NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: l'armée régulière échoue à Bambari

Par source: afp - 29/12/2012

La concentration des forces armées tchadiennes et centrafricaines sur Damara est le dernier recours à une progression de la rébellion sur Bangui

 

Les forces régulières n'ont pas réussi à reprendre la ville de Bambari, dans le centre de la Centrafrique, tandis que la rébellion du Séléka s'emparait de la place stratégique de Sibut, à 160 kilomètres au nord de Bangui, la capitale, a-t-on appris. "Je suis encore à Bambari à l'heure actuelle. Nous tenons la ville. On a été attaqués par les Faca, mais on les a repoussés. Les combats a duré environ deux heures", a affirmé un responsable du Séléka Djouma Narkoyo. Une information confirmée de source militaire centrafricaine. "Il y a eu des combats vendredi à Bambari, à l'issue desquels les Faca se sont repliées vers Sibut (avant de se replier de nouveau sur Damara, NDLR)", a déclaré samedi un responsable militaire centrafricain. Djouma Narkoyo a fait état de "pertes" du côté de l'armée centrafricaine, précisant que les combats avaient fait "un mort et trois blessés" côté rebelle. Prise dimanche (il y a une semaine) en quelques heures, Bambari, à 300 kilomètres au nord-est de Bangui, était l'une des places fortes des Faca (Forces armées centrafricaines).

 


© afrikarabia.com
Bambari toujours entre les mains des rebelles
Les rebelles ont pris Sibut
Plus tôt samedi, la rébellion du Séléka, a pris sans combat la ville de Sibut, à 160 km au nord de la capitale, un nouveau succès enregistré en trois semaines d'offensive. "Nous continuons à progresser et nous avons récupéré Sibut", a confirmé Djouma Narkoyo depuis Bambari. Selon des habitants en provenance de Sibut, une soixantaine de véhicules de troupes tchadiennes et centrafricaines ont été aperçus dans la soirée de vendredi en train de converger vers Damara, désormais le dernier verrou stratégique avant Bangui. La concentration des forces armées tchadiennes et centrafricaines sur Damara est désormais le dernier recours à une progression de la rébellion jusqu'à Bangui. Acculé, le pouvoir n'a plus le contrôle de la majeure partie du pays, le Séléka occupant les importantes localités de Bria et Bambari et plusieurs villes du nord dont Kaga Bandoro.

Parallèlement, la France a porté vendredi sa présence militaire à 400 hommes avec l'envoi de 150 parachutistes à l'aéroport de Bangui et la CEEAC a annoncé des renforts. L'évolution de la situation sur le terrain éloigne l'espoir d'une solution négociée rapide en Centrafrique, que les pays de la région tout comme la France, ex-puissance coloniale, ont appelée de leurs vœux.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués