DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

L’éditorial de Julien Bela: le fameux pétrole centrafricain

Par Julien BELA/centrafricmatin - 10/01/2013

L’opposition démocratique, la société civile, les politico-militaires devraient, lors du dialogue de Libreville, clarifier la question

 

Le pétrole fait partie des nombreuses richesses du sous-sol centrafricain. Sans cette crise très aiguë entre le gouvernement et les rebellions, personne ne saurait ce qui se passe réellement autour de ce fameux pétrole. Bozizé est le seul à brandir à tout vent le dossier du pétrole comme une propriété personnelle. Le pétrole ne figure pas dans la loi de finance qui vient d’être approuvée. L’Assemblée Nationale, avec 90% des députés du parti au pouvoir, le KNK, est à l’écart du dossier pétrole. La licence est-elle donnée gratuitement à l’entreprise exploitante ? Dans le cas contraire, quel est le prix de cette licence? Sans la guerre, Bozizé n’aurait certainement pas évoqué le pétrole. Les négociations de Libreville doivent clarifier cet état de fait qui échappe totalement aux Centrafricains, les principaux concernés. La question du pétrole ne peut évoluer dans une nébulosité aussi compacte. Le pétrole, dans les pays sérieux, constitue un gage pour l’Etat afin de demander des fonds d’investissement, au regard de la déconfiture généralisée du pays sur tous les plans.

 


© cap
Une station service ravitaillée en carburant venant du Tchad
Les ethnies qui sont traquées ici à Bangui, dans le sillage de la crise avec la coalition «Séléka», sont toutes de la région de Vakaga et Bamingui-Bangoran, la zone où se trouve le pétrole. Comment les populations locales, dont les parents sont traqués ici à Bangui, peuvent-elles être en collaboration avec les autorités du pays? Nous pouvons demander des avances sur production pour régler les différentes crises qui secouent le pays. Le Tchad sera le gendarme de la RCA jusqu’à quand? Une autre crise, c’est la brèche ouverte quant à la religion. C’est au sein de ces mêmes musulmans qu’on a constitué ce qu’on appelle «l’armée volontaire», nous dit un musulman. Et beaucoup sont morts au front à cause du pouvoir de Bangui. Faut-il stigmatiser les musulmans? La RCA est devenue un Etat vassal du Tchad, la puissance protectrice qui a installé l’homme du 15 mars 2003 et le soutient mordicus à bout de bras, pour reprendre une expression de l’opposant tchadien Saleh Kebzabo, qui ne cesse de dénoncer l’implication profonde du Tchad dans les affaires internes de la RCA, prétextant assurer ses arrières.

L’opposition démocratique, la société civile, les politico-militaires doivent, lors du dialogue de Libreville, clarifier la question du pétrole centrafricain. C’est une richesse nationale de l’Etat centrafricain. Il y a de quoi douter de la sincérité du chef de l’Etat quant aux intentions annoncées, notamment la révision constitutionnelle.

 

 
MOTS CLES :  Séléka   Tchad   Centrafrique   Pétrole   Bozizé 

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Nous avons le pétrole

Par Kota Likongo

11/01/2013 16:13

Monsieur Julien, la RCA a lé pétrole mais un FAMEUX mais du pétrole et c'est à cause de cela que la France et ses complices ( ELF à l'époque et TOTAL et la SELEKA aujourd'hui) veulent mettre la RCA en feu et en sang. quoiqu'il en soit BOZIZE n'arrivera pas à bouffer lui seul l'argent du pétrole, c'est un patriote. mon frère Julien BELA, soyez un JOURNALISTE DE DEVELLOPEMENT pas celui qui vend le sensationnel.
Nous avons du pétrole et nous l'exploiterons avec qui veut nous aider -( CHINE, afrique du sud). je précise que les SUD AFRICAINS resteront n'en déplaise à la France dont lé prédident a bien précisé que ses forces sont là rien que pour ses ressortissants, il faut quand même que les gens de bonne foi et solidaires viennent à notre défense: BIENVENUE LES SUD AFRICAINS au secours des CENTRAFRICAINS

Le pétrole est centrafricain mais pas les hbitants

Par DINE

15/01/2013 13:15

C'est exacte! "Les ethnies qui sont traquées ici à Bangui, dans le sillage de la crise avec la coalition «Séléka», sont toutes de la région de Vakaga et Bamingui-Bangoran, la zone où se trouve le pétrole. Comment les populations locales, dont les parents sont traqués ici à Bangui, peuvent-elles être en collaboration avec les autorités du pays?" Comment concevoir que le pétrole est centrafricain mais les habitants de la région sont étrangers. Aidez moi à comprendre.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués