SOCIéTé  |    

Centrafrique: la rébellion pousse à l’exil

Par source: AFP - 30/01/2013

En se livrant à des pillages dans plusieurs villes du sud du pays, les rebelles font fuir la population vers la République démocratique du Congo (RDC) voisine

 

Selon l'AFP qui cite des sources concordantes, les rebelles de la Séléka ont assiégé Satéma (centre-sud) samedi, 26 janvier et ont positionné des hommes dans la ville où, ils sont revenus dimanche à l'occasion du marché hebdomadaire. Plusieurs personnes ont été dépossédées de leurs biens, et des centaines de personnes se sont réfugiés en RDC, a déclaré Kohotro Mbomba, un député du parti au pouvoir KNK, du président François Bozizé. Par ailleurs, à Alindao, ville (du centre-sud) sous contrôle du Séléka, les rebelles ont saccagé la gendarmerie, la mairie, le commissariat et ils sont allés piller le presbytère, a pour sa part affirmé Moïse Kotayé, député d'Alindao (indépendant, proche de l'opposition).

 


© delugio.blogspot.fr
Image d'illustration
"Les responsables de Séléka disent que ce sont des éléments incontrôlés, mais il s'agit d'une racaille qui détruit, pille et saccage en toute impunité. Il faut que les responsables réagissent. C'est eux qui les ont recrutés, et ce ne sont pas des étrangers. Ce sont des jeunes démunis qu'ils ont appelés dans leurs rangs qui se livrent à ce genre d'exactions", a déploré M. Kotayé. Un des reponsables militaires du Séléka, le colonel Djouma Narkoyo, a reconnu une attaque la semaine dernière contre Dimbi (centre-sud). Il a déclaré que "chaque fois que des informations faisant état d'exactions nous parviennent, nous procédons à une vérification et nous lançons des hommes pour stopper les récalcitrants. C'est ainsi que les auteurs des attaques de Dimbi (centre-sud) ont été arrêtés et renvoyés à Sam Ouandja (nord-est)".

La semaine dernière, des rebelles avaient attaqué une zone d'extraction de diamants à Dimbi et la ville de Kembé, commettant "des pillages, des destructions d'édifices et des assassinats" selon le ministère de la Défense. Après une offensive éclair qui les avait amenés jusqu'aux portes de Bangui, les rebelles avaient accepté le 11 janvier à Libreville un cessez-le-feu et le retrait des zones occupées conditionné notamment par la nomination d'un nouveau Premier ministre issu de l'opposition civile et la formation d'un gouvernement d'union nationale. Or, le 17 janvier, l'opposant et avocat Nicolas Tiangaye a été nommé Premier ministre au terme d'une cérémonie réunissant toutes les parties du conflit centrafricain à Bangui.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Séléka une histoire qui se répète

Par Bernich

30/01/2013 16:14

En mars 2003, Bozizé et sa troupe ont fait leur entrée dans Bangui sous les ovations de tous les centrafricains. Ils ont été habillés de tous les noms allant de libérateur en passant par sauveur et autres oubliant que ces attributs sont réservés seul à Dieu. Les pasteurs, prêtres imam, chrétiens ont vite ouvlié que c'est Dieu qui est le véritable artisan de cette libération. Des ecclésiastiques se sont vite convertis en homme politique nous renvoyant très loin à l'époque du césaropapisme où le temporel et le spirituel se confondent. Comme cela ne suffisait pas, les prédications ont pris un caractère élogieux.C'est le président Bozize qui est prêché dans toutes les églises moyennant une faveur. Les centrafricains ont clairement choisi leur camp ou c'est Bozize ou c'est le KNK. Dieu s'est vu désavoué, rejetté par ses fils de la Centrafrique, il a retiré sa main de protection sur le pays,conséquence, c'est ce que nous avons vécu tous ensemble. Un régime de terreur de souffrance de sous-développement de honte et de pauvreté généralisée. En réaction,nous sommes tous en quête d'un autre sauveur. L'histoire se répète. Séléka est une nouvelle figure de ce sauveur comme disaient d'aucuns. Il a contraint Bozize a faire de concession mais à quel prix? Destruction sauvage de nos fragiles infrastructures, viol, pillage à grande échelle,destruction des biens de l'Etat, humiliation subie des fonctionnaires de l'Etat, bandistisme, exil forcé, désacralisation des lieux de culte symbole de lieu de rencontre et d'adoration de notre Dieu la liste est longue. Toutes nos provinces vivant sous occupation subissent les affres de ces groupes.Tout peut être permis, mais porter atteinte aux hommes de Dieu, c'est provoquer Dieu. Si c'est seulement en RCA que les hommes de Dieu (pasteurs,prêtres; évangélistes) sont chosifiés, sous d'autres cieux ils sont trés respecter et je demande aux responsables de séléka de nous prouver le contraire de ces accusations faisant état des étrangers recrutés dans le rang de séléka en provenance du Soudan et du Tchad.Puisque, ce comportement témoigne à suffisance une guerre de religion et nous ne sommes pas prêt pour cela. Les goula et les rounga sont des centrafricains à part entière avec qui la coabitation a toujours été pacifique. Aux chrétiens centrafricains le devoir à la répentance s'impose à tous pour un retour définitif à la paix dans notre pays. Souvenez-vous que seul Dieu est capable de faire la paix et non une tièrece personne.
Pasto Bernich spécialiste en Théologie politique

Pétition en ligne La Paix en Centrafrique

Par NGUEREMALI

30/01/2013 23:42

Bonjour,

Force est de constater qu'à ce jour, les populations en Centrafrique sont toujours les victimes de conflits officiellement "apaisés".

Concrètement, les personnes au pouvoir en RCA, QUELS QU'ILS SOIENT, ont pour mission, non seulement d'être conscients de leurs responsabilités passées et surtout à venir, mais ont aussi le devoir d'agir pour le bien de leur pays et du peuple centrafricain de manière pérenne.

La pétition La Paix en Centrafrique est un acte de solidarité citoyenne internationale, en soutien au populations en Centrafrique.

http://www.avaaz.org/fr/petition/La_Paix_en_Centrafrique/?cZWUDab

Des signataires de tous les pays (République Centrafricaine, France, Espagne, Angola, Royaume-Uni, Côte d'Ivoire, Portugal, Brésil, Ghana, Sénégal, Etats-Unis, Maroc...) apportent leur soutien aux Centrafricains par le biais de cette pétition : 453 signatures aujourd'hui !

Chaque signature est une voix, une voix citoyenne pour la Paix en République Centrafricaine.

Merci.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués