NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Algérie: François Hollande veut restaurer la vérité historique

Par Alain Georges Lietbouo - 21/12/2012

En visite de 36 heures à Alger, le président français y est allé « dire ce qu’est la vérité, ce qu’est l’histoire» afin de réchauffer les relations franco-algériennes

 

La visite de François Hollande en Algérie pourrait donner une nouvelle orientation aux relations entre les deux pays. Dès sa prise de parole à l’Assemblée nationale le jeudi 20 décembre, il a tenu à donner le ton de sa visite en reconnaissant les souffrances que la colonisation a infligé au peuple algérien, en citant à titre d’exemple les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata. Il a également dénoncé un système colonial «profondément injuste et brutal». La veille à son arrivée le mercredi 19 décembre, il avait précisé je viens dire ce qu'est la vérité, ce qu'est l'histoire» avant de poursuivre, «j'ai toujours été clair sur cette question: vérité sur le passé, vérité sur la colonisation, vérité sur la guerre avec ses drames, ses tragédies, vérité sur les mémoires blessées.

 


© lefigaro.fr
François Hollande à la tribune du Palais des nations d'Alger, devant les représentants des deux chambres du Parlement algérien
La visite de François Hollande en Algérie, alors qu’elle s’achève, avait été critiquée par une dizaine de partis politiques, dont quatre islamistes, qui dénoncent le refus des autorités françaises de reconnaître, excuser ou indemniser, matériellement et moralement, les crimes commis par la France coloniale en Algérie. Malgré cette menace des milliers d'Algérois ont accueilli le président de la République français et son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika, qui ont emprunté à pieds, mercredi, sur plusieurs centaines de mètres, le boulevard du front de mer d'Alger, pavoisé aux couleurs des deux pays.

A travers ses déclarations et ses bains de foule repetés, François Hollande, ne voudrait pas tomber dans le même piège que ses prédécesseurs qui avaient pourtant à leur époque fait des déclarations fortes. En 2003 et 2004, Jacques Chirac avait été accueilli dans la liesse dans la capitale algérienne. Mais l'année suivante, une loi visant à inscrire dans les manuels scolaires français le rôle positif de la colonisation avait durablement plombé les relations franco-algériennes. Quant à Nicolas Sarkozy, il avait séduit les Algériens en décembre 2007, mais la présence dans la foule des associations de harkis avait rompu le charme.

 

 
MOTS CLES :  Hollande   Algérie   Colonisation   Histoire   Vérité 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués