ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Aéroport Bangui M’poko: bientôt la grande mutation?

Par Source: Afrique Nouvelle - 11/10/2012

Théodore Jousso, ministre de l’aviation civile et du transport aérien organise une table ronde des bailleurs de fonds à ce sujet à Bangui

 

Il faudrait éviter le déclassement voire la fermeture de l’unique aéroport international du pays aux compagnies aériennes de premier plan, l'aligner aux standards internationaux des infrastructures aéroportuaires, quel qu'en soit le prix à payer, et tout faire pour mobiliser les ressources nécessaires pour palier les lacunes ou les détériorations des installations de l’aéroport Bangui M’poko. Voilà au moins une promesse sur laquelle Théodore Jousso, nommé ministre de l’aviation civile et du transport aérien, il y a un peu moins de deux ans, ne pourra pas être pris en défaut. C'est du moins, l’ambition qu’il affiche depuis qu’il a fait voter par l’Assemblée nationale, en mai dernier, le projet de loi portant création de la Société de développement des infrastructures aéroportuaires (SODIAC), société d’État anonyme à conseil d’administration qui devra emprunter des fonds auprès de bailleurs privés, notamment Exim Bank of China, intéressée par le financement à hauteur de 85% du montant de l’investissement projeté. La différence devant être cherchée auprès d’autres bailleurs.

 


© journaldebangui.com
M. Théodore Jousso, ministre de l’aviation civile et du transport aérien
C’est donc dans cet optique et en accord avec les partenaires techniques et financiers qu’une table ronde des bailleurs de fonds intéressés par le programme de modernisation et de mise à niveau de l’aéroport de Bangui M’ Poko est organisé les 11 et 12 octobre 2011. Si l’on en croit le ministre, la rencontre a «pour objectif de passer en revue les questions techniques, financières, environnementales et sociales liées aux projets, et le bouclage de son financement». Ce sera le baromètre permettant de jauger l’intérêt ou non des partenaires à accompagner «cet important programme d’investissement dédié à la mise à niveau de notre principale infrastructure aéroportuaire», insiste-t-il. Théodore Jousso espère en tout cas qu’au sortir de la table ronde, il puisse avoir des annonces de la part des bailleurs de fonds. Le projet pour lequel les partenaires financiers de la Centrafrique seraient mobilisés, «vise non seulement à moderniser l’aéroport de Bangui mais constitue la réponse du gouvernement aux nombreuses lacunes ou dégradations et détériorations des infrastructures relevées lors des audits de sûreté et de sécurité», analyse le ministre centrafricain en charge de l’aviation civile et tu transport aérien, qui rappelle que «l’analyse fonctionnelle indique que ces infrastructures ne répondent plus aux besoins d’exploitation d’un aéroport international moderne en termes notamment de disponibilité des surfaces, de capacité d’accueil, de traitement des passagers de délai de livraison des bagages, de facilitation, de commodités offertes aux exploitants et d’encombrement de l’aire de stationnement des aéronefs. Comme exemples patents de la saturation de l’infrastructure aéroportuaire de Bangui M’Poko, il semble utile d’évoquer l’exiguïté de la salle d’embarquement qui n’offre que 90 places assises quand l’avion critique (Airbus A340) a une capacité de deux cents cinquante-six (256) sièges. De même, le temps de livraison des bagages avoisine fréquemment 2 à 3 heures au lieu des 45 mn généralement admis à compter du stationnement du vol Air France. Afin de remédier à tous ces disfonctionnements, il devient nécessaire et urgent d’investir massivement pour moderniser et mettre aux normes les infrastructures aéroportuaires de Bangui M’Poko afin qu’elles puissent être en adéquation parfaite avec l’ambition de la République Centrafricaine pour son secteur de l’Aviation Civile et du Transport Aérien».

 


© journaldebangui.com
L'une des maquettes du futur aéroport international de Bangui?
Il convient d’ailleurs de signaler que l’aéroport de Bangui, mis en service en juin 1967 pour accueillir un trafic d’environ 10 000 passagers par an, en accueille actuellement, 45 ans après, une moyenne de 120 mille passagers. Un trafic relativement faible, comparé à l’affluence constatées dans les autres aéroport de la zone ASECNA. Pour le ministre, ce faible trafic a un inconvénient de taille: «il génère peu de ressources et permet de comprendre pourquoi depuis leur mise en service en 1967, peu d’investissements ont été réalisés afin d’adapter les infrastructures aéroportuaires aux exigences de confort et de qualité de service d’une part, et aux normes de sûreté et pratiques recommandées par l’OACI d’autre part».

Il faut préciser que les travaux seront financés par un partenariat public/privé. Théodore Jousso a soutenu lors de son passage devant l’Assemblée nationale que c’est une formule qui «a l’avantage de faciliter la réalisation d’un grand projet prioritaire pour l’Etat à des conditions de taux d’intérêt très favorables (0,75 à 2% l’an) assortis d’un taux de concessionalité élevé (délai de grâce de 5 à 7 ans, et durée de remboursement de 20 ans). Ces conditionnalités sont compatibles avec l’évolution du trafic pendant 20 ans. Elle exonère par ailleurs l’Etat de garantir un nouvel emprunt ou de consentir un effort financier quelconque pour soutenir ce projet dans un secteur d’activité capable de générer par son fonctionnement les ressources nécessaires au développement de ses infrastructures. Elle sécurise enfin le bailleur de fonds quant à la garantie de récupération des fonds par lui prêtés».

Reste à savoir si les bailleurs de fonds seront réceptifs à l’argumentaire bien rodé de ce ministre a la stature imposante et qui peut se targuer d’une expertise certaine dans le secteur aéronautique pour avoir travaillé pendant plusieurs années à l’Asecna.
 
MOTS CLES :  Théodore   Aéroport Mpoko   Aviation Civile   Jousso 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Il faut être plus ambitieux et aggrandir encore plus

Par ataim

16/10/2012 16:20

C'est ça votre maquette? Vous ne pouvez pas être plus ambitieux?
Quand on construit pour une Nation on le fait pour les generations futures,ça doit etre quelque chose qui dure des années ou siecle pas pour que 20 années après qu'on ne nous dise plus qu'on cherche 65 milliards pour modifier. A moins il y a trop à bouffer dans ces magouilles de modification. Car une modification des plus nulles avait eu lieu sous patssé pour nous mettre dans cet étau et filler à corruption des agents de divers services.
Pour moi les 3/4 ou la totalité de cette maquette devait être la partie Depart et juste à la fin de la partie c'est a dire làoù les douaniers nous embetent à l'arrivée doit etre le départ d'un grand hall couloir (en vitre ou grillagé si vous n'etes pas sûr de la climatisation )conduisant vers le service fret qui doit être démolli et déplacé et devenant la Partie ARRIVEE de l'Aeroport avec ses nouvelles salles d'attente ,bar,etc et salon d'honneur.
Je ne sais si c'est le salon d'honneur qui vous accroche à faire un petit aéroport nid d'oiseau à coté de lui,mais chers frères architectes,un deuxième salon d'honneur peut être construit coté nouvelle Arrivée de mon plan.Ainsi Au départ et à l'arrivée il y aura de l'espace hall,etc ... pour la famille et amis qui accompagnent les voyageurs et une vitre séparera et les gens puissent suivre l'évolution et le départ des leurs après l'espace hall convialité. On aura retrouvé un peu de dignité.
Et enlevez nous ce parking payant de la honte qui stocke les gens comme des candidats à la guillotine. L'Etat ne fait rien de social pourquoi demander au peuple de payer ce parking,il n' a qu'à faire un parking payant pour les entreprises coté fret qui restent longtemps. les gens paient pour un parking,ils sont quand meme refoulés regardant derrière une grille les parents qui voyagent, meme au temps d'apartheid,on n' a vu une telle ségrégation.
On est un pays chaud au lieu de concevoir un lieu ouvert vers l'extérieur où les gens puissent respirer et discuter,on enferme les gens dans un lieu mal conçu,un copie pale de ce qu'on veut tricher ailleurs mais avec peu d'inspiration,alors on étouffe et les hommes en cravate, ce n'est pas confortable.La climatisation ne suit pas
En tout il ya de l'espace,pourquoi faire compme si l'espace manquait.
Faites quelque chose de propre. le fret peut se construire en L vers la fin et faisant un peu face à l'arrivée.
on construit pour longtemps et la génération future n'aura qu'à restaurer de petite chose.
le premier ministre et ses ministres et même le président voyagent, que ramènent-ils de leur voyage.
Les congolais de brazza sont ceux qu'ils sont mais eux et les ivoiriens quand ils décident d'un modernisme,ils le font de façon sérieuse et ambitieuse. Meme une copie devient une copie correcte avec eux mais nous c'est du cafouillage. On a l'oeil, et des bons archiotectes à l'extérieur alors porter un regard sur des ratages en inspiration,c'est très facile et ça saute à l'oeil.
Une question à Bozizé: Pourquoi les centrafricains en vacances ou meme qui habitent Bangui et qui sortent on leur fait payer à l'aéroport 10000 francs cfa comme frais de tourisme. tourisme où? On va chez soi quand me^me ,quelle est cette escroquerie qui due des années?

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués