ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Centrafricain: Eviter le triomphalisme autour des 31 milliards FCFA du FMI

Par Fleury Koursany - 04/07/2012

Pour le numéro un du Département des Finances, trois axes principaux ont déterminées le FMI à conclure avec le gouvernement cet accord triennal

 

Le ministre centrafricain des Finances et du Budget a déclaré lors d’une conférence de presse que «nous devons tous ensemble nous battre pour tenir le pari afin de continuer à bénéficier de l’aide du Fonds Monétaire International (FMI) et des différents partenaires financiers de la République Centrafricaine». Cette déclaration a été faite lors d’une conférence de presse tenue dans la salle de réalisation de la Télévision Centrafricaine. Pour le numéro un du Département des Finances, trois axes principaux ont déterminées le FMI à conclure avec le gouvernement cet accord triennal d’un montant de 63,2 milliards de dollars soit 31 milliards Fcfa repartis sur trois ans.

 


© journaldebangui.com
Le ministre des finances lors de la Conférence de presse
D’abord, déclare le ministre centrafricain des Finances, c’est grâce aux efforts des centrafricains que leur pays est parvenu à cet accord, jugé salutaire par les uns et catalyseur par les autres. Salutaire en ce sens qu’il aidera le gouvernement à parfaire les réformes entreprises. Catalyseur d’autant plus qu’il ouvre la voie aux financements d’autres partenaires. A cet effort du peuple centrafricain s’ajoute selon le ministre, le fait pour la République Centrafricaine de «préserver une stabilité économique dans une conjoncture macroéconomique extérieure très tendue» et d’avoir su assurer la bonne gouvernance à travers la transparence et la rigueur budgétaire.

Tout de même, le ministre des Finances s’est engagé à ce que les conditionnalités qui accompagnent l’octroi de cette aide soient tenues. Entre autres critères à respecter par le gouvernement centrafricain, la mise en œuvre des programmes définis dans le mémorandum économique financier, le respect de la discipline budgétaire, le recours à des prêts concessionnels et dons, la mobilisation des recettes intérieures accrue par l’élimination des subventions de l’Etat sur les prix des produits pétroliers, l’affectation des ressources aux couches vulnérables… Le triomphalisme ambiant, il faut absolument le mettre de côté, continuer les réformes qui ont déterminée le FMI à nous ouvrir les vannes de ce financement tout en respectant les critères définis dans la feuille de route, a conclu le ministre qui appelle de ce fait d’autres partenaires financiers à suivre cet exemple du Fonds Monétaire International.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués