SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Melaine Poda, un parcours singulier de Bangui à Billère

Par Luidor NONO - 13/04/2012

Architecte de formation, il est aujourd’hui hébergé en pépinière d’Entreprises d’Eurolacq à Artix en France

 

C’est un jeune père de trois joyeuses filles qui s’est livré aux jeux de questions-réponses de journaliste, pour dévoiler sa vie, son parcours singulier. C’est comme cela qu’il manifeste sa disponibilité pour tous ceux qui le sollicitent de quelque manière que ce soit. Ce qu’on ne sait pas, c’est que Melaine Poda est un jeune centrafricain de 35 ans qui a fait des brillantes études primaires, secondaires et supérieures jusqu’à décrocher le doctorat. Un challenge qu’il s’est fixé de relever depuis sa tendre enfance. «Je me souviens que tout petit, je disais à ma mère que je ferai tous les cycles universitaires avant de commencer le travail», se rappelle-t-il, comme si c’était hier. Issu d’une famille modeste à Bangui, où les parents habitent le quartier Galabadja3, Melaine a finalement terminer ses études par un diplôme de troisième cycle. En effet, l’ancien pensionnaire de l’école Gobongo garçons à Bangui est désormais Docteur en géographie, option aménagement urbain durable de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA). C’est dans cette région de France qu’il a décidé de s’établir et de prendre définitivement sa vie en main, après quelques années passées dans l’enseignement supérieur en tant qu’attaché d’enseignement et de recherches et vacataire à l’université. «J’ai décidé de créer mon activité depuis septembre 2011 dans l’innovation appliquée à l’aménagement et l’architecture tout en intégrant les enjeux du développement durable (mise en œuvre et recherches appliquées). Actuellement, je suis hébergé en pépinière d’Entreprises d’Eurolacq à Artix dans les Pyrénées Atlantiques», raconte-t-il. Et plein d’idées, matérialisées par la création d’une association pour marquer son amour et son appartenance à sa patrie: la République centrafricaine.

 


© journaldebangui.com
Melaine Poda, promoteur et jeune chef d'entreprise
Bêafrika et la coopération décentralisée
Deux ans après son arrivée en terre française, alors qu’il n’est que simple étudiant, il se croit obligé de dispenser des cours de géographie lors de ses rencontres quotidiennes, parce qu’il doit décliner à chaque fois sa nationalité centrafricaine. Et donner quelques précisions au passage. «Seules les personnes âgées se souviennent encore de la Centrafrique, à cause de certains faits marquants de son histoire dans les années 70 et 80», s’indigne-t-il avec une certaine mimique. Car, pour la majorité de ses interlocuteurs, de manière très inattendue, la Centrafrique = Afrique centrale. Des préjugés et idées reçues! A partir de là, Melaine Poda ne lâche plus l’idée de créer, d’apporter des solutions et de gommer certaines taches de l’histoire en mettant la géographie au goût du jour. Avec des proches, il crée l’association Bêafrika en 2009, dont l’un des premiers axes de travail porte sur «l’informatique et l’Internet pour tous». Il trouve inconcevable qu’en Centrafrique, seuls les étudiants de troisième année de licence rentrent en contact avec cette matière. Il est convaincu que «l’informatique et l’Internet sont indispensables aujourd’hui pour favoriser et compenser les problèmes de l’éducation et du développement». Mais, pour dégager le chemin, Melaine estime qu’il va d’abord falloir: «favoriser la découverte de la Centrafrique qui est peu ou pas connue en France et rééquilibrer la cartographie des actions de solidarité internationale en Afrique, car il y a un déséquilibre entre l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale».

Avec son expérience acquise au cours de ses années d’études au Togo, où il a obtenu son diplôme d’Architecte & Urbaniste, D.E.I.A.U en 2004, Melaine pense que le jeu en vaut la chandelle. Bénévolement, il s’investit dans la vie associative en même temps qu’il poursuit ses études, convaincu que les problèmes de sous-développement de l’Afrique sont liés en grande partie à l’éducation. Alors toutes les idées sont bonnes à être explorées. Pour cela, il s’inspire des icônes et des parcours qui ont marqué l’histoire tels que Gandi, le Général De Gaulle, Mère Tereza, Mandela et aujourd’hui Barack Obama. «Je ne vous rappellerais pas ce qu’ils ont accompli comme tâche. Je n’oublie pas non plus ceux qui ne veulent pas s’afficher et préfèrent l’anonymat», explique-t-il pour justifier ses choix, manifester sa volonté et son courage d’aller au bout de ses idées. Faire des rencontres, parler de la Centrafrique, établir des partenariats, voir son pays arborer et présenter un visage différent. Voilà pourquoi, il remercie la mairie de Billère de lui avoir fait confiance pour la signature le 23 mars 2012 à M’baïki de la convention de coopération qui va permettre aux deux villes d’échanger leurs compétences dans le cadre des dispositifs sur la coopération décentralisée en France.

 


© journaldebangui.com
Melaine Poda, militant associatif
Encouragements
Ayant lancé sa pépinière d’entreprise, Melaine n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Au contraire, pour lui c’est le parcours de combattant qui commence. Il reconnait avoir du courage, de la ténacité, mais refuse d’endosser le costume du combattant au sens propre du terme. A chaque jour suffit ses problèmes, les difficultés sont toujours là et tous les jours il faut savoir en tirer des leçons, mais aussi s’en servir car ce sont elles qui permettront d’avancer dans la vie. Il aime écrire, et de temps en temps pour sortir des problématiques liées à son association ou à son entreprise, il parle de son livre sur les patrimoines culturels matériels et immatériels basés sur l’aménagement durable des territoires. Ou alors, il va faire un peu de sport pour se maintenir en forme même si, je n’ai pas le corps d’un athlète, je pratique du footing, Football et Basketball comme amateur et je vais de temps en temps au cinéma et à la piscine. A propos des voyages, il réplique que le voyage fait souvent partie de mon quotidien et cela ne peut être classé comme du loisir mais plutôt pour des raisons professionnelles et de recherches.

Son rêve de chef d’entreprise et de Centrafricain est de voir la RCA se développer. Il admet néanmoins que le chemin est encore long si personne ne prend conscience du rôle qu’il a à jouer dans la reconstruction et le développement de son pays. «Que le Centrafricain comprenne que les choses qu’ils souhaitent voir se réaliser dans son pays et l’argent y compris ne peuvent être obtenus que par le travail, même s’il va falloir les créer», martèle-t-il à ceux qui veulent s’engager. Quand aux jeunes qui voudraient suivre ses pas, il leur renvoie la citation de Jean Jaurès que le maire de Billère dans les Pyrénées Atlantiques cite souvent: «Là où il y a la volonté, il y a toujours un chemin.» Prenant exemple sur l’attitude des habitants de M’baïki dans la Lobaye lors de sa dernière visite en Centrafrique, il témoigne que leur dynamisme et leur volonté, de développer leur commune ont permis aujourd’hui à la ville de Billère et la France en général de tourner leur regard vers eux. Et de conseiller aux jeunes de garder le courage malgré les différentes crises et, de maintenir le cap car, si les choses doivent bouger, ça sera grâce à ce qu’ils peuvent faire et accepteront de le faire car comme le dit (Sénèque) «il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sais où il va».
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués