NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

RCA: Entre l’encline sécuritaire et le développement local

Par Emile Christian Dushime, Intégration - 23/04/2012

A New-York, le Premier ministre centrafricain, les amis de la RCA ont tenu à discuter des moyens par lesquels ils peuvent aider le pays de François Bozizé à se relever

 

Ambiance spéciale au siège des Nations unies à New York ce 05 avril 2012. La République Centrafricaine est au centre des préoccupations. Le «Groupe des Amis de la RCA» est venu évoquer la situation du pays. Dans les couloirs onusiens, les observateurs parlent même d’une «situation d’urgence oubliée» pour ce pays de l’Afrique centrale. L’extrême pauvreté, la faiblesse d’institutions nationales, la corruption, les violations des droits de l’Homme et le taux élevé de crimes violents commis par les mouvements armés et les hors-la-loi hantent les esprits. Monsieur Lynn Pas représente le Secrétaire général de l’ONU à cette réunion. Il est accompagné de l’Australie et des autres amis de la République Centrafricaine. D’après le Premier ministre centrafricain, il faut agir vite. Et, les raisons ne manquent pas. L’ex-Oubangui – Chari a besoin du soutien de ses amis pour entamer la mise en œuvre d’un programme de développement. Plus particulièrement dans le secteur agricole.

 


© UN Photo/Paulo Filgueiras
Le PM Touadéra et le SG des Nations unies Ban ki–Moon
Le gouvernement espère relancer dans les plus brefs délais les activités agricoles du pays. Car, la «population ne peut se concentrer aux activités champêtres et de l’élevage» si la situation sécuritaire ne s’améliore pas. Le manque des ressources suffisantes pour faire avancer le programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration des ex-combattants avant la saison de pluies oriente vers l’option agricole gouvernementale. «A force d’attendre, il y a une crainte que les combattants reprennent les armes» souligne M. Faustin – Archange Touadéra à la conférence de presse sur la réunion du Groupe des amis de la République Centrafricaine.

La vision Ban ki–Moon
Dans son message de circonstance, le secrétaire général de l’ONU salue le «ferme engagement national, en faveur du désarmement, de la démobilisation, de la réintégration en Centrafrique. Pour lui, c’est «encourageant que les groupes politico- militaires et les communautés eux-mêmes pressent le gouvernement d’accélérer le processus de DDR. Par conséquent, le patron de l’Onu exhorte la communauté internationale à appuyer les efforts du gouvernement centrafricain. Au pays, le régime centrafricain a mis en place un cadre institutionnel pour ce processus et a consacré près de 9 millions de dollars aux activités du DDR dans le Nord-Ouest du pays. 2,4 millions de dollars ont été approuvés par le fonds pour la consolidation de la paix à cette fin. Tous ces efforts visent en premier lieu d’améliorer les conditions de sécurité dans le pays et dans la sous-région. Dans la même perspective, le diplomate coréen lance un appel aux amis de la République Centrafricaine «afin qu’ils apportent l’appui nécessaire, pour éviter que le processus de DDR ne soit un échec. Il s’agit entre autres de la Banque mondiale, des pays voisins et des partenaires bilatéraux. Selon sa vision: «un retour à la violence aurait de profondes conséquences, non seulement pour la République Centrafricaine mais aussi pour la sous-région».

 


© voltairenet.org
Le PM Faustin A. Touadéra à la tribune des Nations Unies
LRA- RCA
Au cours de la réunion du Groupe des amis de la RCA le 05 avril 2012 à New York, le ministre délégué centrafricain de la défense a fait son exposé sur la situation liée à l’armée de résistance du seigneur (LRA). Voici la quintessence de l’exposé: «Aujourd’hui, cette rébellion d’origine ougandaise sévit essentiellement en République Centrafricaine dans la région du sud…Il est au moins certain que les responsables de cette rébellion se trouvent en République Centrafricaine». Toutefois, le Premier ministre n’a pas estimer le nombre de combattants de la LRA présents en République Centrafricaine, car, «ceux-ci arrivent à se dissimuler en raison de leur extrême connaissance du territoire centrafricain». D’après les autorités de Bangui, la lutte contre la LRA doit être associée au processus de DDR, car «Si nous arrivons à désarmer les ex-combattants dans d’autres régions, cela donnera plus de moyens aux forces de défense centrafricaines pour se concentrer sur cette question» explique le Premier ministre. D’après lui, la RCA n’est pas épargnée par les retombées de la situation au Mali en termes de circulation d’armes à feu.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Thierry Ndong
  • Directeur Gérant Global Communications Sarl
  • Directeur de publication du magazine INTEGRATION
  • Tél:+237 33 01 90 46; +237 99 93 10 42; +237 76 20 37 09
  • courriel: globcoms@yahoo.com
  • integration@integrationafrica.org
  • Site Internet: www.integrationafrica.org

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués