NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: La rébellion dément avoir enlevé 21 agents recenseurs

Par journaldebangui.com - 02/11/2010

Pour le coordonateur de la CPJP, il s’agit de la manipulation

 

La rébellion de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) a démenti ce 2 novembre avoir enlevé vendredi dans le nord-est de la Centrafrique 21 agents qui participaient au recensement en vue des élections et s'estime victime d'une "manipulation", selon son coordonnateur. "La CPJP ne va pas nous amener à changer de langage, les informations sont précises: les agents recenseurs ont été enlevés par la CPJP", a de son côté réaffirmé ce même jour une source du haut commandement militaire. "Ce n'est vraiment pas nous", a affirmé Bevarrah Lala, coordonnateur de la "marche de la CPJP". "En réalité, c'est une pure manipulation du gouvernement pour jeter le discrédit sur la CPJP", a-t-il déclaré à l'Agence France Presse.

 


© afriscoop.net

Samedi, la source du haut commandement militaire avait annoncé que "21 agents recenseurs qui acheminaient les données du recensement à Birao (nord-est) ont été interceptés par des éléments de la CPJP qui les détiennent en ce moment". L'information avait été confirmée par Rigobert Vondo, porte-parole de la Commission électorale indépendante (CEI) en Centrafrique, qui avait précisé que "ces agents recenseurs convergeaient vers Birao avec les données du recensement qui ont été détruites par les rebelles". Pour M. Lala, "il y a eu une révolte des agents recenseurs de la CEI". "C'est dû au problème de perdiem (indemnités journalières) (...), ils ne l'ont pas touché", a-t-il expliqué, ajoutant que "les agents ont confisqué les listes en attendant d'être payés". "Nous ne nous battons pas contre les agents recenseurs", a ajouté le coordonnateur pour qui Bangui ne veut "pas aller aux élections dans la transparence et la quiétude" et cherche "des raisons pour retarder les élections". "Ce qui est sûr, il y a un certain nombre de problèmes que la CEI gère en ce moment, tels que les problèmes de per diem, qui ont amené le gouvernement à mettre la main à la poche", a réagi le porte-parole du gouvernement, Fidèle Ngouandjika, selon qui le gouvernement préfère attendre "d'avoir tous les éléments de ce dossier pour (se) prononcer clairement".

Pour une source du haut commandement militaire, "comme toujours dans cette situation, la CPJP cherche à gagner du temps". Le recensement en vue des élections présidentielles et législatives dont le premier tour doit se tenir le 23 janvier 2011 s'est terminé le 21 octobre mais la liste électorale définitive n'est pas encore connue. Ces opérations de recensement doivent doter le pays d'une liste permanente, selon la CEI qui estime le corps électoral entre "1,6 à 1,8 million" de personnes. La CPJP n'a pas signé les accords de paix en Centrafrique. Son principal dirigeant est l'ex-ministre Charles Massi dont les proches affirment qu'il a été torturé à mort en janvier dans une prison centrafricaine.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués