NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

RCA: Une alliance de rebelles menace le pourvoir de F. Bozizé

Par journaldebangui.com - 18/12/2012

Ils demandent au président, chef de l’Etat d'entamer des discussions, après une dizaine de jours d’assauts dans des villes du pays

 

La dernière ville à être tombée sous le contrôle des rebelles, est celle de Bamingui, située à environ 600 kilomètres au nord de Bangui, la capitale centrafricaine. La nouvelle coalition est composée de trois groupes rebelles. Il s'agit de la CPSK (Convention Patriotique pour le Salut wa Kodro), de la CPJP (Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix) et de l'UFDR (Union des Forces Démocratique pour le Rassemblement). Ils ont par ailleurs annoncé la constitution d'une coalition pour combattre le régime de Bangui et ont officialisé leur alliance politico-militaire dans un communiqué. Leur objectif, disent-ils, est de contraindre le président François Bozizé à respecter un accord de paix signé il y a cinq ans.

 


© journaldebangui.com
Ils tiennent tête au pouvoir de F. Bozizé
Le groupe revendique ainsi, les attaques perpétrées depuis une semaine dans le nord-est de la République centrafricaine. En dehors des villes de Ndélé, Sam-Ouandjia et Ouadda (nord-est) qui sont sous le contrôle des rebelles depuis le 10 décembre, celui qui dit être le président de cette alliance, nommée Noureldine Adam, revendique aussi les attaques des villes de Damara et de Sibut (sortie nord de Bangui) du 17 septembre, de même que celle de la ville de Kabo (nord) le 27 novembre, et qui avaient coûté la mort à neufs militaires centrafricains.

Dans leur communiqué de presse, la coalition formule dix préoccupations qui doivent servir de base pour une négociation avec le gouvernement. Il s'agit entre autres du «respect de l'Accord de Birao entre le gouvernement et l'UFDR, la mise en œuvre concertée des recommandations et conclusions du Dialogue Politique Inclusif (DPI de 2008)». Ce groupe rebelle exige aussi la mise en place d'une commission d'enquête indépendante chargée de faire la lumière sur les circonstances de la disparition du colonel Charles Massi, ancien ministre d'Etat et président fondateur de la CPJP, et de Hassan Ousmane, une autre personnalité d'un groupe rebelle également porté disparu depuis 2009. Une enquête sur la mort accidentelle de Maître Goungaye Wanfiyo Nganatoua, un président de la Ligue centrafricaine des droits de l'homme, est également exigée.

Noureldine Adam justifie ces attaques, dans le communiqué, en disant que le président centrafricain, François Bozizé, a trouvé comme stratégie d'écarter les vrais fondateurs de l'opposition armée, pour ne traiter qu'avec «des interlocuteurs malléables pour les convaincre à signer des accords, selon sa volonté». Cette revendication intervient au moment où une quatrième ville de la partie nord-est du pays, la ville de Bamingui situé à 120 kilomètres de Ndélé est tombée sous le contrôle des rebelles. Depuis le lundi 10 décembre, ces hommes multiplient des assauts. L'UFDR et la CPJP ont signé l'accord de 2008 à Libreville, censé mettre un terme à la rébellion en Centrafrique et prévoyant la démobilisation, le désarmement et la réinsertion des combattants.

Cette nouvelle coalition menace de renverser François Bozizé si celui-ci ne met pas en applications les accords de paix. Par ailleurs, le chef d'état-major de l'armée centrafricaine, joint par BBC Afrique, dément la disparition d'une trentaine de ses soldats à la suite d'une embuscade des rebelles. Selon le Général Guillaume Nappo, tous les militaires centrafricains dont on n'était sans nouvelle après la prise de Ndélé ont regagné leurs bases. Or dans les régions contrôlées par les rebelles, la situation humanitaire semble se dégrader. Des personnes fuient pour trouver refuge dans des régions plus calmes, tandis des cas de diarrhée sont signalés par Médecins sans frontières.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués