FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

Suspension d’électricité: Des dommages dans les hôpitaux de Bangui

Par Pacôme Pabandji - 02/08/2012

Les conséquences des délestages de l’ENERCA se font déjà ressentir

 

Depuis dimanche 26 juillet 2012, la ville de Bangui, capitale centrafricaine, est plongée dans le noir, à la suite des travaux qu’aurait entamés l’ENERCA sur ses machines de Boali 1 et 2. Cette situation a ralenti les activités économiques et sociales dans la ville. Mêmes les centres hospitaliers, secteur névralgique sont touchés et en prennent déjà des coups. Selon les termes d’un accord entre les services de santé et l’ENERCA, tous les centres hospitaliers devraient être alimentés pendant 6 heures de temps sans interruptions dans la journée. C’est ainsi que ces temps sont repartis à travers les différents hôpitaux que sont: l’hôpital Communautaire, l’hôpital de l’Amitié, le CNHUB, le Complexe pédiatrique, l’hôpital de Bimbo.

 


© journaldebangui.com
La rue passante devant l’hôpital communautaire de Bangui
A l’hôpital Communautaire, le général Romain Guitinzia, directeur dudit centre hospitalier, signale que son centre est alimenté de 12 heures à 18 heures tous les jours. «Pour la journée du lundi 27 juillet, il nous a été difficile de joindre les deux bouts car les services étaient bloqués, les blocs opératoires fermés et l’hôpital tourne du coup au ralenti», a déclaré M. Guitinzia. De l’avis de ce dernier, la quasi-totalité des machines de l’hôpital fonctionnent à l’aide de l’électricité et aussi, l’on ne peut travailler dans le noir car même les stérilisateurs de l’hôpital ont besoin de l’électricité pour fonctionner. Malgré la présent du groupe électrogène en état de marche, cela n’a pas pu suffira car manque de carburant.

Comme l’hôpital Communautaire, presque tous les autres centres hospitaliers vivent la même situation. Heureusement, l’ENERCA, a opté pour des solutions partielles afin d’aider ces services de santé. Ainsi, 200 litres de carburant leurs sont octroyés gratuitement depuis deux jours. Or pour toute une journée d’électricité à l’hôpital communautaire par exemple, il faut 600 litres de carburants, soit 522.000 F CFA. Pour l’instant, on peut considérer que les incidents survenus de quelque nature que se soit sont mineurs, car il n’y a pas de victimes pour le moment. Cependant, un communiqué de l’hôpital communautaire, demande aux personnes qui ont mis des corps de leurs parents à la morgue dudit hôpital, de les enlever faute froid. Et à ce qui ce dit dans les rues de Bangui, ce n’est qu’un début.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués