DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Reflexion: Diagnostic du secteur touristique centrafricain

Par Simon Koitoua - 31/01/2013

Simon-koitoua est étudiant en Master II option Ecotourisme au département de géologie à la faculté des sciences université Ibn Zhor d’Agadir Maroc

 

La Centrafrique présente une diversité de milieux naturels et culturels elle est traversée par plusieurs fleuves. Les Atouts, comme étant des facteurs entre autres: sa situation géographique, l'ensoleillement, la biodiversité, le climat tropical, l’environnement et l’accueil chaleureux réservé par les populations du pays. Alors, très rapidement, l'Etat doit prendre conscience du grand enjeu du secteur de tourisme, et doit mettre en place certaines initiatives qui devraient favoriser son bon développement. Il s'agit notamment de: la mise en œuvre de la politique des charters l'aménagement des zones spécifiques notamment les lacs de caïmans vers la route de Boali et un projet hôtelier de grande envergure à Boali centre avec l'appui des bailleurs de fonds; a création de fonds de promotion touristique et la taxe touristique d’alimentation; la création d'un comité de suivi des conditions d'accueil et de séjour des touristes. L'intégration dans le cadre de la CEMAC et de la CEEAC; le classement des sites touristiques de la Centrafrique et des parcs nationaux dans le patrimoine mondial de l'UNESCO; la restauration de certains sites à l'exemple de ville impériale de Berengo.

 


© journaldebangui.com
Simon Koitoua étudiant en master II option écotourisme
Aussi, certains évènements culturels et économiques de dimension internationale comme les sommets internationaux, l’organisation des évènements et les salons spécialisés du tourisme vont fortement favoriser le développement touristique Avec toutes ces bases, le secteur commencera à avoir une attention particulière et au fil des années il s’envolera.

Analyse de la politique de promotion touristique en Centrafrique
Etant donné que nous sommes des futurs professionnels du domaine, il est difficile pour nous de savoir le pourcentage du secteur dans le PIB .Le nombre d'emplois générés par le domaine reste inexistant sans oublier les statistiques des entrées de visiteurs internationaux dans le pays ces chiffres doivent être communiqué a temps réel au grand public. Les efforts devront porter non seulement sur l'augmentation des capacités d'hébergement, mais aussi sur l'amélioration de leur niveau, sur la formation du personnel et la qualité du service, ainsi que sur la mise en place d'infrastructures adaptées (routières, sanitaires, électriques, etc....). Mais puisque préalablement à tout investissement, la définition d'une véritable stratégie de développement pour le secteur est indispensable, la Centrafrique n’a pas définit un programme ou Plan stratégique de développement touristique. Le gouvernement doit s'appuyer sur le tourisme, et qui pourra beaucoup contribuer aux revenus en devises étrangères, l'emploi et la collecte des impôts, le développement régional, stimuler la croissance et réduire la pauvreté. Dans son optique de réduction de la pauvreté et de l'intégration d’injecter une grande partie de ses efforts d'investissement dans le secteur des populations locales comme de véritables acteurs du secteur.

Cependant, il est vraiment malheureux de constater que jusqu'aujourd'hui, contrairement aux divers secteurs et sous secteurs de l'économie du pays, le secteur tourisme ne dispose pas de véritables plans d'actions opérationnels officiels. Ce qui amène les professionnels du secteur à dire que ce dernier est mal piloté et que les actions pour sa promotion ne se situent pas dans un même champ.

Qu'en est-il donc de la définition de l'image de marque du pays?
On se demande alors la véritable ampleur et l'efficacité de la promotion faite concernant la destination du pays. Ce qui laisse encore comprendre combien au même moment, la concurrence des destinations africaines en général, devient de plus en plus rude et grande.

La sérieuse crise politico-militaire que traverse la Centrafrique actuellement vient empirer la situation du Tourisme Centrafricain. Puisque les réalités actuelles du secteur sont comme voilées aucun touriste au monde ne viendra en République Centrafricaine car, c’est un domaine fragile aux événements. Demandons aux rebelles de seleka de respecter les accords de paix de Libreville pour que le pays avance car y en a marre. La prise en otage du peuple centrafricain est révolu nous voulons la paix gage du développement. Il est loin de nier que le tourisme est un des rares secteurs ayant des liens commerciaux avec quasiment tous les autres secteurs de l'économie et s'affiche comme un débouché essentiel pour l'industrie agroalimentaire et les services.

Des réflexions issues de certaines journées du tourisme laissent comprendre qu'au fait il existe un lien étroit entre le tourisme et les autres secteurs, et de manière concomitante, les emplois direct et indirect. Un secteur sain, organisé, bien promu, puis mieux valorisé, est une condition essentielle. Quelles sont les politiques et stratégies à adopter pour rendre plus compétitive la destination Centrafrique? Contribuer à l'amélioration de la compétitivité de la destination en Centrafrique?

Recommandations: Identifier les atouts et handicaps du secteur; Analyser l'environnement touristique de la Centrafrique; Analyser l'offre et la demande du secteur; Evaluer la politique de promotion du tourisme en Centrafrique; Proposer des recommandations.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Diagnostic du secteur touristique centrafricain

Par Halarem

02/02/2013 08:02

Merci pour votre analyse.
Mais je pense comme vous l'aviez dit dans votre diagnostic le tourisme englobe plusieurs disciplines et c'est l'image d'un pays. Comme vous aviez souligné pas de tourisme sans stabilité politique comme nous le savions très bien notre souffre gravement d'un déficits d’image par la faute de nous Centrafricain. Par exemple lisez WWW.centrafiquepress.com pour savoir que les Centrafricains soit disant de la diaspora de France n'aiment pas leur Pays.Ils passent tout leur temps à diaboliser leur pays. Vous aviez parlé des infrastructures Hôtelières et autres quel investiteur prendra le risque d'injecter son capital dans un pays dont gent son prêt à casser,piller ou la justice ne fait pas son travail? Du point de vue potentielle oui la RCA a un potentiel pays de tourisme mais à t-on fait l'inventaire de notre Patrimoine ancestrale, culturel et autres? nous avons en ce moment une génération des Centrafricain qui ne pensent qu'à eux. Il faut repenser notre politique de développement

felicitation

Par simon ndouba

05/02/2013 13:23

je pense tot ou tard PROSPER NDOUBA PAYERA CETTE fameuse Centrafrique Presse, arrêtez de jeter de l'huile sur le feu par simple esprit de vengeance : nous sommes conscient de ce que vous avez vécu pendant la rébellion de BOZIZE ( enlevé, emmené en brousse, puis heureusement libéré) mais cela ne doit faire de vous TRAITRE et porte voix de la SELEKA.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Adresse bloc 5 numéro 85 cite sidi –Youssef Agadir
  • Email: skoitoua@gmail.com

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués