ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Centrafrique: Chasse aux les tenanciers de débits de boissons illégaux

Par Pacôme Pabandji - 12/04/2012

Le ministre Josué Binoua va en guerre contre des tenanciers de dépôts et de débits de boissons

 

Le 29 mars 2012 l’ultimatum d’un mois du patron du département de l’administration du territoire et de la décentralisation de la République centrafricaine, M. Josué Binoua à l’égard des tenanciers de
dépôts et de débits de boissons a pris. Il leur était demander de se mettre en conformité avec la législation régissant l’exercice légale de cette profession dans le pays. En effet, le 29 février 2012 M. Josué Binoua avait rencontré ces opérateurs d’un autre genre dans la salle polyvalente du cinquantenaire. Il avait été question d’échanger avec eux sur la reforme que son département a voulu apporter dans la perspective de mettre de l’ordre dans le secteur. A cette occasion, le membre du gouvernement les a félicités pour les efforts qu’ils déploient en vue de créer d’emplois et de contribuer ainsi au développement économique de la République centrafricaine.

 


© africapresse.com
Les débit de boissons et leur tenancier doivent rentrer dans la légalité
Cependant, M. Binoua a tout de même déploré le fait que ce secteur d’activité est non seulement en passe de devenir or contrôle mais que certains commerçants de dépôts profitent de leur autorisation pour surexploiter la situation en vendant en détail. D’autres n’hésitent pas à mettent leurs autorisations en location et s’installent même auprès des sites interdits comme les églises, les hôpitaux, les écoles, les casernes, les stades…et que l’ouverture d’un dépôt ou d’un débit de boissons dans un milieu public et dans les foires ou kermesse doit être soumise à l’autorisation du ministère. La vente de boissons dans les maisons d’habitation, le non respect des heures d’ouverture des bars et autres constituent également l’autre aspect des faits déplorés. Car toutes ces situations constituent une menace pour les bonnes mœurs, la sécurité et l’ordre public. A l’issue de cette rencontre dite de concertation et de prévention, un délai d’un mois leur avait été accordé afin qu’ils puissent se rapprocher du département pour régulariser leur situation. Or, ce délai est arrivé à terme depuis plusieurs jours. On attend la réaction du ministère.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués