ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Meilleure cohabitation entre éleveurs tchadiens et agriculteurs en RCA

Par Lucie Nkouka - 23/05/2012

Le HCR initie une concertation transfrontalière entre les deux communautés dans les deux pays

 

A l’initiative du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en RCA, une concertation entre les autorités tchadiennes et centrafricaines s’est tenue à Batangafo, pour essayer d’endiguer la situation de conflit récurrent qui prévaut entre éleveurs tchadiens et agriculteurs autour de Batangafo, dans la Préfecture de l’Ouham, et qui a déjà causé le déplacement de quelques 4000 centrafricains, la destruction de nombreux villages et d’importantes pertes en vies humaines de part et d’autre des protagonistes. Au cours de cette concertation, les autorités des deux pays ont visité l’ensemble des sites et villages des déplacés internes autour de Batangafo, et se sont entretenues avec ces populations, ainsi que les représentants des éleveurs tchadiens, avant d’avoir une rencontre générale avec les parties en conflit pour rechercher ensemble des solutions permettant d’éviter de telles situations à l’avenir, explique Daniel Bangui, Chargé de Protection au Bureau du HCR à Kaga Bandoro, et observateur de cet Agence lors de cette concertation. Dans le seul village de Ngapalé, situé à 17 kilomètres de Batangafo, sur l’axe Batangafo-Ouandago, les délégations centrafricaines et tchadiennes ont pu constater quelques 80 maisons totalement détruites.

 


© lefaso.net
La «Déclaration de Batangafo» a été signée
A l’issue de ce conclave, une déclaration dite «Déclaration de Batangafo», engage les deux Etats à prendre des mesures qui garantissent la paix et la sécurité dans la zone. Il s’agit, pour la partie centrafricaine, de démanteler les groupes d’autodéfense armés, d’encourager le retour des civils dans la dignité dans leurs villages d’origine, de réactiver le mécanisme de règlement de conflits entre éleveurs et agriculteurs, de garantir la sécurité des personnes et des biens sur le territoire de la RCA, et d’assurer la mise en œuvre et le suivi de ces recommandations à travers le Comité National Permanent de Concertation et de Coordination pour la Gestion des Droits des déplacés internes. La partie tchadienne elle, s’est engagée à désarmer les éleveurs armés, à éviter les représailles des éleveurs sur les populations civiles en privilégiant la voie de la concertation et du dialogue, à encourager les éleveurs à respecter les zones de pâturages, et à communiquer l’identité des groupes transhumants aux autorités locales centrafricaines pour en assurer le bon encadrement.

Par ailleurs, la «Déclaration de Batangafo» demande à la Communauté Internationale d’appuyer le Comité National Permanent de Concertation et de Coordination pour la Gestion des Droits des déplacés internes pour leur retour et leur réintégration dans leurs villages d’origine. Pour Madame Annette Nyekan, Représentante du HCR en RCA, cette première concertation en son genre marque un pas important dans la recherche des solutions au phénomène de déplacement dans ce pays. «Au niveau du HCR, tout notre souhait est de voir les différents engagements respectés par les deux Etats, et nous sommes disposés à les y accompagner», déclare-t-elle.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués