DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Tourisme: Des solutions urgentes s’imposent

Par Simon Koitoua - 04/10/2012

Simon Koitoua est étudiant en master II option écotourisme à université Ibn Zhor d’Agadir au Maroc

 

L’aérien est le premier facteur lié directement au développement touristique, voire la condition nécessaire pour la réussite de ce développement du tourisme au pays de Baganda la Centrafrique. Sans aérien pas de client dans les établissements hôteliers et touristiques. La quasi majorité des visiteurs internationaux et ou nationaux prennent l’avion pour leurs vacances en Centrafrique et / ou ailleurs d’autres destinations donc ceci étant dire que l’aérien est incontournable pour le développement du tourisme en Centrafrique si tout le monde met la main à la patte. Or ces derniers temps le nombre des vols en destination de la République Centrafricaine ne fait qu’augmenter grâce à la bonne politique des autorités actuelles en matière de transport aérien sous la haute direction de son Excellence le Président de la République François BOZIZE et du gouvernement du Premier Ministre Faustin Archange TOUADERA les encourageons à rester dans cette politique.

 


© Le Visionnaire
Simon Koitoua, étudiant
En effet, les professionnels du tourisme doivent miser sur les vols LOW COST et les vols CHARTER qui se font rares en Centrafrique. Tous les responsables nationaux connaissent bien le problème mais personne ne réagit comme il se doit Tout le monde compte sur les pouvoirs publics, mais ces derniers ont d’autres urgences ou préoccupations, des solutions claires et pratiques pour un décollage du tourisme en Centrafrique via l’aérien qui est un facteur indispensable pour le développement du pays.

Compter sur les pouvoirs publics pour résoudre ce problème ou proposer des solutions, a cause des conjonctures économiques que vit le pays actuel? Les efforts fournis par les autorités dans le domaine de l’aérien avec la signature des conventions pour la reconstruction des infrastructures aéroportuaires de Bangui M’poko serait un pas important vers le développement du tourisme centrafricain. Les operateurs touristiques locaux, les professionnels du secteur du tourisme avec toutes leurs composantes, mais également compter sur tous ceux qui gagnent dé l’argent grâce au tourisme dont les institutions bancaires et bien- sur les élues devraient œuvrer de concert pour relever le défi du tourisme qui est considéré comme une industrie par les professionnels du secteur.

L’aérien est nécessaire, urgent et incontournable pour assurer un développement durable du tourisme, il faut compter sur soi même, sur ses propres moyens avec l’implication nécessaire et fructueuse qu’il faut. A titre d’exemple si le Maroc fait parti des pays récepteurs du tourisme aujourd’hui c’est parce qu’il a fait de son bataille l’aérien comme facteur incontournable du développement du tourisme. Tout le développement ne peut venir que par des liaisons directes de pointe à pointe, il est évident que la participation de tous les acteurs est indispensable une bonne concertation de tous pour une bonne politique de l’aérien. Un problème de taille qui handicape le développement touristique du pays depuis des années. La reconstruction des aérodromes et ou aéroports dans les principales Villes telles que: Berberati, Carnot, Bambari, Bossangoa, Bria, Mbaïki ,Nola ,Bouar est nécessaire pour le décollage du tourisme en Centrafrique.

La communication, la promotion, le marketing du produit touristique centrafricain sur les marches émetteurs du tourisme mondial: les 27 pays de l’Union Européenne, la Chine, la Russie, les Etats –Unis d’Amérique et l’Afrique. Il est fait avec professionnalisme et conviction voire vrai nationalisme, tous les professionnels du tourisme centrafricain devraient assister aux différents salons touristiques internationaux afin de vendre ces produits touristiques centrafricains.

C’est trop beau de dire, de parler des potentialités et des atouts formidables que la Centrafrique regorge sur le plan touristique. Que dire encore? Tant que le tourisme centrafricain, n’est pas géré avec professionnalisme et conviction; tant qu’il n’est pas géré par des vrais professionnels, dans toutes ses instances et ses composantes. L’attente n’a fait que trop durer, il faut passer à l’action avec la volonté de réussir les opérateurs touristiques sont capable de réussir le défi celle d’attendre à l’infini trouvons des solutions à l’aérien. Tout est possible avec la bonne volonté des autorités actuelles de faire du tourisme un véritable pilier du développement durable et responsable de la Centrafrique. Le tourisme, c’est un secteur très fragile aux évènements donc il fallait des professionnels du domaine pour bien le gérer. Un tourisme de qualité c’est l’affaire de tous.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Simon koitoua est étudiant en master II option écotourisme au département de géologie à la faculté des sciences université Ibn Zhor d’Agadir Maroc

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués