DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Lettre à Mo Ibrahim

Par Roger Toguem - 26/10/2012

Par Roger Toguem, Journaliste/consultant, Montréal, Canada

 

Excellence, Monsieur le président de la fondation Mo Ibrahim
Tout en louant cette initiative qu’est le prix du leadership africain initié par votre fondation en 2006 afin d’encourager les leaders africains pour leur effort en démocratie, et donc de bonne gouvernance, force, est de constater que six années plus tard, le prix n’a connu que trois lauréats donc le Mozambicain Joachim Chissano(2008), Pedro Pires du Cap-Vert(2011) et Nelson Mandela (à titre honoraire).

 


Roger Toguem
L’année 2012, comme 2010 ou encore 2009 n’a pas connu de lauréat et je suis de votre avis, lorsque votre président du comité affirme «le principe, c’est de récompenser l’excellence. Nous ne voulons pas abaisser nos critères.» Car, j’estime que le changement ne peut venir que d’en haut (gouvernants) ou alors par le bas (peuple, société civile). Il est serait aussi intéressant, de voir comment encourager cette dernière catégorie (société civile) a bénéficié de vos encouragements. L’Afrique change, elle bouge, elle se réveille progressivement et on souhaite qu’elle s’éveille définitivement comme ce fut le cas avec la chine dont BONARPATE avait prédit l’issue en ces termes: Quand la chine s’éveillera!

De nombreux efforts s’imposent, et le peuple est conscient de la responsabilité. D’ailleurs, les révolutions qu’a connu l’Afrique au lendemain des célébration des cinquante ans des indépendances, en sont une belle illustration. C’est à juste titre que le président Américain, Barack OBAMA avait déclaré en 2009 lors de son premier séjour en Afrique au Ghana: L’avenir de l’avenir appartient aux africains.

Excellence, Monsieur le président,
Le prix Mo Ibrahim est une initiative louable. La preuve en est qu’au bout de six années d’existence, il ait connu trois lauréats. Une note encourageante. Toutefois, il faut élargir son bassin de lauréats et dans une certaine mesure procéder à la formation des leaders politiques qui plus tard deviendront des gouvernants. Il sera ainsi question de préparer l’avenir de l’Afrique. Or celle-ci ne saurait se passer de l’éducation pour mieux se former aux canons de la bonne gouvernance.

Longue vie à la fondation!

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués