NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Garoua Boulaï: Les otages camerounais libérés

Par Idriss Linge - 05/11/2012

Ils étaient détenus par des personnes identifiées comme des rebelles centrafricains à la suite d’une attaque à la frontière camerounaise

 


Quatre personnes portées disparues à la suite d’une attaque au poste frontière de Garoua Boulaï à la limite avec la république centrafricaine, ont été relâchées le weekend dernier, selon une information rapportée par le quotidien Le Messager. La nouvelle de cet enlèvement avait été tenue secrète, selon des sources sécuritaires citées par le journal, pour limiter les risques qui pesaient sur la vie de ces otages. « Les négociations pour leur libération ont commencé depuis quelques jours entre les autorités camerounaises constituées d’une forte équipe sécuritaire et celles de la République centrafricaine. Lesquelles ont abouti à la libération de deux otages d’abord samedi et deux autres ce dimanche 4 novembre 2012 » rapporte une source citée par le journal.






 


Les otages camerounais avaient été arretés par les rebelles centrafricains

Les circonstances de cette libération demeurent cependant floues. On se souvient que les présumés rebelles centrafricains, exigeaient lors des attaques, la libération de certains des leurs détenus dans des prisons camerounaises. Annonçant l’arrestation des camerounais, le journal Le Jour était revenu sur les circonstances de leur enlèvement. « Cinq Camerounais revenaient de leurs plantations situées à la frontière entre le Cameroun et la République centrafricaine, du côté de Yoko Siré. Ils ont été interpellés par des rebelles centrafricains. Ceux-ci ont remis la somme de 80.000 FCFA à l’un des otages. Ils l’ont chargé d’aller acheter des provisions, en retenant les quatre autres. Mais l’envoyé n’est pas revenu. Courroucés, les rebelles ont sommé le chef du village Yoko Siré de retrouver leur émissaire et les vivres », avait indiqué le journal.

Selon de récentes informations, les quatre otages seraient arrivés à Yaoundé dans la capitale, pour un débriefing avec les forces de sécurité. Même si cela se passe loin des médias, le Cameroun fait face à un défi sécuritaire, à sa frontière avec la Centrafrique entre autres. Ce pays doit aujourd’hui encore faire face à des groupes rebelles opposés au président Bozizé et qui veulent voir ce dernier partir du pouvoir. Le gouvernement centrafricain a signé des accords de paix avec beaucoup d’entre eux, mais certains sont encore hors de contrôle et continuent de mener des activités dangereuses. Selon des témoignages de personnes vivant de part et d’autre de la frontière entre les deux pays, Les rebelles ont repoussé l’armée régulière et ont pris possession de la localité centrafricaine frontalière avec Garoua-Boulaï. Et comme de temps à autres ils entrent de force au Cameroun, le Bataillon d’intervention rapide s’est déployé dans toute la ville pour sécuriser les populations.
 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Au siecle de mondialisation, il n y a plus de place pour des vautours

Par Le Juif Noir

05/11/2012 23:30

En ce siècle de mondialisation qui a besoin des vautours sous le nom de rebels ?
Des voleurs qui se prennent pour des invincibles et tuent leur propres frères pour des miettes !!!
Il faudrait que les trois pays : Tchad, Centrafrique et le Cameroun puissent organiser une operation dénommée « feu de brousse »pour éradiquer ces démons, qui coulent le sang des innocents.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués