FOOTBALL   |     AUTRES SPORTS  |     SPéCIALE CAN 2013  |    

Can 2013: La Centrafrique ne digère pas

Par Patrick Juillard, FootSud - 18/10/2012

La CAF va être saisie au sujet du temps additionnel très long lors de la rencontre entre les Fauves et les Etalons du 14 octobre

 

Cela fait presque trois jours que, dans la nuit de Ouagadougou, Alain Traoré à surgi pour ruiner leurs espoirs de se qualifier pour la première phase finale de Coupe d’Afrique de leur histoire. Tombés les armes à la main, les Fauves de Centrafrique sont retournés dans leurs clubs, en Europe, ou sur le continent africain. Et pourtant, cette défaite (3-1), synonyme d’élimination, ne passe toujours pas. Partout à Bangui, dans le pays et dans la diaspora, une seule question: par quel mystère l’arbitre marocain de la rencontre a-t-il pu laisser le temps additionnel de la seconde période durer neuf longues minutes? Quand on sait que le but de la qualification est intervenu alors que le chrono de la rencontre affichait la 96eme minute, cela n’a rien de fortuit. C’est même capital. Au point de susciter l’incrédulité. Lundi, les rues de Bangui se sont mises à bruisser d’une folle rumeur: le dernier but de la rencontre n’avait pas été validé, les Fauves étaient qualifiés.

 


© sudfoot
La déception est grande
Il n’en était évidemment rien, et c’est bien le Burkina Faso qui devrait disputer la CAN 2013 en Afrique du Sud. Actuellement sans club, le milieu de terrain et vice-capitaine des Fauves, Romaric Lignanzi, n’arrive pas à se résoudre à ce résultat. «Ce n’est pas juste. Il ne peut pas y avoir autant d’arrêts de jeu sur un match comme ça. Il y a quelque chose qui ne va pas», nous disait l’ancien joueur de l’US Bitam, incapable de trouver le sommeil, dans la nuit de dimanche à lundi. Désireuse de ne pas en rester là, la Fédération centrafricaine entend déposer une requête auprès de la CAF au sujet de l’arbitrage de la rencontre. Epinglé par le passé dans une affaire de paris truqués dans son pays, Paul Put, le sélectionneur belge des Etalons, n’est pas sans attiser les soupçons. Déjà poursuivi sur tapis vert par la Namibie avant l’édition 2012, pour un litige à propos du binational Hervé Zengué, le Burkina Faso se prépare peut-être de nouvelles sueurs froides.

Eliminés in extremis par le Burkina Faso, les Fauves de Centrafrique ne comprennent toujours pas comment leur match a pu donner lieu à un temps additionnel aussi long. La CAF va être saisie à ce sujet.

 

 
MOTS CLES :  Fauves   Caf   Centrafrique   Can2013 

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

En verite

Par Jean michel

18/10/2012 19:44

Je suis centrafricain mais je pose la question suivante ' pourquoi les fauves ont joue le coup franc apres le but burkinabe?

La Fédération Centrafricaine ne doit pas lacher !!!!

Par Za'abara

19/10/2012 17:51

La Fédération de Foot Centrafricain ne doit pas lacher cette affaire car c'est trop flagrant et n'honore pas le foot africain. le fait que les joueurs tombaient sur le terrain ne veut forcément pas dire que c'était du bleuf. Un pénalty trop sévère ne suffisait pas de qualifier le burkina alors constatant la fatigue physique des fauves, il a prolongé le temps du match, il attenfait vraiment la victoire burkina bé.
Peuple centrafricain. si chaque joueur avait la proposition de 9 millions, combien l'arbitre devait percevoir: le fait aussi de proposer de l'argent aux joueurs avant le match est de la corruption passive car l'arbitre fera tout pour faire gagner l'équipe qui a proposé beaucoup d'argent. un débat radio télévisé doit être organisé autour de cette affaire, les soit disant milliadaires ou millionaires centrafricains où êtes vous??? LA CAF, pour préserver le jeu franc dot prendre une mesure objective contre cela.

C'est l'arbitre pas le gouvernement

Par Kombonien

19/10/2012 18:14

C'est vrai que le gouvernement n'avait pas beaucoup soutenu les fauves, il devait y avoir une déléguation ministérielle à Ouagadougou et autres types d'appui mais sur ce coût ce n'est pas faute du gouvernement c'et celui de l'arbitre et de notre coach ( qui normalement avec le ministre de sport doivent démissionner. tenons fort ne lachons pas car cela risque de devenir un mauvais précédent. les députés doivent interpeller ce ministre. KOMOBAKO, aussi est fautif car avant le match, on voulait poser des questions sur la composition de l'équipe et autres il se précipitait pour aller au stade et quand les centrafricains, suite à la rumeur, étaient sorti sur la voie, il n'était pas d'accord, j'ai l'impression qu'il cède trop vite. TOUT LE MONDE DOIT AGIR POUR QU'ON AIT GAIN DE CAUSE dans cette affaire, le ministre de sport doit se prononcer sur cette affaire officiellement pour dire le mécontentement du peuple sinon il serait, avec le gouvernement considéré comme complice. LES FAUVES SONT QUALIFIES, c'est une vérité pas un rêve. LA CAF t la FIFA ont sanctionné le SOUDAN et le GABON, pourquoi pas le BURKINA c'est maintenant à nous de nous battre pour que cette injustice soit réparée.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués