NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

La Séléka refuse de discuter à Libreville et s’approche de Bangui

Par Michel Ndong/gabonreview.com - 24/12/2012

Depuis la condamnation des rebelles par le Gabon, la coalition demande une délocalisation des négociations et souhaite un réel «i dialogue inclus» pour régler la crise

 

Depuis trois semaines, la coalition du Séléka fait route vers Bangui avec la ferme intention de «faire appliquer pleinement» les accords de paix de 2007. Les rebelles accusent le président centrafricain, François Bozizé, de ne pas avoir respecté ses engagements. Ils se sont emparés de la ville minière de Bria et samedi des villes d’Ippy et Ndassima, situées dans le centre. Dimanche, dans la matinée, l’importante localité de Bambari est tombée aux mains des rebelles, après d’intenses combats. Avec 50 000 habitants, la ville constituait une zone de garnison importante pour l’armée régulière. La chute de Bambari intervient alors que François Bozizé acceptait enfin de dialoguer, à Libreville, à condition que la coalition se retire de ses positions. Mais la Séléka continue son avancée, pour contrer les attaques de l’armée régulière, affirme-t-elle. Ce dimanche, un porte-parole de la rébellion a indiqué que son mouvement refusait de se rendre à Libreville pour négocier depuis la condamnation des rebelles par le Gabon. La Séléka demande une délocalisation des négociations et souhaite un réel «dialogue inclusi» pour régler la crise.

 


© cap
Sur le plan militaire, les rebelles ont l’avantage malgré l’intervention des troupes tchadiennes en renfort de l’armée gouvernementale. Un responsable de la Séléka affirme que les troupes tchadiennes n’avaient «toujours pas affronté la rébellion» et «ne bougeaient pas». Un signe de lâchage de Bozizé par Idriss Débi d’après la Séléka, qui affirme également avoir récupéré du matériel militaire aux FACA (l’armée régulière) ce dimanche. «Une compagnie rebelle se trouvait dimanche soir à 85 kilomètres de Bangui» affirme le porte-parole de la Séléka qui a ajouté que «François Bozizé ne pouvait plus tenir militairement».

A Bangui, l’avancée est suivie avec inquiétude, car elle ravive de mauvais souvenirs. Par précaution, certains font déjà des réserves de nourriture. La population reste marquée par le souvenir de la prise de pouvoir du président Bozizé en 2003. Le général avait alors conquis des villes sans résistance de l’armée, jusqu’à Bangui. La situation actuelle est toutefois différente, avec la présence de militaires tchadiens à Sibut, sur la route de Bangui. Mais la ville plonge néanmoins dans une peur généralisée. Les éléments de l’armée renforcent leur présence dans tous les quartiers. Une forte présence des FACA, lourdement armés, est visible à chaque check point de Bangui. Des rumeurs très appuyées affirment que la France aurait intimé l’ordre au Tchad d’Idriss Deby d’observer une stricte neutralité dans le conflit centrafricano-centrafricain.

 

 
MOTS CLES :

7 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Rébellion ennemie du peuple, et le peuple la rejette a 100%

Par Le Juif Noir

24/12/2012 22:35

Rébellion ennemie du peuple, et le peuple la rejette a 100%

Cette rébellion ne se bat ni pour la population ni pour la démocratie, Remplie de voyous, criminels, délinquants et rancuniers de tout genre, elle est incapable de formuler ses revendications clairement. La population qui est toujours la victime et otage historique n’acceptera jamais qu’elle soit gouvernée par des gens sans aucune base scolaire. Le syndicat, les parlementaires et la jeunesse ne travailleront jamais avec ces bandits de grand chemin. Toute l armée centrafricaine en ce moment entrera en rébellion si ces criminels de rebels se portent comme groupe de dirigeants. Faites vos longues marches mais attendez vous au pire contre vous. Une nouvelle rébellion se forme déjà contre vous aussi. Qui vivra verra.

le bossu ne voit sa bosse

Par Lèngban

25/12/2012 16:55

Encore un autre minable personnage. Eh ! mec Juif noir. Sache qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Si non, c'est du brouillard. Les combattants de SELEKA sont des voyous qui savent se battre pour une cause noble: chasser les imposters, les voleurs du grenier nommé trésor public. Dis-moi. Sous quels cieux a-t-on vu un président de la République se métamorphoser en dépensier public entendez trésorier général,un Président d'une Fédération sportive, fut-il fils d'un PR, transformer un centre sportif en une prison privée(geôle)...
Bref! trop, c'est trop. Tes émergumens, charognards hors pair, nous doivent foutre la paix vite fait.

Bozizé

Par fredo

25/12/2012 17:01

Bozizé fait quoi pour éviter ce genre de choses,sa gouvernance est comment?Lui il est général,je veux vous dire les militaires africains(du soldat au général)ils sont tous des nuls et des gros voyous(Sassou,Bozizé,Deby...).

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués