NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Côte d’Ivoire: Nouvelles arrestations au sein du Front Populaire Ivoirien

Par Marthe Noelle Effoudou - 27/08/2012

Laurent Akoun et Justin Koné Katinan, deux cadres du FPI et proches de l’ex-président Laurent Gbagbo, ont été interpellés ce week-end

 

C’est dans le Nord de la ville d’Abidjan, que Laurent Akoun, le secrétaire général par intérim du Front Populaire Ivoirien (FPI) a été arrêté dimanche 26 août 2012, par la gendarmerie ivoirienne. En route pour un meeting, ce dernier a été interpellé à un point de contrôle des forces de sécurité à Adzopé. Si les raisons exactes de cette arrestation ne sont pas encore connues, selon nos confrères de RFI, il lui serait reproché des prises de parole publiques qui «torpilleraient» le processus de réconciliation en Côte d'Ivoire. Mais aussi, une possible implication dans les attaques qui ont visé l'armée ivoirienne ces dernières semaines. Au courant de cette même journée de dimanche 26 août 2012, le Ghana confirmait également l’interpellation du porte-parole en exil de l'ex-président Gbagbo, Justin Koné Katinan.

 


© afp
Laurent Akoun, le secrétaire général par intérim du Front Populaire Ivoirien (FPI) a été arrêté dimanche 26 août 2012
Ex-ministre du Budget en exil depuis la fin de la crise post-électorale ivoirienne (décembre 2010-avril 2011), Justin Koné Katinan est visé par un mandat d'arrêt international émis par Abidjan pour "crimes économiques", il demeure encore dans l'attente d'une décision ghanéenne sur son éventuelle extradition. Une série d’arrestations qui intervient plus d’une semaine après l’incarcération de l’ex-ministre Alphonse Douati, un autre haut responsable du FPI, inculpé pour "atteinte à la sûreté de l'Etat" et son lien présumé avec les attaques contre les FRCI et actuellement détenu à la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA).

Depuis le début du mois d’août, l'armée ivoirienne est régulièrement la cible d'attaques meurtrières. Samedi 25 août encore, un raid mené par des individus non-identifiés contre un poste de contrôle de l'armée près de Grand-Lahou, a causé la mort d’un membre des FRCI et de cinq assaillants. De retour de son séjour à l’étranger, le Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, ne s’est pas prononcé sur l’arrestation des membres du FPI, mais a réitéré son appel au dialogue et à la réconciliation, tout en signifiant que force restera à la loi, pour lui: Nous restons plus que jamais attachés à la réconciliation entre toutes les filles et tous les fils de notre pays. Cependant, il est évident que la justice continuera de faire son travail, dans le respect des principes d'un État de droit.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués