DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Hôtel Ledger Plaza Bangui: drame ou opportunité?

Par Octave Barclay, Le Visionnaire - 11/09/2012

En attendant, l’ouverture officielle annoncée et reportée, l’hôtel est en période de rodage de ses services

 

C’est la question anodine que l’on puisse se poser au moment où la République centrafricaine s’engage dans une politique de développement de ses infrastructures touristiques et hôtelières. Il est attesté que le pays ne dispose d’une grande capacité d’accueil en matière d’hôtels et restaurants de qualité devant recevoir la clientèle de visiteurs étrangers. Avec l’avènement de l’hôtel Ledger Plaza Bangui situé sur les versants verdoyants des collines Bas-Oubangui sur l’Avenue de l’Indépendance à Bangui, le centrafricain heureux estime sa fierté restaurée. D’une capacité de 300 chambres, des suites et divers services offerts, Plaza Bangui est le joyau des hôtels de 5 étoiles. Un hôtel de luxe sans pareil donc qui rivalise la beauté avec ceux de la sous région de l’Afrique Centrale. La création de cette structure permet de résorber en partie le taux élevé du chômage.

 


© panoramio.com
Hotel Ledger PLAZA à Bangui en République Centrafricaine
En attendant, l’ouverture officielle annoncée et reportée, l’hôtel est en période de rodage de ses services. Quelques clients de toute catégorie confondue ont déjà gouté au délice et merveilles de ses prestations. Renseignements pris, l’impression est à la satisfaction générale. Seulement voilà, l’on rapporte que l’hôtel éprouve de sérieuses difficultés pour s’approvisionner en vivres devenus sur les marchés de la place à tel point qu’il envisagerait de tout importer des pays voisins. La semaine dernière ses agents déployés sur le terrain à la recherche des œufs sont surpris par le public. Ils ont réussi à rafler plus de 15 mille œufs en une seule journée pour satisfaire la forte demande de la clientèle.

En outre, il ne parvient pas à s’approvisionner en produits maraichers ce qui le contraindrait à se tourner vers les pays voisins. Un énorme manque à gagner pour la République centrafricaine. De toutes ces difficultés liées à la faible production des agriculteurs nationaux à satisfaire le marché, il est temps d’encourager les jeunes à se constituer en coopératives de maraichers. car, le pays est une vaste superficie fertile sous exploitée. Il suffisait de mobiliser les moyens nécessaires pour garantir une autosuffisance alimentaire. Il appartient au gouvernement de s’assumer davantage pour que l’économie devienne une réalité.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués