ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Centrafrique: l’environnement des affaires se dégrade

Par source: RJDH-RCA - 24/01/2013

Les chiffres d’affaires des entreprises dans les zones occupées par les rebelles de la coalition Séléka sont tombés à moins de 50%

 

Telle est la révélation que contenait la déclaration du président du patronat centrafricain, Gilbert Grezéngu, lors d’un entretient avec le RJDH. Selon lui, les entreprises les plus touchées par cette crise sont les sociétés de téléphonie mobile et les stations services. Il cite également d’autres sociétés qui fabriquent les produits manufacturés comme la Sucaf et les grands magasins qui ont été pour la plupart pillés par les rebelles. «Chaque fois que les rebelles arrivent dans une ville où il y a la présence d’une société de téléphonie mobile, la première chose à faire, c’est de s’en prendre toute de suite à l’installation pour couper la communication. Les stations service sont systématiquement pillés pour leur permettre de s’approvisionner en carburant», a expliqué Gilbert Grezéngué.

 


© journaldebangui.com
Quelques opérateurs sur place en RCA
Il a, par ailleurs souligné qu’aujourd’hui les opérateurs économiques n’ont pas une réelle volonté d’envoyer leurs marchandises à l’intérieur du pays à cause de la situation actuelle. «Les investisseurs ont par prudence arrêté toutes leurs activités économiques en attendant la mise en œuvre des accords de Libreville et un retour au calme, car la situation reste précaire en ce moment», a-t-il ajouté. Pour le président du patronat centrafricain, cette situation ne fait qu’augmenter le taux de chômage dans le pays et cela va aussi freiner l’effort au niveau national qu’essaient de réaliser les entreprises pour redresser l’économie de la République centrafricaine.

Il a également déploré le comportement des groupes armés et de certaines personnes qui profitent de la situation de crise pour piller et de détruire les entreprises. «Ce qui arrive aux entreprises actuellement n’est pas nouveau. C’est l’éternel recommencement. A chaque fois qu’il y a une crise militaro-politique dans le pays, les gens préfèrent détruire toutes les entreprises qui se trouvent dans leurs localités et les premières victimes sont les travailleurs qui seront en chômage», a conclu Gilbert Grezéngué. Signalons que dans les zones occupées par la Séléka, des informations font état de pillages sur les entreprises par des éléments de ce groupe armé.

 


© gabonview
C'est l'argent qui manque le moins
Les recettes douanières faiblissent
Sans son intervention le 17 janvier dernier au Palais de la Renaissance, M. Robert Ngoki, président de la Chambre de Commerce est revenu sur l’état des douanes centrafricaines en ces temps de crise déclenchée depuis le 10 décembre 2012 par la coalition Seleka. Cette crise a eu des répercussions assez néfastes pour les recettes douanières. La douane n’a encaissé que 3,6 milliards de francs CFA, alors que les prévisions pour le mois de décembre 2012 se chiffraient à 4,1 milliards de francs CFA. L’un des écueils auxquels la douane est confrontée est la grève déclenchée par le personnel des régies financières pour réclamer le paiement des quotes-parts (QP). A cela s’ajoute l’onde de choc sur les commerçants devenus méfiants. Même ceux des opérateurs économiques qui avaient des changements à Douala, ils les ont mis en attente, préférant attendre le retour de la paix dans le pays. D’autres qui s’étaient engagés, ont préféré garer les véhicules à Garoua Boulai, évitant les risques de pillage orchestrés par les vandales.

C’est normal que les recettes douanières accusent une baisse car tous les corridors ne sont plus opérationnels. Les marchandises en provenance du Tchad et de Soudan ont été gelées en cette période de crise. Généralement, les marchandises en provenance du Soudan font leur entrée en République Centrafricaine en période de saison sèche où les préfectures de la Vakaga et du Bamingui -Bangoran sont accessibles par voie routière. Malheureusement en cette période, les hostilités ont été déclenchées dans le nord-est du pays. Ces difficultés auxquelles est confrontée la douane risquent de perdurer tant que la coalition Seleka n’aura pas libéré les zones conquises.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués