NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: un élève officier centrafricain meurt au Togo

Par Francis Amouzou, Afriscoop - 03/12/2012

Les causes de son décès proviennent d’un exercice de bizutage («prise en main traditionnelle» dans le jargon de l’école) qui aurait mal tourné à l’Efofat

 

C’est la haute hiérarchie des Fat (Forces armées togolaises) qui a livré l’information le 28 novembre dernier sur la Télévision officielle, à travers un communiqué signé par le général Mohammed Titikpina, le chef d’état-major des armées du Togo. Désiré Charles Amono: c’est le nom du pensionnaire de l’Efofat (école de formation d’officiers supérieurs) basée à Kara (413 km de Lomé) qui a perdu la vie ces dernières semaines. De nationalité centrafricaine, le jeune apprenant (admis en première année) a rendu l’âme très précisément le 7 novembre dernier. Les causes de son décès proviennent d’un exercice de bizutage («prise en main traditionnelle» dans le jargon de l’école) effectué le 29 octobre dernier et qui s’inscrit dans la droite ligne de la formation dispensée à l’Efofat.

 


© afriscoop.net
Des élèves officiers de l’Efofat au Togo
Selon le communiqué des premiers responsables des Fat, le 30 octobre 2012, se plaignant de maux de ventre, le jeune Centrafricain a été conduit dans un centre de santé à Kara pour des soins appropriés. Le 6 novembre, ses formateurs ont toutefois constaté la résurgence des maux dont se plaignait l’apprenti officier. Le 7 novembre, aux dires du rapport produit par l’Efofat, alors que des dispositions idoines étaient en train d’être prises pour évacuer le malade au «Pavillon militaire de l’Hôpital Sylvanus Olympio de Lomé», son décès a été constaté.

Cette mort a éveillé l’attention de l’état-major des Fat sur un certain nombre de défaillances caractérisant la formation pratique donnée à l’Efofat. Des enquêtes diligentées ont permis de mettre à nu ces manquements, selon le communiqué du 28 novembre dernier, et de sanctionner les fautifs! Une restructuration de la formation à l’Efofat a du coup été ordonnée par les instances supérieures des Fat. Dans sa sortie médiatique de fin novembre 2012, le gal Titikpina a adressé, au nom des siens, ses condoléances les plus attristées à la famille Amono. L’Efofat (école implantée à 15 km de Kara et ouverte depuis 1995) forme non seulement des officiers togolais, mais aussi ceux de plusieurs Etats d’Afrique (40 depuis l’ouverture de cette structure).

 

 
MOTS CLES :  Décès   Militaire   Togo   Bizutage 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués