ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Corridors Douala-Bangui: La route passera, le développement local suivra

Par Rodrigue Tapeo, Intégration - 16/10/2012

Le 10e Fonds européen de développement (Fed) met à contribution 219.039.200 francs CFA de financement

 

Ces fonds sont destinés au projet d’accompagnement des villages et communautés riverains de la RN1 Garoua Boulaï-Nandéké porté par l’Ong Sydev. Ainsi, 26 villages le long du tronçon Garoua Boulaï- Nandéké bénéficieront bientôt de la construction des infrastructures tels que des salles de classes, des latrines, des clôtures, des airs de séchage, des airs de jeux, des hangars de marchés, les forages, les magasins de stockages et aussi la réhabilitation des forages, moulins et porte tout. Enjeu de ces travaux: l’amélioration des conditions de travail et de vie des femmes et enfants pour une réduction considérable de leur pénibilité ménagère. Les heureux bénéficiaires ne tarissent pas de gratitude. Doka Daniel premier adjoint au maire de Meiganga loue l’initiative: «c’est une satisfaction totale. L’on ne s’attendait pas à de telles mesures et quand on voit 219 millions investis dans les villages, c’est pour nous une satisfaction générale.» Plusieurs secteurs entourant le quotidien des populations seront visés en perspective pour booster durablement leurs conditions de vie et d’activités. Occasion idoine pour l’élu du peuple de Garoua-Boulaï, Mme Yaffo Ndoe Esther de poursuivre: «nous allons passer dans les zones concernées sensibiliser les communautés pour que leurs apports soient une effectivité…». Acteurs de première ligne et ressource humaine indispensable, les membres des communautés présentes ne se font pas prier pour soulever des aspects fondamentaux de l’opérationnalité dudit projet pendant les conférences.

 


Le developpement passe par le developpement des voies de communication
A l’heure où le Cameroun entame son émergence, un apport en termes de capacité de mobilisation communautaire et de production ou de commercialisation ne peut que susciter grand engouement de la part des biens heureux. Sa Majesté Aoudou Sampour, chef du canton de Mbonga à Garoua-Boulaï PK20: «nous allons travailler ensemble avec les équipes afin de contribuer aux grandes réussites de tout ce qui est prévu. Car c’est dans notre intérêt.» Symphorien Kevin Momendem, Administrateur Général de Sydev invite chacun des bénéficiaires à s’investir dans la pérennisation effective des acquis. C’est la finalité attendue des bénéficiaires finaux par l’Union européenne. Sur le terrain, l’animation, le renforcement des capacités et l’appropriation des groupes cibles d’une part; la recevabilité, la célérité ainsi que la transparence dans la gestion des fonds seront les seuls gages d’une attente des résultats.



Dénommé «Projet d’Accompagnement des Populations des Villages/Communautés Riverains de la route RN1 Garoua Boulaï- Nandéké dans les Régions de l’Adamaoua et de l’Est- Cameroun», ce dernier est porteur de changement véritable des modes de vie des populations. La bretelle de la nationale N°1 concernée va des villages Nandéké à Béka dans la région de l’Adamaoua et de Ngandong à Mboussa dans la région de l’Est. En tout 18 villages concernés dans le Mbéré et 8 autres communautés dans le Lom et Djerem. Prévu pour durer 24 mois (durée maximale), son coût total s’élève à 219 039 200 (Deux cent dix neuf millions trente neuf milles deux cents) francs.

 


Les travaux de bitumage seront un grand coup d'accélerateur pour la croissance économique.
La plus-value de l’Ue dans le financement des projets structurants

RN1 Garoua Boulaï-Nandéké sur le corridor Douala-N’Djamena-Bangui est l’œuvre du financement de l’Union européenne en partenariat avec le gouvernement camerounais. Ce tronçon de la nouvelle route fait unanimement la fierté des riverains et des communautés avoisinantes par le sérieux et la qualité des réalisations. Bien que n’étant pas encore entièrement achevé, la route dévoile déjà ses merveilles aux usagers et populations. La route actuellement en construction est financée par deux autres bailleurs extérieurs : la BAD et la Banque Mondiale. Seul le tronçon de l’Ue bénéficie des mesures d’accompagnement des localités traversées par la route sous-régionale. Une vision à saluer quand on connait les atouts et dangers divers que représente la route, surtout sous-régionale. Les autres bailleurs de fonds partenaire des grands projets du Cameroun devraient intégrer cette logique d’impulsion du développement local dans leurs investissements. Une grande première, dira Mme Yaffo Ndoe Esther Maire de Garoua- Boulaï: «lors du passage de la route Bertoua-Garoua Boulaï, les populations n’ont bénéficié d’aucune réalisation. Cette-fois, nous avons trois Ong qui s’occupent de ce volet d’accompagnement.» Abakar Ahamat, alors gouverneur de la région de l’Est sur la période 2005-2007, présentement à la tête de la région de l’Adamaoua, relevait que «le bitumage de la route Bertoua-Garoua Boulaï et Bertoua-Belabo n’avait prévu aucune action de développement des villages riverains…» Quoi de plus exemplaire pour les autres partenaires du Cameroun.




 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués