SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Un centrafricain et trois Camerounais Lauréats du prix Félix Moumié

Par L. Njepang - 15/11/2010

Feu Me Goungaye Wanfiyo est lauréat de la troisième édition dont le prix a été remis à sa veuve à Genève

 

La Fondation Moumié, à travers le Prix Moumié – 3ème édition, développe cette année la panafricanité de sa vision, permettant à feu Maître Goungaye Wanfiyo, avocat et fervent militant de la société civile centrafricaine, assassiné près de Bangui en décembre 2008, de sortir de l’arène locale qu’est le Centrafrique. Lors de son enterrement les hommages et les témoignages lu par la famille proche et la famille des militants des droits de l’homme ont permis de cerner le personnage. Nous enterrons ce jour un ami, un frère, un collègue, qui nous est cher, qui a porté, haut et fort, tout au long de sa vie, les valeurs si essentielles de fraternité et de liberté. Il était le grand espoir dans sa défense des victimes de massacres, de viols et d’exécutions sommaires en Centrafrique dans les années 2002-2003. Il était la voix de la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme qu’il a su animer avec cœur et compétence. Grand activiste, il reste un grand leader. [i Me Goungaye n’a eu de cesse de dénoncer et combattre les violations des droits de l’homme commises dans son pays et sur le continent africain. Avocat brillant et d’une grande intégrité, il a œuvré sans relâche en faveur d’une justice indépendante, équitable et juste dans son pays. Sans concession, incorruptible et foncièrement indépendant, Goungaye se distinguait par son franc-parler et son courage à dénoncer, inlassablement, les crimes qui se répètent en Centrafrique, à dénoncer leurs auteurs, tous les auteurs. Il s’est battu pour que la parole de ces femmes et ces hommes soit entendue, pour que leurs droits légitimes soient reconnus et enfin respectés.

 


© http://fondationmoumie.over-blog.com
Feu Me Goungaye Wanfiyo, lauréat prix Moumié
Avec le sérieux, la rigueur et une certaine intransigeance qui le caractérisaient tant, il dénonçait inlassablement tous ceux qui entravaient le chemin vers la démocratie et la paix tant souhaitées par les Centrafricains. Ce combat lui a valu de se faire certains ennemis, parmi les autocrates et autres puissants d’Afrique et d’ailleurs. Dans son combat, ses armes étaient le droit, l’espoir d’un monde plus juste et la conviction que chacun d’entre nous pouvait y contribuer. Son courage, son abnégation et sa probité doivent être pour nous un exemple, un modèle et une ligne de conduite. Me Goungaye a dénoncé sans relâche les jeux politiciens, l’absence de démocratie et la corruption avec un sens de la formule qui faisait mouche! Il dénonçait l’absence de préoccupations des victimes au sein du dialogue national dans ce pays, son pays qu’il a tant aimé, tant désireux de le voir apaisé, unifié, dans la paix, la justice et en marche vers la démocratie et pour son développement. Pour l’ensemble de ses activités, il était, non seulement victime de campagnes de dénigrement, mais faisait également l’objet de nombreuses menaces et tentatives d’intimidations. Mais son travail, Goungaye le menait avec courage, abnégation, parfois même au péril de sa vie. Il le savait. Il disait qu’il ne se tairait pas. Le décès de Me Goungaye a laissé 155 organisations membres de la FIDH, orphelines. Les témoignages rappelant sa droiture, son courage, sa valeur et les respects qu’il inspirait continuent d’affluer de toute l’Afrique, d’Europe et du reste du monde.

Avec lui ont été récompensé également Jean Bosco Talla, sa Majesté Rameau Jean-Philippe Tchendjou II Sokoudjou, ainsi que feu Albert Mukong, tous trois camerounais. Ces personnalités ont toutes marqué, chacune à sa manière, une scène sociopolitique empreinte d’une mal gouvernance profondément indécente, d’une impunité institutionnalisée, et de violations systématiques des droits humains les plus élémentaires. Ce Prix est décerné à des personnes qui se sont particulièrement distinguées par leur courage civil et leur détermination, dans le cadre d’un travail d’édification des valeurs démocratiques et des droits humains au Cameroun et en Afrique.

 


© leconfident.net
Les enfants Goungaye Wanfiyo lors des obsèques
La Fondation Moumié compte donc bien marquer cette année l’histoire du Cameroun et de l’Afrique d’une manière toute particulière. Pour ce faire, elle a organisé en marge du prix une conférence internationale qui autour du thème du Déficit démocratique en Afrique centrale et le risque d’implosion sociale. Dans le panel d’invités étaient présents le Professeur Rigobert Bwemba-Bong, géopolitologue camerounais, Anatole Malu, d’origine congolaise et Président de l’Université africaine de Genève, Acheikh Ibn Oumar, tchadien, ancien ministre des Affaires Etrangères et dans l’opposition depuis plusieurs années, ainsi que le Professeur Betina Begong-Bodoli, homme de lettres centrafricain et fondateur du Mouvement Panafricain – MPA. Ces quatre illustres intervenants ont brossé de manière très complémentaire, un tableau de la situation actuelle en Afrique centrale en soutenant la nécessité de s’unir dans un esprit de dénominateur commun panafricaniste en ce cinquantième anniversaire des «indépendances africaines».

Le Prix Moumié, hommage au nationaliste camerounais assassiné par les services secrets français en 1960 à Genève, se donne la mission de rappeler aux peuples camerounais et africains, que rien n’a changé en 50 ans en termes de nécessité d’une lutte coriace contre l’oppression. De 1960 jusqu’à aujourd’hui, des hommes et des femmes se sont battus, ont souvent péris, et se battent encore, au péril de leur vie, pour que leurs concitoyens puissent un jour jouir d’une vie de dignité et de respect. Le Prix Moumié offre donc cette année une très brillante palette de lauréats, dans la plus pure tradition du symbole de la lutte pour une émancipation du Cameroun et de l’Afrique, dans le cadre d’une Afrique encore profondément déniée de son droit à la souveraineté.

 


© http://fondationmoumie.over-blog.com
«Les idées de Maître Goungaye sont immortelles», quelques bouts rimés, du bâtonnier Zarambaud Assingambi à Maître Goungaye
Comme un coup de tonnerre dans un beau ciel bleu,
Comme par l’eau crachée une boule de feu,
Comme un volcan qui tonne, impose le silence,
Répand la terreur et transperce de sa lance,
En cette matinée de ce vingt huit Décembre
La triste nouvelle nous a figé esprits et membres:
Il est mort, le grand défenseur des grandes causes
Il est mort, l’Avocat qui combattait sans pause
Lui qui dans d’innombrables combats homériques
A bravé la mort pour sauver le Centrafrique,
Porté haut levé le flambeau des droits de l’homme,
C’est un camion qui sur une pente l’assomme.
Nos cœurs, gorgés du grand espoir qu’il sema,
Nos esprits incrédules face à ce magma,
Ainsi qu’à l’annonce de la mort de Boganda,
N’osent noter cette mort dans leur agenda.
Hélas, hélas, hélas, il n’est plus, notre artiste!
Il n’est plus, ce cher Goungaye, le grand juriste,
Le Défenseur de la veuve et de l’orphelin,
Qui de la CPI déblayait le chemin.
Peuple centrafricain, femmes violées, victimes,
Des guerres et des dictatures, tressez des palmes,
Au héros du combat contre l’impunité,
Tombé pour vous, en recherchant la vérité.
Nganatouwa Goungaye Wanfiyo, mon cher confrère!
Comme j’étais si rassuré, heureux et fier
Me disant que notre noble et grandiose cause
En les mains de relayeur désormais repose!
Hélas, hélas, hélas, voici que tu nous quittes,
Au moment où la nation cherche son orbite,
Autour du beau soleil de la démocratie
Qui éclaira toujours ta quête de messie
Mais si la traîtresse mort a ravi ton corps,
Tes idées pour l’éternité vivront encore
Et telle la lampe de Diogène en plein jour,
Sur terre elles éclaireront notre séjour.
Puissent-elles à jamais être le rempart
De ton Peuple contre les vols des charognards
Et porter toujours plus haut l’éternel flambeau
D’un Centrafrique sortant du fourneau plus beau
 
MOTS CLES :  Fondation Moumié   Prix   Wanfiyo   Genève 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués