NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: Dimbi et Kembé attaquées, panique à Bangassou

Par Pacôme Pabandji - 23/01/2013

Ces villes du sud-est ont été attaquées par les rebelles de la coalition Séléka quelques jours seulement après des accords de Libreville

 

Selon des sources concordantes, les rebelles qui ont attaqué ces deux villes ont automatiquement procédé à des actes de pillage dans les bâtiments administratifs et les maisons des particuliers dont la plupart sont des orpailleurs. A l’écoute de cette nouvelle, les habitants de la ville de Bangassou pris de panique, se sont réfugiés dans la brousse. Pour le moment, aucun bilan exact de la prise de ces villes n’a été communiqué mais le pouvoir n’a pas tardé à réagir. Déjà le porte-parole du ministère de la Défense Jean Ladawa après avoir dénoncé ces méfaits dans un communiqué, il a rajouté une incursion dans le parc d'Awakaba, au nord de la Centrafrique.

 


© afp
M. Michel Am Nondroko Djotodjia, patron de la Séléka
Le porte-parole de la majorité présidentielle M. Cyriaque Gonda a dénoncé ces attaques qui selon lui, sont une violation pure et simple des accords de Libreville signés entre les rebelles de Séléka, l’opposition démocratique et le pouvoir. «La nouvelle conquête provoquée par Séléka a constitué l’un des points épineux débattus au cours de son entretien avec le Premier ministre. Ces violations des Droits de l’Homme ne vont pas dans le sens de l’accord de paix signé le 11 janvier dernier à Libreville. Un accord qui a prévu de garder la sérénité, activer le retrait, ou le cantonnement des rebelles, donc de s’abstenir de toutes exactions. Une manière de pouvoir former un gouvernement d’Union nationale pour un retour définitif de la paix dans le pays» a fait remarquer M. Gonda.

L'opposition politique a aussi exprimé ses regrets. Nous avions pensé qu'après Libreville et après la désignation du Premier ministre, qui devra conduire le gouvernement de transition, la paix et la quiétude devaient être rétablies dans toutes les régions de la République Centrafricaine (...) Malheureusement ce n'est pas le cas, a déclaré à l'AFP le coordonnateur de la Coalition citoyenne d'opposition aux rébellions armées (Cocora), Lévy Yakité. Ce dernier accuse le Séléka d'avoir continué sa progression dans plusieurs villes du nord. D’après lui, des éléments de Séléka seraient en train de progresser vers Bangassou (importante ville du sud).

Du côté de Séléka, il n’y a pas eu de réaction pour le moment. Mais le patron M. Michel Am Nondroko Djotodjia a quitté la capitale centrafricaine Bangui le mardi 22 janvier afin de se rendre dans les villes de Sibut, Bambari et Bria pour rencontrer ses combattants sur le terrain. Les centrafricains attendent encore beaucoup des rebelles car le président Bozizé a respecté sa part des accords mais du côté des rebelles, rien n’est encore engagé pour le moment.

Après une conquête éclair de la majeure partie du pays au mois de décembre qui l'ont amenée jusqu'aux portes de Bangui, les rebelles avaient accepté à Libreville un cessez-le-feu et le retrait des zones occupées conditionné notamment par la nomination d'un nouveau Premier ministre issu de l'opposition civile et la formation d'un gouvernement d'union nationale.

 

 
MOTS CLES :

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Et si Séléka prenait Bangui

Par noumeva

23/01/2013 15:23

Je crois que des enquêtes de tout bord doivent être menées sur les exactions et les débordements qui se sont produits depuis le début de la rébellion, et des poursuites devant des tribunaux compétents doivent être menés. Le TPI aussi doit être saisi.
Alors, on pourra parlé du pardon et d'une vraie réconciliation nationale. Un centrafricain est un centrafricain, qu'il soit musulman ou chrétien. Toutefois, les mentalités doivent changer. Ceci étant, un ministère de vérité, pardon et réconciliation doit être crée dans ce gouvernement qui sera mis en place.

God Bless Central African Republic,

reactions contre le violations du traite de cessez de Brazzaville

Par kotoko

23/01/2013 21:22

Le fait que les rebelles de la coalition dite Seleka continuent â tuer des gens et à occuper allègrement d'autres villes démontre a suffisance qu'ils ne veulent pas de paix. Par leurs actes, ils renoncent non seulement au respect du traite de cessez-le-feu de Brazzaville mais ils refusent de reconnaitre le nouveau premier ministre, qui est pourtant celui qui a toujours lutté en leur faveur. Qui leur donne actuellement l'ordre de continuer a occuper des villes sans defense. Je ne sais pas comment le premier ministre Tiangaye pourra ramener la paix si des gens armes circulent librement et font ce qu'ils veulent parce qu'on dit d'eux de Seleka. Je ne sais pas exacement comment il pourra proceder a l,integration de ces rebelles dans l'armee nationale. C'est un defi qu'il ne doit pas prendre à la legere, car il fait deja face à la relaite du pouvoir.

Il faut passer du Journalisme de complot entre compatriotes à celui de l'éclairage d'un peuple

Par Koualet M.

24/01/2013 15:35

Vous savez bien quels sont les commanditaires réels des troubles en centrafrique.
Ce qui se passe chez nous,c'est une mise en scene et nos stupides politiciens avides d'argent et meme certains nationaux cons de séléka se sont faits pris dans cette combinaison malsaine. Si vous nos journalistes centrafricains aviez l'audace d'autres journalistes africains comme ceux de certains pays de l'afrique centrale ou de l'ouest ou arabe ou anglophone,vous deviez déja éclairer vos concitoyens à ce qui se trame.
Un ami nigerian me demandait ce matin ce que je pensais du discours d'un député belge sur ce qui se passe en afrique et au Mali dont le scenario d'après lui est similaire à ce qui devait se passer en centrafrique. Il m'a cité des références de sites de journaux,presque tous les journaux de l'ouest,de l'est et comme je les sites camerounais et congolais parfois ,j'y suis allé et il fallait procéder par recherche car les infos avancent. Et comme il m' a dit qu'un site de chez moi en parlait me disant qu'il y a dedans un centrafricain du nom Political-motion que je ne connaissais pas et qui aurait mis la vidéo en ligne aussi.j'y suis allée après avoir passé en revue les sites centrafricains que je connais mais rien chez vous. Vous là ,que de faire du journalisme de flatterie ou de rumeur ou de basse politique ethnique ,vous feriez vous tous nos médias,je ne vous accuse pas personnellement de ce site mais je parle de ce qui ressort de tout ce qui est site centrafricain,mieux vaut informer et éduquer votre peuple dans la marche du monde. L'idiotie et la naiveté,c'est ce que vous déplorez dans cet article,les opposants naifs suivant betement et voilà. Pourquoi cette opposition se plaindrait -elle,que d'être une opposition vigilante et à l'affut de tous pièges,elle est là à chercher des postes et l'argent. Toute manipulation comme commence à le dénoncer ce député belge vous tombera un jour sur le nez. heureusement pour vous qu'ils espèrent arriver dans la capitale avant de vous déclarer la charia. Le but n'est pas la paix. la crise mondiale fait que la recherche des richesses sera aggressive de la part de qui vous saviez et avec la naiveté des cons comme les tiangaye.
La vidéo visionnée a travers le monde est celui d'un député belge. Beaucoup de sites en parlent noirs en parlent et vous où etes vous? Un député belge contre la guerre du mali et vous apprendrez des choses.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués