SOCIéTé  |    

Affaire CAWA Safari: 3 arrestations orchestrées par les autorités de Bakouma

Par Pacôme Pabandji - 11/06/2012

3 jeunes fonctionnaires de la société CAWA se trouvent actuellement en détention arbitraire à la maison d’arrêt de Bangassou depuis plus d’un mois

 

Il s’agit de Martin Kanga, Issène Ahmat et de André Toringo qui ont été arrêtés sur ordre du commandant de brigade de la gendarmerie de Bakouma. D’après une source, ces derniers sont accusés d’être liés à la tuerie des 13 personnes retrouvées à Ngounguinza sur le site touristique de la société CAWA.

 


© africanadventure.dk
3 jeunes fonctionnaires de la société CAWA se trouvent actuellement en détention arbitraire à la maison d’arrêt de Bangassou depuis plus d’un mois
Pour le porte-parole de cette société M. Jacques Moussa, aucune preuve n’a été retrouvée ayant démontré que ces pauvres jeunes sont liés à un quelconque assassinat. Et pourtant, sans procès, ils sont directement envoyés à la maison carcérale de Bangassou et depuis ce jour, personne ne se soucie de leur sort. Une mission de la justice centrafricaine devrait se rendre à Bakouma dans le cadre des enquêtes sur les 13 corps retrouvés. Malheureusement, la mission peine à partir faute de « frais de mission » nous apprend-on alors qu’il est question d’enquêter sur un massacre dont les traces sont probables de disparaître. Déjà dans cette affaire, avec les trois derniers, ils sont 14 a être arrêtés, tous de la société CAWA Safari dont le patron de nationalité suédoise Erik Mararv et son adjoint de nationalité anglaise David Simpson.

Notons que les consuls de la Suède et de l’Angleterre à Yaoundé et à Brazzaville, s’étaient rendus à Bangui où dans l’une des revendications de leur gouvernement, ils ont demandé la remise en liberté provisoire de ces hommes en attendant la suite des enquêtes. Mais c’est toujours la sourde oreille au niveau des autorités compétentes. Ainsi, pendant que les enquêtes traînent, d’autres indices apparaissent au jour le jour. Par ailleurs, si l’on ne doit pas épargner la probabilité que ce serait des rebelles de la LRA qui seraient à l’origine de cette cruauté, les autorités de Bakouma, elles, sont conscientes d’une insécurité grandissante dans la région. C’est ainsi que pour l’installation de certains chefs de villages (Kitika et Ouanda), madame le maire de Bakouma a mobilisé tous les éléments des Forces armées centrafricaines (FACA) pour assurer la protection du convoi. En attendant, Erik Mararv et ses 13 employés sont en prison y compris les 3 arrêtés arbitraires de Bakouma alors qu’aucune preuve d’un meurtre n’a été retrouvée pouvant conduire à la société. Une justice à double vitesse ?

 

 
MOTS CLES :  Cawa   Safari   Rca 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués