SOCIéTé  |    

Accord de Partenariat Volontaire(APV), entre l’Union Européenne et la RCA

Par Journaldebangui.com - 05/11/2010

Un atelier de restitution à eu lieu à Bangui

 

Le ministre des Eaux Forêts Chasse et pêche Emmanuel Bizot a rappelé que la République Centrafricaine, soucieuse des enjeux économiques et environnementaux de son secteur forestier, s’est engagée depuis plusieurs décennies dans une politique de promotion de la gestion durable de son patrimoine forestier à travers plusieurs reformes. «L’enjeu du processus (FLEGT) pour notre pays et les différents défis à relever, permettent de garantir la survie au secteur forestier, poumon de l’économie centrafricaine à travers son accès au marché Européen», a souligné le ministre Bizot. Cet atelier visait donc à sensibiliser et informer toutes les parties prenantes sur l’évolution du processus de négociation d’un Accord de Partenariat Volontaire(APV), entre la République Centrafricaine et l’Union Européenne sur l’ «Application de la Réglementation Forestière, la Gouvernance et le Commerce du Bois».

 


Le ministre Emmanuel Bizot à gauche
Dans ses propos, le ministre des forêts a ajouté que la République Centrafricaine fonde ses attentes dans la conclusion de cet accord qui aura un impact positif sur la contribution du secteur forestier aux recettes de l’Etat. «A travers la conclusion de cet accord et sa mise en œuvre, notre pays, entend démontrer tout son intérêt dans un fonctionnement sain, efficace et productif de son secteur forestier national afin de crédibiliser les produits Bois de notre pays et en facilitant la commercialisation dans l’espace économique européen», a estimé le ministre Bizot.

Le Directeur Général de l’environnement a pour sa part signifié que, le rapport de la Banque Mondiale sur l’exploitation du Bois a montré que 80% du bois dans le monde sont exploités illégalement par conséquent une bonne partie des recettes n’entrent pas dans la caisse de l’Etat. «C’est pourquoi, a-t-il expliqué, l’Union Européenne a estimé qu’il faut aider les pays Africains à améliorer leur gouvernance forestière, en mettant en place un plan d’action qui définit les moyens à donner à tous les pays qui auraient accepté de rendre transparente la gestion forestière» Selon lui, cet accord, va amener la République Centrafricaine à prendre un texte législatif pouvant contraindre les entreprises forestières à payer leurs taxes avant l’exploitation, ce qui permettra de garantir la transparence dans la gestion forestière et l’améliorer des recettes fiscales. Il est à noter que cette négociation avec l’Union Européenne qui a débuté depuis un an (octobre 2009-octobre 2010), a été menée par une équipe de négociation multi-acteurs comprenant les acteurs du secteur étatique, du secteur privé et des Organisations de la Société civile.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués