NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Francophonie: un sommet en dépit des tensions

Par Source: LeMonde.fr - 12/10/2012

L'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), tient son 14e sommet à Kinshasa, samedi 13 et dimanche 14 octobre 2012

 

Il se donne pour mission, cette année 2012, d'organiser "les relations politiques et de coopération entre les États ayant en partage l'usage de la langue française et le respect des valeurs universelles". Ainsi tous les deux ans, l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) et les 75 Etats ou gouvernements qui la composent (56 membres et 19 observateurs) tiennent leur sommet. Depuis des années, la République démocratique du Congo (RDC), le pays francophone le plus peuplé du monde avec 74 millions d'habitants, voulait en être l'hôte. Mais, en 1991, le sommet prévu en RDC (appelée alors Zaïre) a été délocalisé à Paris, en raison des exactions du régime du dictateur Mobutu (1965-1997). Les plus grandes incertitudes ont plané sur le sommet de Kinshasa cette année, y compris pour des raisons logistiques. Son maintien relève d'une gageure dans un pays aux institutions fragiles, menacé par une guerre civile larvée dans sa région frontalière avec le Rwanda et le M23.

 


© congovox.blogspot.com
Kin accueille le 14ème sommet de la Francophonie
Des points de tensions lors de ce sommet 2012
Les positions du M23 se trouvent à une trentaine de kilomètres de Goma, verrou stratégique vers lequel le Conseil de sécurité de l'ONU a ordonné au M23, début août, de cesser "toute avancée". Après avoir observé une trêve relative, le M23 affirme avoir gagné du terrain vers Ishasha, important poste frontalier avec l'Ouganda, vers lequel les violences risquent de déborder. Les Etats-Unis et l'UE ont suspendu leur aide au Rwanda, accusé de soutenir militairement le M23. Kigali dément et accuse en retour Kinshasa d'aider en RDC un groupe de rebelles hutus rwandais. En marge de l'Assemblée générale de l'ONU, fin août, le président Kabila et son homologue rwandais, Paul Kagamé, se sont rencontrés, mais leurs positions sont restées figées.

Abdou Diouf souhaite vivement que ces deux pays dialoguent de nouveau à Kinshasa (le président du Rwanda, membre de l'OIF, est tenté de n'y déléguer que sa ministre des affaires étrangères), avec d'autres chefs d'Etat de la région des Grands Lacs. Aux yeux de M. Diouf, la RDC, déjà saignée par des années de conflits civils et régionaux entre 1996 et 2002, court le risque d'être démembrée."Au moment où ce pays traverse des difficultés comme celles-là, il a besoin que la communauté francophone soit là pour dire qu'il faut que ce qui se passe à l'est cesse." Mme Benguigui a annoncé pour sa part son intention de se rendre à Goma le 15 octobre afin de remettre aux organisations humanitaires une aide française de 2 millions d'euros destinée aux victimes et aux réfugiés.

Le Mali, actuellement suspendu des instances de la francophonie, sera aussi au coeur des discussions lors d'un huis clos entre chefs d'Etat. "La seule façon de régler le problème du nord du Mali (occupé depuis six mois par des islamistes armés) est militaire", estime M. Diouf. Avant même une résolution du Conseil de sécurité qu'il espère prochaine, tout comme la France, il compte pousser les Etats de l'OIF à venir en aide au Mali pour stopper un "cancer" qui menace "tout le Sahel et le monde entier".

 


© letemps.ch
Le président français François Hollande sera présent
Quelques chiffres de la Francophonie
Qui finance la francophonie et quelles sont ses actions? La France reste, avant le Canada, le principal contributeur de la francophonie, bien qu'elle ait diminué en 2012 sa contribution volontaire à l'OIF, passée de 21 à 14,5 millions d'euros. Paris met toutefois gracieusement à disposition, depuis février 2011, les locaux du nouveau siège de l'OIF, avenue Bosquet, où sont regroupés sur 8 000 m2 des services autrefois dispersés dans la capitale. La France consacre au total 56 millions d'euros à la francophonie, auxquels s'ajoute un budget "culture et communication" de 150 millions d'euros, dont 72 millions pour TV5 Monde. Depuis sa nomination en 2006, l'administrateur de l'OIF, le Québécois Clément Duhaime, a mis en oeuvre une politique de rationalisation. Le budget de fonctionnement, qui absorbait près de la moitié des ressources en 2005, n'en représente plus qu'un quart. Les directions de programmes ont été réduites de onze à quatre et un tiers des projets ont été abandonnés. Davantage impliquée dans l'aide au cinéma et les nouvelles technologies, l'OIF met l'accent sur la formation des maîtres (dans dix pays), la promotion des enseignements bilingues (au côté de langues nationales) et la création de centres de lecture (plus de 300 dans une vingtaine de pays).

L'Afrique, où vit un francophone sur deux, est le continent qui bénéficie le plus de ces programmes. C'est aussi celui où le français se développe le plus rapidement, en raison de sa démographie: d'après les projections, 85 % des 715 millions de francophones seront africains en 2050.

Principales Dates de la Francophonie:
1880: le géographe français Onésime Reclus invente le terme de "francophonie" pour désigner personnes et instances utilisant le français dans le monde.
1926: naissance de l'association des écrivains de langue française (Adelf)
1961: naissance de l'ancêtre de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) qui regroupe aujourd'hui 786 établissements dans 98 pays.
1970: l'idée d'une organisation francophone, lancée par des dirigeants du Sud - notamment le Sénégalais Léopold Sedar Senghor, le Nigérien Diori Hamani, le prince Sihanouk du Cambodge et le Tunisien Habib Bourguiba - prend corps avec l'Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), ancêtre de l'OIF.
1984: naissance de la chaîne de télévision francophone TV5. Diffusée aujourd'hui dans près de 200 pays et territoires.
1986: premier sommet de la Francophonie à Versailles, sous la présidence de François Mitterrand.
1989: premiers jeux de la Francophonie à Rabat et Casablanca, manifestation sportive et culturelle. Création de l'Université Senghor d'Alexandrie, conçue pour accueillir tous les francophones intéressés par les questions de développement.
1997: Première élection d'un Secrétaire général de la Francophonie, chargé de conduire son action politique. L'Egyptien Boutros Boutros-Ghali est choisi. L'ex-président sénégalais Abdou Diouf lui succède en 2002, est réélu en 2006 puis en 2010 pour quatre ans.
2010: la Francophonie fête son 40e anniversaire.
2012: premier Forum mondial de la langue française à Québec.
 
MOTS CLES :  Francophonie   Sommet   Tensions   Dates   Hollande 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués