NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: la rébellion face à l’imminence des négociations

Par source: AFP - 04/01/2013

Alors qu’elle affirmait être prête pour les pourparlers inter centrafricains à Libreville, une confusion gagne les rangs de la coalition Séléka à l’annonce de la date du 6 janvier

 

Ira ou n’ira-t-elle pas à Libreville? La capitale gabonaise a finalement été retenue pour abriter la rencontre visant les négociations de paix entre la rebellion Séléka et le gouvernement de Bangui. De sources concordantes la date du 6 janvier 2013 a été annoncée pour des assises. Mais même si toutes les parties semblaient prêtes, on note un certain désarroi dans les rangs très hétérogènes de la rébellion. Son porte-parole Eric Massi, basé à Paris, a déclaré vendredi 4 janvier à l'AFP ne pas être au courant de négociations imminentes à Libreville, en affirmant ne pas encore avoir été contacté par la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC). Je ne suis pas au courant. Je l'apprends par l'AFP, c'est incroyable, a réagi Eric Massi à l'annonce de l'arrivée prévue dimanche d'une délégation de la rébellion du Séléka à Libreville. Selon une source de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC), cette délégation doit comprendre outre M. Massi, le chef du Séléka Michel Djotodia, et huit autres personnes. J'ai eu Michel (Djotodia) ce matin même au téléphone. Il ne m'a pas parlé de ça, a déclaré M. Massi. Il m'a dit recevoir des pressions de la communauté internationale, mais je ne vois pas ce que l'on va aller négocier à Libreville si ce n'est le départ de (François) Bozizé, le président centrafricain, a-t-il ajouté. J'attends toujours le coup de téléphone de (Guy-Pierre) Garcia, le secrétaire général-adjoint de la CEEAC, a-t-il encore dit.

 


© lepoint.fr
Le secrétaire général de la CEEAC Guy-Pierre Garcia
Vendredi, une source de la CEEAC a affirmé qu'une délégation du Séléka était attendue dimanche à Libreville pour des négociations. Le secrétaire adjoint de la CEEAC, le général Guy-Pierre Garcia affirme avoir un contact ferme avec les rebelles. Leur chef Michel Djotodia a pris la décision. Ils partiront le 6 pour Libreville. Ils sont au nombre de dix, a-t-on précisé de même source, soulignant que MM. Massi et Djotodia seraient présents. François Nelson Ndjadder, coordonnateur et délégué en Europe de la Convention patriotique pour le salut du kodro (CPSK), une des composantes du Séléka, un mouvement très hétéroclite, sera également présent, selon la même source, qui a précisé que la date du début des négociations n'avait pas encore été fixée. Interrogé par l'AFP à Paris, Nelson Ndjadder a lui aussi fait part de son étonnement, assurant ne pas avoir été informé d'un déplacement à Libreville, ni même qu'il faisait partie de la délégation. Il a toutefois précisé être d'accord sur la tenue de discussions à Libreville, où, a-t-il dit, il veut aller.

Le Séléka a stoppé l'offensive qu'il avait lancée le 10 décembre dans l'attente des négociations, le gros de ses troupes étant toujours positionné à Sibut, à 160 km de Bangui. Les rebelles, qui ont pris les armes pour réclamer le respect de plusieurs accords de paix signés entre le gouvernement et des rébellions et se sont facilement emparés de plusieurs villes du Nord et du centre, demandent le départ du président centrafricain François Bozizé. Plusieurs partis de l'opposition centrafricaine proches du Séléka, réunis au sein d'un Front républicain pour l'alternance et la Paix (FRAP), ont tenus jeudi soir une assemblée générale à Paris, à l'issue de laquelle ils ont posé comme préalable à toute négociation la démission du président Bozizé. Après l'annonce de négociation imminentes à Libreville, le porte-parole du FRAP Guy-Simplice Kodégué a dit ne pas être informé et réaffirmé que le préalable restait le départ de Bozizé.

 

 
MOTS CLES :  Libreville   Pourparlers   Négociations   Séléka   Bozizé 

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

La Paix

Par 05romuald34

04/01/2013 18:12

Je ne comprend pas et pourquoi les Gens aime la violence pour resoudre des problemes l`Afrique a trops souffrair laisse l`histoire de la guerre sa ne resoud aucun probleme sur la mentalite de la population et meme les nouvels generation de demain.
Ce que je propose au peuples Africain c`est Paix rien que la Paix nul n`est parfait sur cette planet arrete de fair la guerre la violance verse le sang de ton propre frere Africain Dieu nous a aime Il nous a donne une tres bell planet et meme qui est le Berceau de l`Humanite d`apres les historiens nous somme le poumon de cette planet respecte notre planet.
Unisson nous la main dans la main et lute contre la Pauvrete c`est tous ce que je peus dire sur l`Afrique.
Vous avez qui est nautres enemie c`est pauvrete, et pensse a ton prochain merci.

Liberté du peuple et égalité

Par Isa

06/01/2013 10:54

Pour avoir passer qu'elle année en Afrique je peut dire que si les haut fonctionnaires de l Afrique n abuser pas de leurs pouvoir et de l'argent et que si au lieux de se faire plaisir en s'achetant des voitures de luxe ou des maisons en France ou d'autres endroit de la planète et s'ils tenaient leurs paroles et bien mes frères et sœurs d'Afrique ne souffriraient pas et ils n'y aurait pas de guerre inutile .
la paix serait présente sur l'Afrique travail respect et harmonie serait le mettre mots de l'Afrique .
LE SAVOIR VIVRE.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués