SOCIéTé  |    

Centrafrique: Le réveillon sous couvre-feu

Par Source: RFI - 02/01/2013

A la suite des assauts menés par les groupes rebelles de la Séléka, le passage dans au nouvel an s’est déroulé calmement

 

D’habitude le réveillon est célébré le 31 décembre par des veillées religieuses jusqu’au passage à la nouvelle année mais, avec le couvre-feu de 19h à 5h, beaucoup de ces rendez-vous ont été annulés. Et de nombreux Banguissois ont donc fait la fête en famille, chez eux, en petit comité, sans sortir manifester leur joie dans les rues comme ils le font habituellement. Après les assauts menés par des groupes rebelles de la Seleka qui se sont emparés de plusieurs villes stratégiques en Centrafrique, le président Bozizé a aussi délivré un message lors de son discours de vœux du Nouvel An. A Bangui, de nombreux Centrafricains étaient massés lundi devant les banques pour la paie de fin de mois, se disant inquiets pour l'avenir et soucieux de la flambée des prix. «On va essayer d'acheter un peu plus de manioc pour pouvoir rester à la maison si les rebelles arrivent». Quant au réveillon, «on n'a pas la forme habituelle», a dit Sylvain Derouanda, gardien d'une entreprise de sécurité.

 


© http://mcetv.fr
Les jeunes patriotes ce sont engagés dans la défense de la ville de Bangui
Le Nouvel an dans un calme relatif
Bangui a vécu une journée assez calme le mardi 1er janvier 2013, avec peu de circulation dans les rues. La tradition voulait qu’en ce premier jour de l’année, les chrétiens aillent à l’Eglise ou au temple et qu’ils prient pour l’année à venir et 2013, en dépit de la crise. A la cathédrale de Bangui, les fidèles sont venus remettre en milieu de matinée leur pays entre les mains de Dieu. «Nous prions pour que la paix revienne en Centrafrique, la vraie paix», disait une croyante à RFI. La messe, d’ailleurs, était placée sous le signe de l’espoir, espoir en la possibilité d’un dialogue entre la rébellion et les autorités.

L’armée critiquée
En ce qui concerne la situation militaire, c’est le statu quo pour le moment. La Fomac, (Force multinationale d’Afrique centrale) soutient que les rebelles de la Seleka sont toujours à Sibut, à 160 kilomètres de Bangui et il reste très difficile de savoir où se cachent les rebelles. Dans les quartiers de Bangui, des jeunes se sont constitués en groupe de patriotes et installent des barrages à la recherche des rebelles. Dans le 4ème arrondissement de Bangui, par exemple, ils expliquent qu’ils ont répondu à l’appel du président Bozizé et que, tous les soirs, ils dressent des barrages avec des tables, des pierres pour contrôler la circulation, à la recherche de rebelles. Ces groupes de jeunes patriotes précisent aussi qu’ils font des patrouilles dans leurs quartiers. Dans un de ces quartiers, ils racontent qu’ils sont allés sanctionner une notabilité proche des rebelles. «On ne voulait plus qu’il habite dans notre quartier, on est allé brûler sa maison», disent-ils. Pour justifier son engagement contre la rébellion, un jeune étudiant diplômé sans emploi explique par exemple, qu’il avait espoir de voir l’économie décoller, mais que l’avancée des rebelles a transformé cet espoir en désespoir. «C’est pour cela qu’on s’est manifestés, qu’on a pris notre courage en main», dit cet étudiant qui se fait surnommer le «général Toro Toro Afousein», littéralement «le général trop c’est trop».

C’est dans ce contexte que le président François Bozizé a présenté ses vœux hier à la nation, une allocution prononcée en sango. Après avoir rappelé les principales réalisations de l’année, il a regretté que le démon de la Centrafrique ait resurgi fin 2012 pour, a-t-il dit, «pousser les Centrafricains à se battre et à détruire le pays». Un pays selon lui divisé en deux, avec d’un côté, les janjawid, du nom de ces cavaliers armés qui ont fait la sinistre réputation de la crise du Darfour, et de l’autre les «vrais Centrafricains». François Bozizé a également critiqué, dans ses vœux, l’armée centrafricaine. «Si elle était disciplinée et remplissait sa mission correctement», a-t-il dit, «nous n’en serions pas arrivés à la situation actuelle». Selon le président, si la population souffre à l’heure actuelle, c’est en partie parce que l’armée centrafricaine «n’a pas rempli sa mission de protection et de défense». François Bozizé a par ailleurs remercié l’armée tchadienne et le président Déby pour leur aide. «Si l’armée tchadienne n’était pas là, Bangui aurait déjà été prise d’assaut», a-t-il reconnu. En fin de journée, la police a annoncé qu'un sympathisant de la rébellion ainsi qu'un policier avaient été tués dans la capitale.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués