SOCIéTé  |    

Bangui: Mme le Recteur lève les franchises universitaires

Par Source : RNL - 16/07/2012

La décision a été prise à la suite des violences survenues à cause des l’élection du président de l’ANECA

 

Le Recteur de l’Université de Bangui (UB), Georgette Florence Koyt-Debale, a levé jusqu’à nouvel ordre les franchises universitaires dans un communiqué officiel diffusé sur les ondes de la radio nationale. Ceci, «pour préserver la paix à l’Université conformément au règlement intérieur de cette institution», précise le communiqué. Par un consensus établi entre le comité d’organisation des élections des membres du bureau de l’Association Nationale des Etudiants Centrafricains (ANECA) et les différentes coalitions estudiantines de l’UB, les étudiants devaient élire leur nouveau président ainsi que les autres membres du bureau. Ces élections se sont soldées par des violences sur le campus universitaire. «Jets de pierre et bagarres, la chambre d’un membre de l’ancien bureau a été saccagée par les membres d’une coalition adverse. La coalition I et II sont en déphasage», rapporte Radio Ndeke Luka.

Pourquoi la paix a-t-elle quittée le socle de l’intelligentsia centrafricaine de façon subite?
Interrogé par RNL, le Recteur laisse entendre que, « j’ai été surprise de voir que, pour une histoire du renouvellement des membres du bureau de l’Association Nationale des Etudiants Centrafricains, les armes blanches ont fait leur intrusion sur le campus suivi des actes de violences. Une entité candidate spécule que j’ai publié un communiqué pour que les étudiants votent en faveur d’un candidat c’est faux. Je n’ai pas interdit les élections sur le campus, cela ne ressort pas de mes attributions de Recteur de l’Université de Bangui».

 


© RNL
Le Recteur de l’Université de Bangui (UB), Georgette Florence Koyt-Debale
Pour quelles raisons les étudiants candidats agiraient-ils de la sorte dans l’enceinte de l’Université dont les textes réglementaires interdisent les outils cités par le Recteur? Que s’est-il passé pour qu’une coalition se rebelle?
Fiacre Kombo, étudiant en année de licence 2 et candidat au poste de secrétariat général, explique que «c’est par ce que la coalition numéro 1 s’est retirée de la liste des candidats et elle ne veut pas que le processus électoral se poursuive. Je ne suis pas d’accord pour ce sabotage. Les étudiants ont droit d’avoir des représentants selon l’application du consensus ». Selon un groupe d’étudiants rencontré devant la Faculté des sciences de l’Université de Bangui, qui a requis l’anonymat, «la coalition numéro I s’est retirée par ce qu’elle estime que le Rectorat et le Décanat de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) appuient, d’une manière ou d’une autre, l’une des 4 coalitions pour des intérêts politiques».Cette hypothèse serait sans doute le motif de l’agression du Doyen de la FLSH, Anicet Clément Guiyama dans la nuit du 11 juillet. «C’est lorsque le Doyen était dans son bureau avec un candidat à la présidence de l’ANECA nommé Pacôme Pabandji, que les membres de la coalition I se sont pris à eux», relate un autre étudiant. Sur le duo du Doyen et de l’étudiant candidat, le Secrétaire Général de l’Université de Bangui se prononce en évoquant une erreur de jugement de la part des étudiants.

«Le Doyen, Anicet Guiyama, qui est aussi président de l’attribution des bourses, devrait statuer avec l’étudiant Pabandji sur l’arrêté des bourses. Le Doyen était à quelques heures de vol sur Londres pour accompagner les sportifs centrafricains aux Jeux Olympiques. Les étudiants ont cru qu’ils complotaient pour les élections et ils ont commis leurs forfaits. C’est condamnable, les étudiants sont ici pour bénéficier d’une formation et non pour des futilités», énonce le secrétaire générale. Depuis lors, l’Université de Bangui est instable. Le vote prévu le 13 juillet est reporté pour une date ultérieure vu que le poste de président de l’ANECA est devenu un sujet de conflit inter estudiantin. Si la fumée ne s’aperçoit qu’après l’existence d’un feu, c’est que derrière cette crise se cachent des intentions égoïstes. Ce qui se passe actuellement sur le campus ne constitue –t-il pas un mauvais exemple pour les nombreux lycéens et écoliers centrafricains qui sont entrain de monter?

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués