ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Budget 2013: le projet de contribution citoyenne divise les Centrafricains

Par Fleury Koursany - 19/11/2012

Elle devrait permettre à l’Etat centrafricain d’engranger quelques fonds pour assurer le financement du budget estimé à 260 900 milliards FCFA

 

L’impôt de capitation est de retour dans le projet de budget 2013 soumis aux élus du peuple par le gouvernement centrafricain. Cette fois-ci, l’impôt de capitation change de nom et devient «contribution citoyenne». Elle devrait permettre à l’Etat centrafricain d’engranger quelques fonds pour assurer le financement du budget 2013 estimés à 260, 900 milliards Fcfa. Mais cette innovation du gouvernement centrafricain divise les centrafricains. «Je ne vois pas d’un bon œil le retour en force de l’impôt de capitation qui a avait été supprimé par le défunt président Ange Félix Patassé. Les autorités feraient mieux de chercher ailleurs les fonds qui leur permettraient de gérer le pays. Ils peuvent faire revenir dans les caisses vides de l’Etat centrafricain, les fonds qu’ils ont volés depuis le 15 mars 2003 qu’ils ont pris le pouvoir. Le faisant, je crois que ce ne serait que justice», déclare un enseignant du Lycée Barthélémy Boganda.

 


contribuer au financement du budget
Pour Yann, cet étudiant en année de maîtrise de droit public, «en tant qu’étudiant, cette mesure ne me concerne pas puisque l’exposé des motifs met à l’abri les élèves et étudiants. Mais en tant que citoyen centrafricain, je considère que le gouvernement centrafricain, aux trains de vie assez désobligeants pour le commun des mortels, veut, une fois de plus, se moquer du peuple centrafricain, affamé à souhait et ne sachant comment faire pour joindre les deux bouts. Ils doivent seulement réduire leurs salaires, mettre fin aux interminables missions de trois semaines à l’extérieur sur financement du Trésor et se rendre à l’évidence que la lutte contre la corruption, si elle est menée avec réalisme, pourrait offrir à l’Etat les fonds qu’il cherche dans les poches trouées des pauvres citoyens».

Son de cloche partagée par Muriel, elle aussi étudiante en droit public «A l’heure où les européens se mettent à l’ère de l’austérité pour avoir une certaine visibilité dans leur économie, en Centrafrique, c’est tout à fait le contraire. Pays pauvre comme le nôtre, nos gouvernants se doivent d’avoir des politiques à la hauteur de nos moyens. Un gouvernement de 34 ministres, des institutions qui se créent à tour de bras impactant ainsi sur les charges étatiques et au final, une certaine défaillance de l’Etat qui n’arrive pas à faire face à ses obligations de souveraineté. Soit on sait ce qu’on veut et on le fait dans les règles de l’art, soit on se rend à l’évidence que la charge est trop lourde et on en tire toutes les conséquences. Vouloir associer le citoyen au financement du budget, je considère cela comme de la mauvaise blague».

Réaliste comme il se définit, Boris, diplômé sans emploi devenu vendeur ambulant des produits pharmaceutiques, il déclare que même si l’initiative est salutaire, elle soulèverait plus de problèmes sociaux dans un pays qui n’en a pas besoin. «Pour ceux qui travaillent, il n’y aura pas de problème mais pour ceux qui n’ont rien, ce sera vraiment dur. Je sais que l’initiative est salutaire pour renflouer les caisses de l’Etat. Et l’impôt de capitation, c’était un manque à gagner pour l’Etat mais de là à le faire revenir de force, je crois que cela emmènera des problèmes sociaux dans un pays qui n’en a pas besoin». Mais dans un pays où les caisses sont toujours vides, l’Etat qui en tant besoin de l’argent, il ne fait aucun doute que les élus du peuple de cette Assemblée « monocolore » voteront cette mesure phare afin de permettre à l’Etat d’avoir des liquidités en plus et de continuer à payer leurs salaires mirobolants, vu l’état du pays. De ce fait, et à l’exclusion des élèves et étudiants, des fonctionnaires et agents de l’Etats assujettis aux impôts prévus par le code général des impôts, les citoyens centrafricains âgés de 18 à 64 ans, non soumis à l’un des impôts prévus par le Code Général des Impôts seront astreints au paiement d’un montant soit de 10.000 FCFA, de 5000 à 3000 FCFA francs ou de 1500 à 1000 FCFA représentant l’impôt de capitation ou la fameuse contribution citoyenne.

 

 

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

EN TOUTE HONNETETE

Par Kongo wara

20/11/2012 14:44

Je suis d'accord avec les autres citoyen qui estiment que cette loi, tant bien que patriotique, arrive au moment où les tensions sociales sont très vives avec des grèves et avis de grèves illimitées.
Je me pose cette question: Est ce que les conseillers de François BOZIZE ne cherchent-t-ils pas a lui glisser les peaux de bananes et le rendre impopulaires vis à vis de son peuple? Certes cette loi sera votée, et des moyens de contrôle et répréhension seront mis en place. C'est là où le bas blesse car je me rappelle, étant encore jeune, nos parents, oncles,grand frère.. qui n'avaient pas encore payer leurs impôts, dormaient en brousse pour éviter les contrôles des gendarmes, qui n'hésitaient pas à déshabiller tous ceux qui ne présentaient pas leur reçu, et même devant leurs femmes, les attachant les uns contre les autres comme à l'époque de l'esclavage et ils passaient des nuits voir des semaines en prisons jusqu'à ce que leurs femmes ou pauvres mères vendent les fagots, travaillent dans les plantations des autres pour avoir de l'argent avant d'aller les délivrer en prison. Vraiment j'ai vécu cela, c'est triste, cette façon de faire, conduit à la perte de liberté et de dignité de l'homme et le réduit à presque un animal. J'ai bien peur qu'on en arrive là. Que BOZIZE ouvre les yeux et réfléchie sur de telle loi qui risque de rendre de rendre le climat social invivable.

ça fait rire

Par django

20/11/2012 16:00

Quel impôt de capitation...Je pense que l’impôt de capitation est déjà de retour ces derniers années avec l'augmentation des hydrocarbures a répétition, l'augmentation des denrées alimentaires et bien d'autres.... malgré que le grille salarial médiocre. Il va falloir que ces "élus du peuple" réfléchissent mille fois avec de prendre cette décision. De toute manière c'est le commencement de la fin.

Pauvre Centrafricain !

Par par soleil

21/11/2012 12:11

je suis d'accord avec les deux intervenant.
le vrais projet de contribution citoyenne pour financer le budget 2013 est la bonne gestion des recettes de l'Etat et la suppression de l'impunité des délits de détournement de fond de l'Etat.
Un pays ou le taux de chaumage est vraiment à la hausse et qu'un fonctionnaire avec son maigre salaire doit prendre en charge plusieurs parents (famille). finalement que veut au juste le gouvernement au peuple Centrafricain avec une telle mesure?
Avec son salaire un fonctionnaire n'arrive même pas à se prendre en charge tout le mois; Il serra donc encore obligé de payer l’impôt de plusieurs de ses parents qui sont au chaumage afin d'éviter qu'ils ne soient arrêté.
Même les retraités ont chez eux leurs enfants qui étant encore au chaumage vivent chez eux avec des petits fils. ceux ci seront également obligé de faire la même chose pour leur éviter la prison. Mais cela va duré combien de temps?
Avant au moins nos villes et provinces étaient sécurisé, le citoyens pouvait faire différentes activité pour gagner un peu d'argent et payer l'impôt de capitation. mais avec l'insécurité grandissante tant à Bangui que dans les provinces que ferons ceux qui ne pourront pas payer ?
Avant pour éviter d'être arrêter, les parents, oncles,grand frère qui n'avaient pas encore payer leurs impôts, dormaient en brousse pour éviter les contrôles des gendarmes mais de nos jours dans qu'elle brousse les gens vont ils se caché avec l'insécurité ?
Comme le peuple centrafricain est toujours pacifique, qu'il ne sort jamais dans les rues pour manifester son mécontentement cela laisse libre cour au gouvernement pour le gérer comme il veut.

je crois que cela risquerais d'être vraiment le commencement de la fin.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués