NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Cambodge: Norodom Sihanouk s’en est allé!

Par Henrie Lucie Nombi - 15/10/2012

Il est mort ce matin du lundi15 octobre dans un hôpital de la capitale chinoise

 

L'ancien roi du Cambodge Norodom Sihanouk, est mort lundi à Pékin à l'âge de 89 ans. Il est mort d'une crise cardiaque, a précisé le collaborateur personnel de Sihanouk, le prince Sisowath Thomico, avant d’ajouter il a été emmené à l'hôpital et est mort peu après. Il a été une figure marquante de l’histoire de la deuxième partie du XXe siècle de son pays. Personnage très important dans la vie politique cambodgienne ces 60 dernières années et Fils du roi Norodom Suramarit, Norodom Sihanouk est né à Phnom Penh le 31 octobre 1922. Depuis 1941, il a eu des titres très différents: roi, prince, président, premier ministre, même dirigeant d’État sans aucun titre. Mais, c’est entre1953 à 1970 qu’il dirige le Cambodge.

 


© Xinhua
L'ancien roi Norodom Sihanouk du Cambodge
En 1970, le premier ministre Lon Nol prend le pouvoir, et Norodom Sihanouk est forcé de s’exiler en Chine, où il monte un groupe de rebelles. En 1975, Lon Nol se retire du pouvoir, et Sihanouk est autorisé à rentrer dans son pays et à reprendre le titre de dirigeant d’État, mais sans réel pouvoir. Il est alors placé en résidence surveillée dans le palais royal de Phnom Penh. Quand le Viêtnam envahit le Cambodge et établit un gouvernement fantoche en 1979, Norodom Sihanouk doit à nouveau s’exiler. En 1991, après de nombreuses années de négociations, un accord de paix onusien est finalement signé. Norodom Sihanouk rentre au Cambodge et est re-couronné roi, bien que ce titre soit largement symbolique. Mais, il déclarera ne pas vouloir reprendre le pouvoir. Après sa 2ème abdication en 2004, en faveur de son fils, celui dont le règne a été l'un des plus longs d'Asie a été reconnu comme roi et père du pays, et a conservé un grand nombre des responsabilités qui étaient les siennes durant la monarchie constitutionnelle.

Apôtre du «socialisme bouddhiste», il fut, en pleine Guerre Froide, l’un des fondateurs du mouvement des non-alignés, qui a servi dans ce conflit aux côtés de Nehru, Nasser, Sukarno et Zhou Enlai. Depuis 2004, il a du faire de nombreux voyage pour la chine afin d’y poursuivre des traitements médicaux contre le cancer, le diabète et l'hypertension. Ces dernières années d’ailleurs, il utilisait régulièrement son site internet pour s'exprimer sur sa santé et sur les affaires politiques. Ami de longue date de la Chine, il s’est dédié à l’amitié sino-cambodgienne. Suite à ses fréquentes visites en Chine, il a écrit une chanson, intitulée "la Chine, mon deuxième pays natal", pour exprimer sa tendresse envers la Chine. Il parlait couramment 3 langues : le khmer, le français et l’anglais. Il aimait la grande vie. Il tournait dans des films amateurs, jouait du jazz et éditait des revues. Mais aucune information n’a encore été rendue publique sur le programme des obsèques.

 

 
MOTS CLES :  Norodom   Sihanouk   Chine   Cambodge 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués