion Hommes Armés   Séléka   Bozizé 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

rumeurs ou manipluations

Par kotoko

12/02/2013 04:19

Je me demande si les nouvelles de menace par les rebelles de Seleka de prendre la ville Bossangoa telles que publiées dans votre article ci-haut n'est qu'une rumeur ou manipulations, voire désinformation. Où en est on avec la suite. De grâce, svp assurez-vous bien d'avoir des informations crédibles avant de publier vos nouvelles. Il n' ya que 305 km entre Bossangoa et Bangui. Et comme les rebelles n'ont pas encore pris Bossangoa ni detruit toutes les lignes telephoniques dans la region de Bossangoa, comme ils le font ailleurs où ils sont passés, pourquoi vous n'avez pas recontacté vos sources pour avoir la suite des evenements. Dommage que vous vous levrez a ce qui parait etre de la desinformation. Vous croyez peut-être que cela puisse vous permettre d'améliorer vos ventes mais vous ne rendez pas de service aux populations. On n'est tous dans le même bateau. S'il coule tout le monde risque de perdre.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués