SOCIéTé  |    

Bangui: Le buste de F. Bozizé reconstruit

Par Source : RNL - 22/08/2012

Il avait été emporté et était devenu introuvable après les évènements du 2 août à Bangui

 

Les usagers du Jardin du Cinquantenaire peuvent désormais revisiter ce site. Le buste du président François Bozizé vient d’être reconstruit et remis, par la municipalité de Bangui. Le buste a été enlevé lors des manifestations des jeunes contre ce qu’ils ont appelé des «irrégularités» constatées au cours de leur recrutement dans les rangs des Forces Armées Centrafricaines (FACA). Des manifestations qui se sont soldées le 2 août dernier par la dégradation de certains édifices publics notamment la mise en sacs de la mairie du 7ème arrondissement, la destruction d’un pont dans le même arrondissement, l’enlèvement du buste du Chef de l’Etat et la destruction en partie du monument du 15 Mars. Au nombre de ces actes inciviques a figuré la casse du portail de la maison carcérale de Ngaragba, où plus de 500 prisonniers en ont profité pour prendre la poudre d’escampette. Selon Nazaire Guénéfeï Yalanga, maire de la ville de Bangui, «il s’agit plutôt d’une incompréhension qui a de conséquences dévastatrices sur les édifices de la mairie. Il était donc urgent de restaurer ces patrimoines au profit de la population».

 


Le site de la Place du cinquantenaire à Bangui sans le buste du Président
Pour lui, «ce qui s’est passé, a été l’œuvre de la jeunesse. Une chose est de s’énerver et une autre est de connaitre ses limites. J’invite la population à une protection de tous édifices publics».Dans une interview accordée à une chaine internationale, le président centrafricain François Bozizé a indiqué que «[inotre jeunesse, qui voulait à tout prix être incorporée dans les forces de défense de sécurité centrafricaine, a été tout simplement manipulée par nos détracteurs habituels. Le recrutement, ce n’est pas la première fois que nous le faisons et il y en aura d’autres par la suite. Nous prendrons les dispositions nécessaires pour que les défaillances de ce genre ne puissent pas se répéter]».

 


© cap
le site avait été fermé pour travaux
Au sujet d’une accusation liée a une éventuelle faveur faite exclusivement à son ethnie «Gbaya», pour ce recrutement, le Chef de l’Etat a affirmé que «le recrutement en question a été fait à ciel ouvert, au stade 20 000 places de Bangui. Les examinateurs ont été des militaires issus de tous les corps des Forces Armées Centrafricaines (FACA). Il n’y a pas eu des ethnies telles que Mandja, Kaba voire Gbaya pour défavoriser les candidats. D’ailleurs on m’appelle dans mon pays en Sango (langue nationale), «Gbia ti a mara Koue», c’est-à dire le président de toutes les ethnies».

Il est à noter que les candidats appelés à s’engager dans l’armée nationale ont été contraints à verser une somme de 5 000 francs CFA comme frais de dossier. Une première du genre dans l’histoire de ce pays. Les candidats malheureux se sont énervés en partie à cause du versement de cette somme provenant de la vente de certains de leurs biens.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués