NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Bangui: Les loupés de la mission de sensibilisation chez Séléka

Par RJDH-RCA - 31/01/2013

Deux leaders de la coalition rebelle n’ont pas réussi à embarquer à bord de l’avion des Nations unies disponible

 

Les premiers couacs de la mise en application du contenu des accords signés le 11 janvier à Libreville au Gabon se font ressentir dans les rangs de la Séléka. Comme c’est de bonne guerre en période de tension, deux leaders de la rébellion ont été empêchés d’embarquer à l’aéroport international Bangui M’Poko. Michel Djotodjia et Christoph Gazam-Betty voulaient se rendre dans les zones occupées par leurs éléments afin de les sensibiliser. Joint par le RJDH, Christophe Gazam-Betty, porte-parole de la Séléka, explique que «nous étions en train de nous préparer à embarquer lorsque le commissaire de l’aéroport était venu nous demander si nous avons tous les documents qui vont nous permettre de faire ce déplacement. Or, selon ce qui a été dit à Libreville, il est de notre devoir de sensibiliser nos troupes sur le terrain sur le contenu des accords. Nous ne pouvons donc pas attendre la mise en place du gouvernement, car certains de nos éléments n’ont pas compris ce qui est mentionné dans les documents et nous devons travailler avec le comité de suivi de ces accords», a-t-il fait savoir.

 


© REUTERS
Michel Djotodjia (g) lors de la rencontre de Libreville
«C’est ainsi que nous avons décidé de partir, car une mission du genre s’est déjà rendu dans certaines zones pour le même objectif. L’avion qui doit nous aider à faire ce déplacement, est un vol affrété par le Bureau intégré des Nations Unies en Centrafrique, qui appuie aussi le processus en cours. Alors nous ne comprenons pas pourquoi les choses se déroulent ainsi», a dit Christophe Gazambeti. Pour lui, tout ce qui se passe est une machination visant à ternir l’image de la Séléka. «Ils veulent nous pousser à commettre des actes qu’ils vont par la suite nous faire porter le chapeau. Le commissaire de l’aéroport avait même fait intervenir l’armée et la garde présidentielle, pour proférer des menaces à notre encontre. Nous avons quelques dizaines de nos éléments qui assurent notre sécurité, heureusement, ceux-ci avaient de sang froid», a-t-il ajouté.

Christophe Gazambeti, porte-parole de la Séléka, a mentionné que cet évènement ne va pas empêcher son mouvement à aller de l’avant dans la mise en œuvre des accords de Libreville. «Nous n’avons pas décidé d’annuler notre voyage mais nous l’avons juste reporté. Quand tout sera réglé, nous allons descendre sur le terrain afin de sensibiliser nos troupes», a-t-il précisé. Depuis la signature des accords de paix de Libreville, on note l’attaque des villes par les éléments de la Séléka. Les responsables de la coalition rebelle attribuent ces exactions à certains de leurs éléments dits «incontrôlés». Pour les leaders de la Séléka, ces «éléments incontrôlés» n’ont reçu des ordres de personne.

 

 
MOTS CLES :  Séléka   Bangui   Loupés   Mission   Sensibilisation 

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Qui sème le vent, Récolte la tempête

Par Kota Likongo

31/01/2013 16:38

Les Responsables de la SELEKA doivent savoir que nous sommes dans pays organisés. tout deplacement nécessite des procédures. dans leurs dires, on ne voit pas qu'est ce qu'il y'a de grave sinon se pplier seulement à des formalités de routine pour tout dépalcement aérien. je pense que même les enfants savent que pour voyager, surtout en avion, il faut des papiers à présenter et un policier, chargé de l'ordre public, doit faire son travail. quad ils aurons le ministères de la défense c'est comme cela qu'ils vont faire? laisser les embarquer sans formalités. c'est vraiment dommage. je veux savoir si ce GAZAM - Betty est la transformation Occidentale de GAZAMBETI??? car les centrafricains se posent la question de savoir si un compatriote ou non.
Qui sème le vent récolte la tempête. Les éléments de la SELEKA, le peuple, averti, vous hait.

"Tous des pourris"

Par Koraa

01/02/2013 11:49

Je me demande souvent si les centrafricains sont bien conscients de la situation reelle du pays? Depuis la megalomanie de Bokassa -qui lui au moins etait un patriote- il faut lui recconnaitre cela surtout au debut de son regime,ceux qui ont suivi de Kolingba a Patasse de Patasse a Bozize n'ont ete que des marionnettes utilises par les differents groupuscules exterieurs de la delinquance financiere, le Centrafrique est aujourd'hui dans le bas-fond en fait le pays n'existe que de nom.Tout est mimetisme et l'exemple du nom de GAZAMBETI mentionne par le precedent commentaire peut sembler banal mais en realite revelateur d'un esprit de self estime de "la classe moyenne centrafricaine"... vous avez plusieurs exemples de ce type et le malheur est que tous ces gens aspirent a des responsabilites d'etat. Est-ce qu'ils seront differents lorsqu'ils occuperont ces postes j'en doute fort ... Mon pauvre Centrafrique!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués