NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Mali: 3.300 soldats seront déployer par la CEDEAO

Par Carmen Olivia Bilé - 12/11/2012

L’annonce a été faite lors de la conclusion du sommet extraordinaire qui a réuni les dirigeants de la structure sous régionale à Abuja au Nigéria

 

Depuis ce dimanche 12 novembre 2012 les pays de l'Afrique de l'Ouest ont convenu de déployer 3 300 soldats pour aider à reprendre le contrôle du nord du Mali. Une partie du pays, où les extrémistes islamistes se sont imposés il y a un peu plus de six mois. Ce déploiement qui va durer un an interviendra dès la validation par l’ONU du projet d’intervention élaboré par les experts africains, onusiens et européens réunis à Bamako la semaine dernière. A cet effet, Alassane Ouattara, actuel président de l’organisation a dit espérer une approbation pour fin novembre ou début décembre, qui permettrait aux troupes d'être sur le terrain quelques jours plus tard. Les troupes viendraient essentiellement du Nigeria, du Niger et du Burkina Faso, il pourrait aussi y avoir une contribution venant d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest et de certains pays non-africains en renfort d'environ 5000 militaires maliens. Le Tchad risque aussi d’être présent, bien que jusqu’ici, le pays n’ait pas encore donné sa réponse.

 


© afp
La rencontre d'Abudja prévoit un plan d'intervention au Nord Mali
Selon le communiqué final de la réunion extraordinaire, les dirigeants africains ont adopté un plan appelé «Concept harmonisé des opérations pour le déploiement de la force internationale conduite par l'Afrique». Ce plan doit être transmis à l'ONU avant le 26 novembre, via l'Union africaine. Alassane Ouattara a dit espérer que le Conseil de sécurité des Nations unies donnerait son feu vert à cette intervention au Mali à la fin du mois ou début décembre. Dans ce document qui a été publié pour l’occasion, le dialogue reste l'option préférée pour la résolution de la crise politique au Mali. Toutefois, en ce qui concerne la situation sécuritaire, l'usage de la force s'avère indispensable contre les réseaux terroristes et de criminalité transnationale qui menacent la paix et la sécurité internationales. La date possible d'une intervention militaire est imminente. D'ici là, les négociations se poursuivent, notamment à Ouagadougou, entre les autorités burkinabè et une délégation du groupe islamiste armé Ansar Dine. Il faudra également régler la question du financement de cette éventuelle intervention militaire. Depuis que des combats ont éclaté dans le nord du Mali en janvier dernier entre les forces gouvernementales et les rebelles liés à al-Qaïda, le pays est confronté à des problèmes de sécurité ainsi qu'à des problèmes économiques, politiques et humanitaires.

 

 
MOTS CLES :  Mali   Intervention   Cedéao   Sommet Extraordinaire 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués