SOCIéTé  |    

Centrafrique: Un rapport pour condamner les tueries sur le site de CAWA Safari

Par Pacôme Pabandji - 20/06/2012

La commission «justice et paix» entend se prononcer sur les actes meurtriers de Ngounguinza près de Bakouma dans la préfecture du Mbomou

 

A travers une éventuelle déclaration et un rapport dont copies seront transmises à la présidence de la République, à la primature et dans d’autres départements ministériels, l’organisation non gouvernementale issue de l’église catholique centrafricaine, entend rendre son verdict sur les tueries qui avaient eu lieu à Ngounguinza à une centaine de kilomètres de la ville de Bakouma dans la préfecture du Mbomou. De source proche de ladite commission, le rapport lance un appel aux autorités judiciaires centrafricaines afin qu’elles gèrent l’affaire dans la plus grande transparence, «étant donné que beaucoup d’indices mènent à la société CAWA Safari», a déclaré un membre du bureau de la commission. On parle déjà d’une forte implication de CAWA Safari dans les tueries, ce qui risque de compromettre les enquêtes en cours étant donné qu’une mission de justice devra quitter Bangui pour se rendre dans la localité où a eu lieu cet évènement macabre.

 


© Fiacre Kombo, KTD
Les responsables de la société de Safari sont incarcérés à la prison
La société incriminée de son côté clame toujours son innocence et demande à la commission justice et paix de tenir compte de toutes les sources et informations fournies par les parents des victimes, et demande aussi de les comparer avec celles de la société pour une équité dans le traitement des données. Elle s’est dite donc prête à mettre au service de la commission des moyens de déplacement afin de mener à bien les démarches. Selon le porte-parole de CAWA Safari, en ce moment des personnes mal intentionnées sont en train de mettre en place des plans pour faire inculper le patron de ladite société et son personnel pour ces meurtres que la société a même condamné et s’est battue pour que justice soit rendue. « Probablement sur instruction de certaines autorités locales dont madame le maire, le sous-préfet et le commandant de brigade de la gendarmerie de Bakouma et certaines personnes, des démarches sont entreprises pour empêcher la vérité de sortir. La société dénonce fermement ces agissements et interpelle les centrafricains sur ce qui se passe… », a martelé M. Jacques Moussa. En attendant le rapport et la déclaration de la Commission Justice et Paix, la mission de la justice qui devrait se rendre dans la région pour enquêter sur les faits n’est pas encore partie faute de financements, dit-on.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués