NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

20 mai: Bangui fête le 40ème anniversaire de la réunification du Cameroun

Par Alain-Patrick Mamadou/ACAP - 22/05/2012

L’accent a été mis sur le renforcement des accords de coopération entre les deux pays dans le domaine de la sécurité et de la défense

 

Les festivités marquant le 40ème anniversaire de l’Etat unitaire du Cameroun a été célébrée cette année au parc du cinquantenaire, en présence du Premier ministre Faustin Archange Touadéra, à Bangui. Le 20 mai de chaque année rappelle l’unification, le 20 mai 1972 des Etats fédéraux du Cameroun dont l’un était anglophone et l’autre francophone. Le thème choisi pour la commémoration de cette année est «armée camerounaise au service d’une nation forte, prospère et résolument tournée vers l’émergence dans un climat d’unité et de paix». A cette occasion, le ministre de la Fonction publique, du Travail, de l’Emploi et de la Prévoyance sociale, Noël Ramadan, a émis le vœu de voir se renforcer les relations de coopération entre la République Centrafricaine dans le domaine de la sécurité et de la défense au vue des accords qui existent entre ces deux pays. Il a reconnu que le Cameroun reste le premier partenaire de la République Centrafricaine dans la sous région, car c’est son territoire que transitent la plupart des importations et des exportations. Il a approuvé la volonté du gouvernement camerounais visant à ouvrir un poste consulaire à Bouar afin d’être proche de ses ressortissants implantés dans les préfectures de la Nana Mambéré, l’Ouham Pendé, la Mambéré Kadéï et la Sangha Mbaéré, toutes situées dans l’ouest de la République Centrafricaine.

 


© afrique.arte.tv
Renforcer la coopération entre les deux pays
De son côté, le chargé d’Affaires par intérim à l’Ambassade du Cameroun à Bangui, M. Nicolas Nzoyoum, a prévenu les politiques du contexte actuel de la mondialisation économique caractérisée par une compétition sans merci entre les acteurs majeur de la scène internationale. D’où, toujours selon lui, ce contexte devrait imposer tant à la République Centrafricaine qu’au Cameroun, de même qu’aux pays de la sous région voire de l’Afrique, la solidarité afin d’éviter la marginalisation qui tente de réduire ces Etats à de simple réservoir de matières premières. Eu égard aux considérations historiques et géographiques ayant lié la République Centrafricaine et le Cameroun à rester solidaires, M. Nicolas Nzoyoum a pensé que «la fluidité de la circulation des personnes et des biens aux frontières des deux pays devrait bénéficier d’une grande attention afin que soit éradiquer les nombreuses tracasseries que subissent les citoyens». Enfin, le chargé d’Affaires par intérim à l’Ambassade du Cameroun en Centrafrique a insisté sur la paix et le dialogue comme condition sine qua non de la transition vers l’émergence, laquelle doit s’asseoir sur des structures politiques stables et solides.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués