DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Rodrigue Joseph Prudence Mayte montre au créneau

Par xxx - 04/12/2012

Ce centrafricain se prononce sur la réélection de Obama à la lumière du débat des éditorialistes centrafricains sur Radio Ndéke Luka

 

A la définition de savoir ce que c’est que le bon sens, je suis toujours tenté de m’aligner sur la réponse du philosophe Descartes qui disait: «le bon sens est la recherche perpétuelle de la vérité». Lorsqu’on réfléchit avec un esprit inquisiteur sur la recherche perpétuelle de la vérité prônée par Descartes, on se rend immédiatement compte qu’il y’a toute une démarche à suivre. C’est ainsi qu’il renchérit ses réflexions en disant: «Je pensais qu’il fallait que je rejetasse comme absolument faux tout ceux en quoi je pourrai imaginer le moindre doute…». En réalité, il n’accepte jamais dogmatiquement les idées émises sans pour autant les passer au crible de la raison. C’est dans cette logique du doute méthodique que j’ai souhaité pousser une petite analyse sur la réélection d’Obama et en profiter pour faire d’une pierre deux coups sur une éventuelle révision de la constitution qui fait l’objet d’une actualité contemporaine chez nous. J’apporterai en passant quelques éclaircissements sur certains points évoqués par-ci et par- là par les éditorialistes lors de cette émission sans pour autant tomber dans les travers pouvant susciter une polémique stérile. Dans un premier temps je m’appesantirai sur l’environnement politique des Etats-Unis.

 


© journaldebangui.com
Rodrigue Joseph Prudence Mayte
Il n’est de secret pour personne que les Etats Unis disposent d’un paysage politique structuré avec deux grandes formations politiques distinctes: Le parti Démocrate et celui des Républicains. Vous m’excusez du peu car je ne suis pas entrain de rabâcher un cours de droit et c’est pour cela que je m’abstiendrai de certains détails. Une chose est sûre, ces deux grands partis ont une ligne politique clairement affichée sur la base d’une différence fondamentale de nature. Il serait souhaitable de rappeler que chaque parti dispose d’une autonomie financière capable de soutenir ses plans d’actions internes. A cela s’ajoute la subvention annuelle que l’Etat Fédéral octroie à chaque formation politique. Ces quelques éléments donnent une certaine visibilité sur la structuration du paysage politique américain. Aussi nul n’est sans ignorer qu’aux Etats Unis, le citoyen américain ne vote que sur la base d’un programme politique probant pouvant rendre son lendemain meilleur. Le caractère contextuel de l’environnement politique des Etats Unis est très spécial et mérite une approche analytique exceptionnelle. Même les Européens envient de fois le système électoral américain mais ils n’osent pas trop faire du copy-coller car ils n’ont pas le même environnement sociologique et éducationnel. Encore faut’ il le reconnaître qu’un exemple n’est pas synonyme d’exemplarité. En dépit de l’administration électorale américaine savamment orchestrée, il y’a eu des fraudes dans l’Etat de Floride. Eh oui, d’aucuns me diront que c’est un cas isolé mais c’est largement suffisant pour épiloguer pendant longtemps que même dans le pays le plus puissant du monde, la fraude électorale existe. D’ailleurs il n’y a eu aucun rapport d’un observateur international fut’ il sur ce sujet et il en aura jamais car c’est les Etats Unis…Silence Radio. D’une manière évidente, nous pouvons tirer beaucoup de leçon sur la réélection d’Obama .Ces éléments cités ci-haut nous aideront en vue d’apprécier avec exactitude la beauté de la compagne présidentielle américaine sans pour autant tomber dans les travers d’une comparaison qui n’a pas sa raison d’être.

Par ailleurs, je voudrai d’une manière ramassée effleurer le paysage politique français car il revient de temps en temps dans le débat des éditorialistes centrafricains. A l’instar des Etats Unis, la France dispose d’un paysage politique bien organisé avec des partis politiques financièrement solides. A la base, lorsque le paysage politique est structuré, il ne peut y avoir de chevauchement dans la ligne politique car elle est l’émanation de chaque formation politique. C’est dans ce paysage politique organisationnel et un environnement sociétal propice que le parti socialiste a remporté les récentes élections présidentielles avec à sa tête le candidat Hollande. Il serait fastidieux de relever qu’en dépit d’un dispositif organisationnel efficace, il y’a eu quelques fraudes dans les Yvelines. Je ne chercherai pas non plus une aiguille dans une meule à foin en évoquant l’élection interne de L’UMP qui s’est transformée en eau de boudin avec des conséquences criardes. Ce qui est évident le combat inter UMP nous permet de frotter gentiment les mains, je veux dire les Socialistes car je le suis d’ailleurs, tout en permettant à notre candidat de faire un second mandat et préparer le futur remplaçant de Hollande car la gauche socialiste risque de rester au pouvoir pendant un certain temps. Au cours de cette émission que j’ai d’ailleurs suivi avec autant d’attention en compagnie de mes amis politiques qui affectionnent la République Centrafricaine, j’ai constaté une mauvaise appréciation du processus électoral de janvier 2011 qui mérite une élucidation précise.

D’ailleurs, j’écrirai un article sur le processus électoral de janvier 2011 que je souhaiterai qu’il soit publié au lendemain de celui-ci. D’une manière lapidaire, j’insiste que contrairement aux Etats Unis et la France, c’est une commission électorale indépendante qui a organisé les élections en République Centrafricaine. Cette commission est l’émanation de toutes les forces vives de la nation. Elle est composée de 31 membres qui constituent le reflet des entités ayant pris part au dialogue politique inclusif. Son caractère hétérogène devrait être un atout pour le processus .Curieusement, le processus a été plutôt politisé que technique et cela a engendré des contestations au fur et à mesure que le processus avançait. Comme le dit une sagesse africaine: « On danse mieux étant assis».Eh oui! On est souvent un bon joueur dans les tribunes que sur le terrain et c’est dommage. Je rappelle simplement aux uns et aux autres que le meilleur premier ministre français est Bérégovoy et pourtant ce n’est qu’un bras cassé comme le dit certain puisqu’il n’est pas allé loin dans les études. En vérité tant que les vrais enseignements de ce processus électoral ne sont pas tirés, nous referons les mêmes erreurs car nous avons tous refusé indéniablement l’enseignement de la nature.

En revanche, je voudrai dans un second temps faire un décryptage sur une éventuelle révision de la constitution sur la limite du mandat présidentiel qui fait l’objet d’actualité de nos jours en République Centrafricaine. L’expérience témoigne qu’en Afrique lorsqu’un Président envisage de sauter le verrou limitatif du mandat, les réactions varient en fonction de la réalité de chaque pays. Il est d’une évidence notoire que les constitutions en Afrique ne sont pas rigides comme c’en est le cas aux Etats Unis ou ailleurs. Toutefois cela fait partie du jeu démocratique si et seulement si on sollicite directement le peuple à cet effet ou du moins ses représentants. En tout état de cause, on ne peut sauter le verrou limitatif du mandat présidentiel tant que l’environnement sociétal et politique du pays demeure délétère. Néanmoins dans un pays de mutation politique comme le nôtre, il faut reconnaître qu’il incombe au peuple centrafricain de donner son approbation sur une éventuelle révision de la constitution notamment briser le rubican de la limite du mandat présidentiel. Ce qui revient à dire que si jamais le besoin se fait sentir, autant mieux procéder par un referendum qui n’est rien autre qu’une consultation populaire et cela arrangeraient les ongles de tout le monde. De cette locution latine: «Vox populi, vox dei», qui signifie: «La voix du peuple c’est la voix de Dieu», on comprendra clairement que le peuple a parlé.

Fait à Vitré le 2 Décembre 2012
Rodrigue Joseph Prudence MAYTE

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués