NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Intervention: la force multinationale d'Afrique sécurise Bangui

Par source: AFP - 27/12/2012

Suite à l’appel lancé à travers son discours en direction des puissances occidentales, seule la FOMAC a répondu par l’affirmative

 

Le président centrafricain, François Bozizé, a prononcé un discours ce jeudi matin dans lequel, il demande à Paris et Washington leur appui pour «faire reculer les rebelles» avant de faire avancer le dialogue. «Nous demandons à nos cousins français et aux Etats Unis d’Amérique, qui sont des grandes puissances, de nous aider à faire reculer les rebelles à leur base initiale de façon à permettre la tenue du dialogue à Libreville pour résoudre la crise actuelle», a déclaré le président François Bozizé en sango, langue nationale centrafricaine sur les ondes de la radio nationale. «Il n’est pas question de les laisser tuer les Centrafricains, de les laisser détruire les maisons, piller les biens et nous demander le couteau sous la gorge d’aller à ce dialogue», a ajouté le président. «C’est un complot contre la République centrafricaine, c’est un complot contre son peuple. (...) Tous les autres chefs d’Etat centrafricains ont connu cela: Boganda a été assassiné pour cela, Bokassa a été ramené au pays menottes aux poignets, Kolingba, Patassé ont connu cette situation, et aujourd’hui c’est au tour de Bozizé d'être menacé», a-t-il martelé, faisant référence à des anciens présidents.

 


© afp
Une fin de non recevoir?
La France a dans la foulée condamné «la poursuite des hostilités en République centrafricaine de la part des mouvements rebelles», appelant à régler «par le dialogue» la crise en Centrafrique, sans répondre à la demande de soutien militaire formulée par Bozizé. Selon le ministère français de la Défense, les forces françaises sont déployées en Centrafrique dans le cadre de la mission Boali de soutien à une force multinationale sous mandat de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC). Elles contribuent à la «sécurité générale du pays» et offrent un «soutien à la reconstruction des forces armées» centrafricaines. De son côté la force multinationale d’Afrique centrale (FOMAC), qui compte plusieurs centaines de militaires en Centrafrique, a annoncé ce jeudi matin l’envoi de nouvelles troupes pour sécuriser Bangui. «Bangui est sécurisée au maximum par les troupes» (de la FOMAC), mais «d’autres (troupes) vont arriver pour renforcer cette mission de sécurisation de Bangui», a déclaré à la radio nationale le commandant de la FOMAC, le Général Jean-Félix Akaga. Il n’a toutefois donné aucun détail sur le nombre et la date d’arrivée de ces éventuels renforts.

Cette force multinationale, mise en place en 2008, avait pour mission d’aider à consolider la paix dans le pays miné par des années de guerres civiles et de nombreuses rébellions. Elle a compté jusqu'à 500 soldats en provenance du Gabon, de République Démocratique du Congo, du Tchad et du Cameroun. Elle avait commencé à se retirer progressivement de la Centrafrique, qu’elle était censée quitter définitivement avant le 31 décembre 2013.

 

 
MOTS CLES :  France   Bangui   Intervention   Fomac   Usa 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués