SOCIéTé  |    

Le président Bozizé supprime les barrières illégales, mais…

Par Marcel Dexter Gazikolguet, Le Visionnaire - 29/08/2012

Le comportement des agents sur le terrain laisse toujours à désirer

 

Après la hausse des prix des denrées alimentations et des produits de première nécessité, le gouvernement centrafricain a pris des mesures conservatoires pour maintenir les prix à leur ancien régime pendant une période de six mois francs. Toutefois, la mercuriale imposée aux commerçants détaillants et grossistes, n’est pas appliquée dans son entièreté. L’Etat ne disposant pas des moyens de dissuasion, les commerçants véreux et récalcitrants ne s’exécutent pas pour appliquer les tarifs indiqués. C’est un cinglant affront auquel le ministère du commerce et de l’industrie qui a initié la décision demeure incapable. Il en est de même pour la délocalisation du marché à bétail du Pk13 transféré au village Bouboui au pk45 sur la route de Boali; et la fermeture de l’abattoir secondaire de Ngola. Bien entendu ces mesures qui ont créé dans les rangs des bouchers et commerçants à bétail qui refusent obstinément de les respecter au motif de l’éloignement du pk45 et de la SEGA. Conséquences: un marché à bétail parallèle est créé au Pk26 sur la route de Damara par les mécontents et l’abattage clandestin a repris de plus bel dans les arrondissements de Bangui.

 


© RNL
Une des barrières illégales décriées
Cette fois-ci, le président de la République François Bozizé, chef suprême des forces armées centrafricaines s’invite dans cette jungle où l’autorité de l’Etat est inexistante. Chacun agit et n’entend que sa raison au point que d’aucuns s’interrogent de savoir si la décision présidentielle visant la réduction des barrières illégales sera-t-elle respectée au pied de lettre? Le sujet a fait l’objet des débats houleux dans différents milieux sans que des décisions concrètes soient prises et les faire respecter par les forces de défense et de sécurité déployées sur toute l’étendue du territoire national. Le chef de l’Etat décide de prendre le taureau par les cornes pour réduire sensiblement le nombre des barrières routières illégales qui empêchent la libre circulation des personnes et des biens. Une mesure salvatrice qui suscite l’enthousiasme des commerçants du secteur informel et les usagers victimes des pratiques de racket organisé par les militaires, policiers et gendarmes qui réclament d’importantes sommes d’argent.

Selon certains jeunes boubanguérés, ils ont du abandonner leurs activités commerciales à cause des porteurs de tenue qui érigent des milliers de barrières illégales pour les rançonner. Les femmes commerçantes qui parcourent les villes et villages des provinces pour ravitailler la capitale Bangui et ses environs exténuées et ruinées par ces pratiques ne peuvent continuer. En outre, ces femmes sont débordées par les prix excessifs de transport des marchandises. Cette situation s’est répercutée sur leurs prix des denrées alimentaires pratiqués sur les marchés de la place et le panier de la ménagère en souffre terriblement.

Que faire pour convaincre?
Certes, l’acte posé par le président François Bozizé est encourageant mais comment faire pour l’appliquer et surtout quels sont moyens de suivi dont il dispose ? Car, fertiles en imagination, les agents peuvent dès maintenant envisager des moyens pour contourner la mesure et s’en sortir facilement. Il appartient à la hiérarchie militaire de prendre ses responsabilités pour offrir des meilleures conditions de vie à nos compatriotes dont certains ne veulent plus se rendre dans les villes de provinces à cause de l’insécurité et le racket organisé par ceux qui ont mission d’assurer la sécurité de la population civile et de garantir la protection de l’intégrité du territoire national. Il suffit d’entamer une campagne d’information et de sensibilisation auprès de la population pour dénoncer tout acte incivique des agents qui vise à enfreindre cette décision. L’objectif étant d’identifier les auteurs du racket, les livrer en justice pour qu’ils soient jugés et condamnés. C’est la seule solution intermédiaire qui reste à entrevoir.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués