INTERVIEW  |    

RCA: Le paludisme, principal problème de santé

Par Source: www.msf.fr - 26/04/2012

Jeff Mutombo est le coordinateur médical pour Médecin Sans Frontière en RCA où la pandémie constitue la première cause de mortalité chez les enfants

 

A Kabo et Batangafo les équipes MSF observent une augmentation significative des cas de paludisme cette année. Pouvez-vous expliquer comment le conflit dans cette région du nord du pays contribue à cette augmentation?
Le conflit dans cette région entraîne des déplacements des populations dont les villages ont été brûlés et pillés à plusieurs reprises. Autour de nos projets de Kabo et Batangafo nous avons à ce jour près de 12 000 personnes déplacées. Ces populations se retrouvent sans abris et n’ont aucun moyen de se protéger contre les piqures de moustiques. C’est ce qui explique l’augmentation des cas de paludisme.

Est-ce que ces populations ont un accès au diagnostic et au traitement de la maladie?
Lorsque des violences surviennent, les populations, qui craignent l’insécurité sur les routes, ont d’abord tendance à se cacher en brousse avant de trouver refuge dans un village. Mais une fois installés, les gens dans cette région ont accès au diagnostic et au traitement au sein de nos différentes structures de santé (poste de santé ou hôpital). Nos équipes organisent également des cliniques mobiles pour atteindre les populations dans les zones isolées.

 


© MSF
En Centrafrique le paludisme constitue la première cause de mortalité chez les enfants
Ces populations disposent-elles de moyens de prévention tels que des moustiquaires pour se protéger?
Les violences sont la plupart du temps accompagnées de pillages au cours desquels les villages ou campements sont totalement brûlés et les habitants perdent alors tous leurs biens, moustiquaires comprises.

Aujourd’hui les équipes observent dans l'hôpital MSF une augmentation des formes sévères de paludisme. Est-ce en raison du conflit et du manque d’accès aux soins pour les populations?
Oui, effectivement car cette population n’étant pas protégée et ayant passé plusieurs jours en brousse arrive à l’hôpital avec une forme sévère de paludisme. Cela s’explique aussi par le délai entre le début de la maladie et le moment de la consultation car cette population ne peut pas se déplacer facilement en raison de l’insécurité sur les routes.

Quelle est la réponse apportée par MSF?
MSF continue d’offrir les soins dans ses différentes structures, mais aussi à travers les cliniques mobiles. Nous nous appuyons aussi sur les agents de santé communautaires qui sensibilisent les communautés et référent tous les cas suspects vers nos différentes structures. Pour les populations déplacées nous assurons la distribution des biens de première nécessité dans lesquels sont inclus des moustiquaires.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués