INTERVIEW  |    

«La population centrafricaine est en danger»

Par Tanguy Berthemet, Figaro.fr - 31/12/2012

Éric Massi, porte-parole et le coordinateur de la Séléka, la rébellion qui cerne Bangui, exige le départ immédiat du président Bozizé

 

Pourquoi menacez-vous aujourd'hui de prendre Bangui, ce que vous excluiez encore samedi?
Éric MASSI. - C'est une question humanitaire. Il y a maintenant urgence à intervenir, la population est en danger. François Bozizé et ses hommes ont fait distribuer des machettes et des kalachnikovs à ses partisans civils. Il y a dans les quartiers des descentes et des arrestations parmi les gens issus du nord du pays. Ce sont surtout les membres des familles des troupes ou des chefs de la Séléka. Plus de 400 personnes ont été arrêtées et sont portées disparues. C'est une situation intolérable et nous exigeons maintenant le départ sans délai de Bozizé.

 


© Lionel Bonaventure/Afp
Pour Éric Massi, «Paris a aussi un rôle à jouer dans la recherche d'une solution s'il le souhaite»
Vous refusez donc tout dialogue…
Un dialogue est encore possible. Il est possible que je me rende à Cotonou ou à Libreville. Mais, avant cela, il nous faut des garanties de la part des chefs d'État de la région pour que les arrestations prennent fin.

Que pensez-vous du déploiement de troupes françaises à Bangui?
La France a clairement dit qu'elle n'interviendrait pas. Il me semble normal que Paris veuille protéger ses ressortissants et ses intérêts. Maintenant, Paris a aussi un rôle à jouer dans la recherche d'une solution s'il le souhaite.

La Séléka souffre-t-elle d'un déficit de leader et de programme?
C'est une vision ancienne. La Séléka est une alliance de plusieurs mouvements. Pendant plusieurs mois, c'est vrai qu'il n'y a pas eu de chef. Maintenant, sur le terrain, les combattants se sont concertés et c'est Michel Djotodia qui a été choisi. Pour le programme c'est assez simple. Il s'agit de remettre le pays sur la voix de la démocratie et du développement. Nous formerons un gouvernement d'union nationale chargé d'organiser des élections générales auxquelles son responsable ne pourra se présenter.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

TROUVER VOUS CELA NORMAL?

Par laticauda

18/01/2013 00:37

Bozizé et ses hommes ont fait distribuer des machettes et des kalachnikovs à ses partisans civils. Il y a dans les quartiers des descentes et des arrestations parmi les gens issus du nord du pays.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués